Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Le coronavirus
en pays protestants et catholiques


Michel Benoit

Théologien, ancien moine bénédictin

 

6 mai 2020

[...]
Les « projections » qui imaginent quel serait le nombre de morts selon l’hypothèse choisie, elles reposent sur une estimation maximale des valeurs et des coefficients. Ceux qui les élaborent travaillent dans leur bureau, coupés des réalités de terrain. Diffusées en boucle par les médias, sans nuances ni recul, ces projections deviennent des prophéties de catastrophes. Ce sont ces statistiques et ces projections, sur lesquelles certains gouvernements ont basé leurs décisions, qui ont créé et entretenu dans les populations un sentiment de « ’fin du monde », une psychose collective. Les psychiatres savent que des réflexes psychologiques comme la surestimation des risques, sont profondément inscrits dans nos cerveaux et datent d’une période où survivre impliquait la méfiance.

Voyez plutôt les statistiques de six pays occidentaux au niveau de vie comparable (2). Dans l’ensemble de ces pays, plus le confinement a été sélectif et léger, plus il y a eu de personnes contaminées et moins il y a de décès. Deux groupes apparaissent : le premier – Allemagne, Suède, Danemark – compte beaucoup moins de personnes contaminées que le second – Italie, Espagne, France -, avec un record pour la Suède : 11 fois moins de contaminés que la France et 25 fois moins que l’Espagne. Ce groupe compte en moyenne trois fois moins de décès que le second. Comment expliquer ces différences statistiques ?


Protestants et catholiques

Le premier groupe est de culture protestante et le second de tradition catholique, ce qui induit des comportements qu’on retrouve dans tous les domaines de la vie publique. Les catholiquescroient une vérité imposée par une autorité suprême. Verticale, cette autorité exige la soumission à sa vérité sous peine de châtiments. Tous les croyants étant susceptibles de tomber dans l’hérésie, l’autorité devient inquisitoriale et instaure un climat de défiance qui peut aller jusqu’à la délation.

Les protestants ne dépendent d’aucune autorité suprême, chacun se détermine en suivant son libre-arbitre. L’autorité est locale, horizontale. Tous étant au même niveau, il s’instaure entre chacun un climat de confiance qui permet la négociation. Ainsi en Allemagne chaque Land a été à la fois libre et responsable de ses décisions de confinement.
En cas de crise, les protestants comptent plus sur eux-mêmes que les catholiques qui attendent tout d’en-haut, Dieu ou l’État. Ils anticipent plus que les catholiques qui improvisent : d’un côté une attitude proactive, de l’autre une attitude réactive.

Les protestants appellent à la responsabilité de chacun au sein du groupe, à l’auto-discipline : c’est le « nous » qui compte. Chez les catholiques le « je » l’emporte sur le « nous », chacun-pour-soi et absence de contraintes.
Enfin les catholiques, dans leurs prises de parole, donnent plus de poids au non-verbal et à l’émotionnel qu’aux mots, tandis que les protestants sont attachés à l’information objective et rationnelle. C’est pourquoi les médias des pays catholiques jouent sur la sensation et les émotions du public, là où les médias protestants sont connus pour leur sobriété, leur ton neutre jusqu’à l’ennui.

Appliquez cette grille de lecture à la pandémie en cours et vous comprendrez mieux ce qui sépare les deux groupes. Exemple : la Suède, pays protestant, a adopté une politique « ni confinement, ni laisser-aller ». La vie continue presque normalement, le gouvernement ne donne pas d’ordres mais des recommandations qui sont suivies parce que chacun se prend en charge. L’Allemagne a déclaré qu’elle comptait sur la responsabilité de chacun, le Danemark qu’il confinerait de façon à limiter la pandémie à « un niveau acceptable ». Résultat, les statistiques de ces pays sont meilleures que les nôtres. Leur économie qui n’a pas été stoppée net redémarrera avant la nôtre et mieux que la nôtre.
Les USA sont un cas à part : leur président a adopté une posture froidement cynique, « le business avant la population ».

 

Tout faux

Dès le début de l’épidémie les  « catholiques » ont eu tout faux. À l’échelle mondiale le taux de mortalité des moins de 60 ans est de 1,8 % des contaminés. Face à ce chiffre ils ont choisi le « Principe de précaution » et adopté des mesures absolument contraires aux bonnes pratiques. Les pays « protestants » cités plus haut, tout comme la Corée, Hong-Kong, Taiwan, Singapour, ont fait du dépistage et du confinement sélectif leur priorité absolue. Tandis que nous avons traité 67 millions de Français comme s’ils étaient tous contaminés.

Pr. Didier Raoult : « Le confinement n’a jamais été une réponse efficace contre les épidémies. Enfermer chez eux des gens qui ne sont pas porteurs du virus est infectiologiquement absurde. » Résultat : Singapour qui était en février le deuxième pays le plus touché au monde avec le même nombre de « premiers contaminateurs » que la France en mars, compte aujourd’hui 0,008 % de décès contre 0,04 % pour la France, soit 15 fois moins.

[...]
                                            

______________________

(2) Chiffres au 24/04/2020 des personnes contaminées et des décès, ramenés à la population globale de chaque pays :
Groupe 1 : Angleterre : contaminés 0,25 % dont décès 3,9 %. Allemagne : contaminés 0,16 % dont décès 4 %. Danemark : contaminés 0,14 % dont décès 4 %. Suède : contaminés 0,02 % dont décès 12 %.
Groupe 2 : Espagne : contaminés 0,48 % dont décès 10,4 %. Italie : contaminés 0,32 % dont décès 14 %. France : contaminés 0,22 % dont décès 14 %.

 

 

.

 


L’envers de la médaille

 

Gilles Castelnau


Le jour-même où je lisais cette intéressante réflexion, le journal Le Monde publiait l’article ci-dessous. Il m’a fait penser à l’envers de la médaille qui est la passion protestante pour l’honnêteté, la vérité et l’esprit de responsabilité.
Le protestant se sait « pécheur pardonné » vivant librement de la bienveillance divine et il assume donc sans honte sa réalité.

Il n’a pas de pape exerçant l’autorité : c’est collectivement dans des synodes élus que fonctionne la direction de l’Église. Il tient pareillement à ce que ses dirigeants ne disent jamais « je » mais toujours « nous ». Aucun pouvoir personnel supérieur.

Il ne parle pas de « délation » mais de « coopération avec ‘notre’ police » car il ne voit pas de distance entre son gouvernement, ses institutions publiques et les décisions de la collectivité.

D’où ce « défaut » (s’il en est un) de ne pas supporter l’illégalité des sans papiers, travailleurs au noir, ne jouant pas le jeu collectif.

 

 

A Genève, la pandémie de Covid-19 révèle une misère sociale jusque-là peu visible

Plus de 2000 personnes ont bénéficité d’une distribution d’aide alimentaire, samedi

 

Marie Bourreau

Genève, correspondance

Large extrait d’un article paru dans Le Monde du 6 mai

[... ]
Jamais Genève, l’une des dix villes les plus riches au monde, n'avait imaginé accueillir une telle distribution de vivres. Une file longue d'un kilomètre, soit près de 2200 personnes, s'est formée samedi 2 mai aux abords de la patinoire des Vernets, en plein centre-ville. Au bout de trois heures d’attente, le Graal : des sacs qui contiennent des denrées alimentaires essentielles, riz, pâtes, huile, deux boîtes de sauce tomate et des produits d’hygiène courant, offerts par des particuliers et distribués par les bénévoles de l'association de la Caravane de la solidarité. Leur valeur n'excède pas 20 francs (19 euros). « C'est dire le dénuement de ces personnes, s’alarme un volontaire. On n'a jamais vu ça depuis la fin de la seconde guerre mondiale. »

Depuis le début du semi-confinement à la mi-mars en Suisse - fondé sur la discipline individuelle plutôt que sur des mesures coercitives -, les associations ont observé la vague des besoins humanitaires monter. Rien qu'à Genève, la Caravane de la solidarité a offert 150 sacs de vivres lors de la première distribution début avril£. Puis 8oo, et enfin près de 1300. Les Colis du cœur, qui distribuent des bons alimentaires, comptabilisent plus de 7000 bénéficiaires, contre 4000 au début de la crise. Genève n'est pas la seule à observer cette augmentation. A Lausanne, dans le canton de Vaud voisin, la soupe populaire distribuait chaque jour 250 repas jusqu’en décembre 2019. Elle en sert désormais près de 900 quotidiennement.

Travailleurs invisibles

Les récipiendaires sont ces milliers d' « invisibles », sans papiers le plus souvent, ou travailleurs précaires, qui exerçaient dans la restauration, sur les, chantiers, comme nounous ou comme femmes de ménage. La crise du Covid-19 les a laissés sur le carreau : sans travail, sans ressource et souvent sans soins, en pleine pandémie et confinés dans des logements surpeuplés. « Ces 2000 personnes ne sont que la pointe de l'iceberg », estime la députée Ada Marra, vice-présidente du Parti socialiste. A Genève, les sans-papiers - majoritairement des femmes philippines et latino-américaines - seraient près de 10 000. A l'échelle de la Suisse, « les chiffres parlent de 100 000 à 300 000 sans papiers exclus des systèmes d'aide sociale, selon Mme Marra [...] L’État ne veut surtout pas donner l’impression qu’il traite directement avec les sans-papiers. »
[...]



Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque