Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Culte de Pentecôte
31 mai 2020


avec sainte cène

 


pasteur René Lamey 


Église protestante d’Alsace et de Lorraine
Labroque-Schirmeck

 

 

30 mai 2020

La sainte cène
je vous invite aujourd’hui à vivre la Sainte-Cène chez vous, seul ou en famille.
De toute façon, vous n’êtes pas seul.
Au moment de la Cène, fermez les yeux, imaginez que Jésus est là, chez vous, à côté de vous. Il partage ce « repas » et ce moment avec vous.
Imaginez aussi la présence des frères et sœurs de votre paroisse, mais aussi la présence des frères et sœurs des paroisse du monde entier.
Préparez du pain, du vin, ou du jus de raisin (ou une autre boisson – ce n’est pas le contenant qui compte, c’est le sens, la signification qui est important).

 


Liturgie

 

Musique

Accueil

« Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit que sera accomplie cette œuvre » déclare le Seigneur, le Tout-Puissant.
C’est par cette parole du prophète Zacharie que nous ouvrons ce dimanche de la Pentecôte.
Pour notre vie, ne comptons pas sur la puissance ou le pouvoir des hommes, comptons sur l’Esprit du Dieu, un esprit de douceur et de paix, un esprit de joie et de sérénité, cet Esprit que Dieu accorde aux disciples le jour de la Pentecôte, et qu’il accorde encore aujourd’hui à celles et ceux qui souhaitent être « disciples » du Christ.
Saint-Esprit, viens resplendir dans nos cœurs !

 

 

Cantique 507 : Saint-Esprit, Dieu de lumière

1. Saint-Esprit, Dieu de lumière, viens resplendir dans nos cœurs.
Nous serons avec nos frères les témoins du seul Sauveur.

Ref : Fais-nous vivre en ta présence, Revêts-nous de ta puissance
Et baptise-nous de feu, Esprit Saint, Esprit de Dieu.

2. Esprit de vie et de gloire, conduis-nous de jour en jour.
Nous publierons la victoire que nous donne ton amour.
Fais-nous vivre…

3. Adorons Dieu, notre Père, adorons le Seigneur Christ,
Et son Église en prière recevra le don promis.
Fais-nous vivre…

 

 

 

Psaume 118. 24-29

C’est ici la journée que l’Eternel a faite,
vivons-la dans la joie,  exultons d’allégresse !
De grâce, ô Eternel,  accorde le salut !
De grâce, ô Eternel,  accorde le bonheur !
Oui, béni soit celui qui vient au nom de l’Eternel !
Nous vous bénissons tous  de la maison de l’Eternel !
L’Eternel seul est Dieu, c’est lui qui nous éclaire.
Entrez dans le cortège,  des rameaux dans les mains,
allez jusqu’aux coins de l’autel.
Tu es mon Dieu, je te louerai, je t’exalterai, ô mon Dieu !
Célébrez l’Eternel  car il est bon, car son amour dure à toujours !

 

 

Repentance

Seigneur, nous voulons te remettre tout ce qui nous encombre et nous empêche de te suivre. Tu nous appelles à devenir des artisans de ton royaume et nous sommes préoccupés par tant de choses futiles et secondaires.
Tu nous appelles à nous mettre en marche à ta suite et nous sommes retenus par nos hésitations, nos peurs et nos habitudes.
Tu nous appelles à oser la vie de l’évangile et nous nous enfermons dans nos conforts et nos illusions.
Tu nous appelles à labourer le champ de notre monde en regardant vers l’avant et nous avons la nostalgie d’un passé où tout était mieux.
Seigneur, pardonne-nous et donne-nous ta liberté, ton courage et ta joie pour que nous apprenions encore et toujours à devenir des disciples qui marchent à ta suite. Amen !

 

Annonce du pardon

Ecoutons la promesse de Dieu :
Quand nos jours s'assombrissent et que nos nuits sont plus sombres que mille minuits, nous nous souviendrons sans cesse que, dans le monde, il y a une grande force qui nous bénit et qui s'appelle Dieu.
Dieu peut montrer des voies hors des impasses.
Dieu peut changer le sombre passé en un lendemain clair,
il peut changer notre lâcheté en courage, notre pessimisme en confiance positive, notre défaitisme en une foi déterminée et joyeuse !
Amen !

 

Prière

Avant d’écouter la Parole biblique, unissons-nous dans la prière.

Comme des veilleurs, nous voici, Seigneur, devant ta Parole.
Nous attendons qu’elle parle, qu’elle change notre regard et fasse de ce jour un jour nouveau.
Nous attendons qu’elle bouge, qu’elle nous fasse bouger et rende l’espérance à notre monde découragé.
Comme des veilleurs, nous voici, Seigneur, devant ta Parole.
Que ton Esprit lui donne vie, pour nous, et pour tous ceux qui l’écoutent en ce jour. Amen. 

 

Lectures

Actes 2.1-4
Quand le jour de la Pentecôte arriva, les disciples étaient tous rassemblés au même endroit. Tout à coup, un grand bruit survint du ciel : c’était comme si un violent coup de vent s’abattait sur eux et remplissait toute la maison où ils se trouvaient assis. Au même moment, ils virent apparaître des sortes de langues qui ressemblaient à des flammèches. Elles se séparèrent et allèrent se poser sur la tête de chacun d’eux. Aussitôt, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et commencèrent à parler dans différentes langues, chacun s’exprimant comme le Saint-Esprit lui donnait de le faire.

Galates 5.22-26
Mais le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, l’amabilité, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi. La Loi ne condamne certes pas de telles choses. Or, ceux qui appartiennent à Jésus-Christ ont crucifié l’homme livré à lui-même avec ses passions et ses désirs. Puisque l’Esprit est la source de notre vie, laissons-le aussi diriger notre conduite.

 

Cantique 503 : Viens, Esprit de sainteté 


Refrain : Viens, Esprit de sainteté, viens, Esprit de lumière.
Viens, Esprit de feu, viens nous embraser !

1. Viens, Esprit du Père, sois la lumière.
Fais jaillir des cieux ta splendeur de gloire.

2. Témoin véridique, tu nous entraînes
À proclamer : Christ est ressuscité !

3. Viens, onction céleste, source d’eau vive,
Affermis nos cœurs et guéris nos corps.

4. Esprit d’allégresse, joie de l’Église,
Fais jaillir des cœurs le chant de l’Agneau.

5. Fais-nous reconnaître l’amour du Père
Et révèle-nous la face du Christ.

6. Feu qui illumine, souffle de vie,
Par toi resplendit la croix du Seigneur.

 

.

Prédication

La venue de l’Espri
Actes 2.1-4 - voir ci-dessous

 

.

 

Cantique 530 : Tous unis dans l’Esprit


1. Tous unis dans l’Esprit, tous unis en Jésus,
Tous unis dans l’Esprit, tous unis en Jésus,
Nous prions que bientôt ce qui divise ne soit plus.

Refrain : Et le monde saura que nous sommes chrétiens
Par l’amour dont nos actes sont empreints.

2. Nous marchons côte à côte et la main dans la main,
Nous marchons côte à côte et la main dans la main.
À la table du Roi nous partageons le même pain.

3. D’un seul cœur nous voulons travailler pour Jésus,
D’un seul cœur nous voulons travailler pour Jésus,
Proclamer à tout homme qu’il nous offre le salut.

4. Gloire au Dieu créateur de la terre et des cieux,
Gloire au Fils éternel, Rédempteur glorieux,
Gloire, gloire à l’Esprit qui verse en nous l’amour de Dieu.

 

.

 

Sainte-Cène

 

Louons Dieu

Seigneur, nous te louons parce que tu nous aimes et que nous sommes tes enfants. Nous te louons pour Jésus-Christ, vivant au milieu de nous.
Nous te louons pour l’Esprit Saint qui nous rassemble malgré nos différences, et qui fait de nous, autour de ce pain et de cette coupe un seul peuple, ton peuple. Oui, nous te louons pour ce jour et pour ce repas qui nous fait entrer dans la joie de ton Royaume ! Amen !

 

Institution

Voici comment l’apôtre donne sens à la Sainte Cène :


Voici la parole que j’ai reçue du Seigneur, et que je vous ai transmise : le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré pour être mis à mort, prit du pain, et, après avoir prononcé la prière de reconnaissance, il le rompit en disant :
« Ceci est mon corps : il est pour vous ; faites ceci en souvenir de moi. »
De même, après le repas, il prit la coupe et dit :
« Cette coupe est la nouvelle alliance scellée de mon sang ; faites ceci, toutes les fois que vous en boirez, en souvenir de moi. »
Donc, chaque fois que vous mangez de ce pain et que vous buvez de cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, et ceci jusqu’à son retour.

 

Prière eucharistique

Père saint et juste, nous voulons par notre geste nous souvenir du don unique offert pour nous et par amour pour nous par notre Seigneur Jésus-Christ, et nous voulons nous offrir nous-mêmes à toi en sacrifice vivant et saint.
Toi qui connais les cœurs, purifies-nous, et renouvelle en nous la certitude de ton pardon et de ta grâce, afin que nous puissions t’accueillir d'un cœur libéré.
Envoie sur nous ton Saint-Esprit, pour qu'en recevant ce pain et cette coupe, nous sachions communier de tout notre cœur à la personne du Christ. Amen !

 

Invitation à la cène

En nous invitant à sa table pour partager le pain et le vin, le Seigneur nous invite à nous placer devant lui. Il nous invite à compter sur ses promesses de pardon et d’espérance. Il nous rappelle par ces signes que sont le pain et le vin que Christ est vivant au milieu de nous; c’est autour de lui que nous sommes rassemblés, en communion les uns avec les autres.
Nous sommes, à notre tour, les signes et les témoins de son amour.
Partager le pain et le vin, c’est répondre à cet amour de Dieu, c’est faire cette démarche de confiance où l’important n’est pas de nous regarder d’abord nous-mêmes, mais de le regarder, lui.
Aussi, approchons-nous avec assurance de la table du Seigneur.
C’est notre façon de dire que nous voulons nous mettre en route à la suite du Christ.
Nous le reconnaissons comme notre Seigneur, notre Sauveur, Dieu au milieu de nous. Nous voulons le louer et le servir.
 

Communion

 

Action de grâce 

Après t’avoir rencontré, toi le Seigneur de la vie, après avoir partagé la Cène, puissions-nous te rendre grâce en ayant un regard nouveau sur les hommes, nos frères. Alors, à la lumière de l’esprit, nous partagerons nos joies comme nos peines, nos projets et nos luttes, nos rêves et nos soucis ; ainsi nous participerons à la venue de ton règne. Amen !

 

Musique

 

Intercession

Seigneur, nous te présentons nos requêtes avec la simplicité de ceux qui savent que tu les connais et qui en sont rassurés.
Entraîne-nous sur le chemin de ton royaume, ce royaume de paix et de vie, de lumière et de joie.
Aide-nous à être sincères à ton égard, à nous montrer tels que nous sommes, sans illusions sur nous-mêmes, mais aussi sans fausse modestie. Aide-nous à nous accepter nous-mêmes et à accepter l’autre tel qu’il est.
Parce que tu nous connais et nous aimes, tu as un projet pour nous; aide-nous à le discerner, à l'accepter et à le vivre.
Et puis, Seigneur nous te prions pour tous ceux qui souffrent autour de nous et dans le monde. Il y a des ruptures et des abandons, il y a des incompréhensions, il y a des solitudes; il y a aussi les victimes de conflits politiques, des catastrophes naturelles.
Aide nous à être les témoins de ton évangile qui relève et met en route
Pour tout homme, pour toute femme, pour tout enfant qui souffre, pour toute personne qui traverse le désert et à faim de vie et d’amour, nous te prions, Seigneur et dans le secret de nos cœurs, nous te nommons ceux qui nous confions à ta grâce...

Ensemble, unis par la foi, marchant avec le Christ, nous te disons la prière des frères et des sœurs en Jésus :

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Car c'est à toi qu'appartiennent, le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles.
Amen !

 

Musique

 

Bénédiction 

Levons-nous, sortons de nos déserts et allons dans la joie de notre Dieu, partageons son amour !
Soyons bénédiction les uns pour les autres.
Soyons signes de réconciliation pour ceux qui nous entourent.
Soyons signes de paix dans notre société et dans notre monde.
Soyons lumières dans ce monde !
Que la paix de Dieu remplisse votre cœur, que sa bénédiction vous accompagne aujourd’hui et toujours ! Amen !

 

Musique

 

.

 

Prédication

 

Pentecôte

 

L’événement dont nous nous rappelons aujourd’hui a eu lieu au cours d’une fête, une fête religieuse qui est célébré chaque année à Jérusalem, au début du printemps, une fête juive appelée « fête de la Pentecôte ».

Ils étaient nombreux chaque année, ceux qui venaient à Jérusalem pour adorer le Dieu unique. La Pentecôte ramenait des croyants de partout : depuis la lointaine Rome, en passant par la Grèce, l’Asie Mineure, l’Egypte et les petites îles de la Méditerranée. Un mélange de population, un brassage de race, de langue, d’habitudes et de cultures, mais la même foi au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

La fête de la Pentecôte, c’est, à l’origine, la fête de la première moisson. Elle était aussi appelée « fête des semaines » parce que sa date était fixée sept semaines après la cérémonie de l’offrande de la gerbe, une gerbe qui était secouée aux quatre points cardinaux le lendemain de la fête de Pâques, et qui symbolisait le début des semailles et l’espoir d’une bonne récolte.

La Pentecôte se déroulait donc un jour après les sept semaines, ce qui nous fait 49 jours plus un = 50 jours ! La fête de la Pentecôte avait donc lieu 50 jours après les premières semailles, 50 jours après Pâques.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Eh bien, tout simplement par le mot Pentecôte signifie 50. Cinquante jour après Pâques. Et le 50e jour, c’était le jour après le sabbat, c’est-à-dire notre dimanche de « Pentecôte » (vous pouvez vérifier sur le calendrier).

Tout ça pour dire que ce dimanche-là, c’était la grande fête à Jérusalem. Beaucoup de bruit, beaucoup de monde, beaucoup d’agitation dans les rues de la capitale.

Une grande fête, oui, mais pas pour tous ! Ils n’y étaient pas tous, à la fête, ils ne courraient pas tous dans les rues, la joie n’était pas dans le cœur de tous…

Dans une des maisons de la ville, il y avait un groupe d’hommes et de femmes qui hésitaient à sortir et à participer à la liesse générale.

Qui étaient ces hommes et ces femmes ? Eh bien, ces hommes et ces femmes avaient suivi Jésus de Nazareth ; durant trois ans, ils l’avaient accompagné sur les routes d’Israël, ils ont entendu ses discours, ils ont vu ses miracles, ils ont vécu la grande crise de l’arrestation et de la crucifixion de leur Maître, ils l’avaient ensuite vu ressuscité, et puis ce fut la séparation à tout jamais. Depuis ce jour de l’Ascension, ils se retrouvent là, dans cette maison, dans cette chambre pour prier, pour évoquer le temps passé, peut-être pour se poser des questions quant à leur avenir.

Et puis, dans leurs discussions revenaient souvent ces dernières paroles que leur maître et ami leur avait adressées : « Vous recevrez une puissance, vous serez mes témoins, vous appellerez et formerez d’autres disciples ; n’ayez aucune crainte, je serai avec vous. »

Belles paroles, oui, mais : comment être témoins ? Comment allez vers les autres ? Nous ne sommes qu’un petit groupe sans force et sans pouvoir ! Et avec tout ce qui s’est passé ces derniers temps à Jérusalem, ce n’est peut-être pas le moment idéal pour se proclamer disciple, disciple d’un homme qui a été arrêté, condamné et crucifié !

Alors, comment, par quels moyens formerons-nous d’autres disciples, si tant est qu’il y en ait d’autres, parce que là, pour nous, c’est mal parti : on n’a pas le cœur à l’ouvrage, il nous manque quelque chose, quelque chose qui ferait bouger notre vie...

Et puis, comment savoir, comment être sûr qu’il est avec nous ? Comment reconnaîtrons-nous qu’il est à nos côtés, comment le saurons-nous, par quel signe ?

C’est un peu comme si un garagiste laissait les apprentis changer un joint de culasse, ou comme si ébéniste confiait la fabrication d’un meuble de grand style aux apprentis-ébénistes... vous pouvez imaginer leur tête, à ces apprentis, leur peur, leur hésitation, leurs questions !

Et moi, j’imagine bien nos apprentis-disciples, nos apprentis-témoins, nos apprentis- chrétiens en train de se poser toutes ces questions angoissantes et paralysantes.

Depuis que Jésus est parti, ils n’ont pas fait grand chose. Leur maître leur a dit d’attendre l’aide promise, la force promise, mais le facteur passe tous les jours, et rien ne vient, la boite aux lettres est désespérément vide ! Faudra-t-il attendre encore longtemps ? Personne ne le sait. Ils sont dans l’incertitude, dans l’attente de ce quelque chose qui ne viendra peut-être jamais...

Et puis voilà que ce jour-là, ce dimanche-là, ce cinquantième jour-là, voilà qu’il se produit enfin, le miracle !

Luc, en bon journaliste, nous rapporte l’événement : le vent, le feu, la louange qui retentit par de là les fenêtres et les portes, la foule qui est touchée et qui pose des questions, le discours de Pierre, les premières conversions et les premiers baptêmes, en un mot la première église qui chante et qui témoigne !

La première chose qu’ils ont entendue, c’est le bruissement d’un grand vent Un grand vent, symbole du souffle de l’Esprit de Dieu !

Le Saint-Esprit, c’est du vent, mais je ne le dis pas dans le sens dont on l’emploie aujourd’hui : « c’est du vent = c’est nul, ça ne vaut rien, ça passera. »

Le Saint-Esprit est comparé à du vent, à un souffle; et vous savez, le mot grec que la Bible emploie pour « Esprit », c’est « pneuma », ce qui signifie « souffle, vent », de telle sorte qu’on pourrait traduire  par exemple : « les disciples étaient remplis du souffle-saint ».

Souffle, vent, oui, le Saint-Esprit, c’est du vent ! Toute l’histoire de l’Église a commencé par un grand coup de vent...
Un coup de vent qui a chassé les nuages angoissants au-dessus de la tête des disciples, un vent qui va les remplir, qui va gonfler leurs voiles d’une vie nouvelle, d’une énergie nouvelle, un vent qui va les pousser en avant, hors de leurs maisons, hors de leurs craintes, hors de leurs doutes, hors de leurs hésitations, un vent de joie, un vent chaud, un vent d’amour ; oui, bientôt, ils vont être « dans le vent », ces disciples, leur message d’amour et d’espérance sera connu jusqu’aux frontières de l’Empire romain et même au-delà !

Le Saint-Esprit, c’est du vent, et le vent, on ne peut pas l’arrêter, on ne peut pas le maîtriser et l’enfermer dans une cage, on ne peut pas l’attraper et le garder dans nos mains. Le vent est libre, le vent est léger, le vent est sans entraves, et celui qui consent à se laisser saisir et emporter par ce vent, celui-là sera libre et léger, et sans entraves.
Jésus l’avait déjà dit, tout au début de l’Evangile de Jean : « Le vent (le « pneuma », c-à-d l’Esprit) souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d’où il vient et où il va. »

Oui, le vent est libre. L’Esprit est libre de souffler où il veut. Et pourtant, certains voudraient le diriger, le commander, lui dire où il doit souffler, ils voudraient le maîtriser pour en avoir la puissance, le posséder au travers de ses manifestations, et par-là-même, le limiter dans ces mêmes manifestations, mais le vent de l’Esprit ne se laisse pas gouverner, il s’échappe toujours hors de nos tentatives de mainmises et hors de nos représentations.

L’Esprit ne se laisse pas verrouiller dans nos définitions, dans nos théologies, dans nos présupposés, dans nos petites et personnelles convictions « pneumatiques ». Si on essaye d’enfermer l’Esprit, le pneu éclatera, le souffle s’en ira, l’Esprit de Dieu s’échappera... et nous, on sera « crevé » !

Laissons donc souffler l’Esprit où il veut ; ne soyons pas des obstacles à son souffle de liberté, au contraire, faisons-lui confiance : l’Esprit de Dieu sait ce qu’il fait, il sait dans quelle direction il faut souffler.

Et cela, les écologistes et les spécialistes de l’énergie le savent aussi. Ils savent où souffle le vent ; ils ne savent pas le diriger, ni le maîtriser, mais ils savent utiliser la puissance du vent, ils savent transformer la puissance du vent en énergie ; ces grandes hélices qu’on voit parfois sur les collines, ces éoliennes transforment la puissance du vent en électricité ; c’est une source d’énergie gratuite, pure et efficace.

Alors, vous voyez où je veux en venir. Nous ne pouvons pas maîtriser l’Esprit de Dieu, mais comme ces éoliennes, nous pouvons nous laisser conduire par l’Esprit de Dieu, nous pouvons transformer son souffle, non pas en électricité – gare aux décharges !, mais en amour, en courage, en témoignage, en actes visibles et concrets.

Ma prière, c’est alors que nos Églises deviennent alors les « éoliennes de Dieu » apportant et distribuant autour d’elles une énergie de vie nouvelle, une espérance nouvelle, un second souffle sur nos vies, sur nos villes, sur nos villages, le souffle du retour à Dieu, le souffle de la vie de Dieu, souffle libérateur, souffle de délivrance, souffle de renouveau en nous et autour de nous.

Voilà ce que fait le Saint-Esprit, voilà ce qu’il fera en nous, si nous nous laissons maîtriser par lui, si nous nous laissons remplir et conduire par lui

Cinquante jours avant la Pentecôte, le prêtre agitait les gerbes, jetant au vent les graines de la première semence. Cinquante jours plus tard, ce sont les disciples qui sont « agités », éparpillés, envoyés par le vent de l’Esprit aux quatre coins du monde pour porter à tous la semence de l’Évangile.

Pentecôte, je veux croire que c’est encore possible aujourd’hui ! Aujourd’hui, le vent souffle encore, aujourd’hui encore, il veut nous animer, nous ranimer, nous former, nous transformer, nous envoyer, faibles gerbes que nos Églises, faible épi que notre vie, mais gerbes et épis remplis du vent, du souffle de Dieu, gerbes et épis porteurs de vie, gerbes et épis témoins de Jésus-Christ, par l’Esprit que Dieu répand sur nous et dans nos vies, pour sa gloire et la gloire de Jésus-Christ, amen !

 



Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque