Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

« Je suis avec vous »

 

 

prédication

Matthieu 28.20


pasteur René Lamey 

 

 

21 mars 2020

La vie que nous vivons n’est pas toujours celle que nous espérions vivre ; la vie est parfois plus difficile que nous l’aurions imaginé. On voudrait la paix, et nous sommes en conflit avec quelqu’un ou avec nous-mêmes (ou avec une virus). On fait des projets, et ceux-ci ne se réalisent pas. On voudrait que les choses se réalisent le mieux possible, et puis il y a toujours quelque chose qui vient gâcher notre bel optimisme. Le monde, les gens ne sont pas tels que nous le souhaiterions. Bref, il n’est pas toujours facile de trouver son chemin, il n’est pas toujours facile de vivre sa vie.
Si ces pensées sont parfois les vôtres ou si votre vie ressemble ce que je viens d’exprimer en quelques mots, alors la prédication d’aujourd'hui est pour vous... alors cette promesse que fait Jésus à ses disciples est aussi faite pour vous !
L’Evangile de Mattieu se ferme sur cette belle promesse. Ecoutons les derniers versets de l’Evangile de Matthieu.

Matthieu 28.18-20
Jésus s’approcha d’eux et leur parla ainsi :
-  J’ai reçu tout pouvoir dans le ciel et sur la terre : allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit.
Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde.


Cette promesse de la présence de Jésus à nos côtés qui clôt l’évangile fait écho à cette même déclaration par laquelle s’ouvre l’évangile : l’enfant qui va naître est appelé Emmanuel, ce qui signifie « Dieu avec nous » (Mat 1.23).
Promesse au début de l’évangile, promesse à la fin de l’évangile, promesse du début de notre vie jusqu’à sa fin et même au-delà !
Ce n’est pas pour rien que l’Evangile se ferme sur cette promesse. La mission de Jésus est terminée. Celle des disciples commence ! A eux de prolonger l’œuvre et le message de Jésus.

La promesse de Matt 28.20 fait suite à une série de recommandations que Jésus adresse à ses disciples ; ce ne sont pas n’importe quelles recommandations, du style « N’oubliez pas de fermer le gaz en partant » ou « Ne traînez pas en route », ce ne sont pas de simples conseils pour la vie de tous les jours, c’est le monde entier qui est visé, c’est le grand envoi des disciples dans le monde.

Avant de promettre sa présence, Jésus donne quatre instructions à ses disciples :
1) allez
2) faites des disciples
3) baptisez - et
4) enseignez.

Le programme est intéressant, mais est-il à la hauteur des disciples ?
Imaginez cette poignée d’hommes, ce sont des inconnus, ce sont de braves pêcheurs sachant à peine lire et écrire. Ils n’ont pas de voiture, pas de téléphone pas de photocopieurs, pas d’ordinateurs, pas Internet... en fait, ils n’ont rien... et on leur dit d’aller dans le monde entier.

Et puis, il ne s’agit pas seulement d’aller, il y a tout un énorme travail de suite à faire. Il ne s’agit pas seulement d’annoncer la Bonne Nouvelle, il s’agit aussi de faire des disciples, et ça, ce n’est pas une mince affaire vu le peu d’enthousiasme que mettent les gens à devenir des disciples... De plus, il est aussi question d’enseigner, de devenir des maîtres, des professeurs. N’importe qui ne peut pas s’improviser enseignant…
Alors, imaginez les pensées et les réactions quand ils entendent les ordres que Jésus leur donne.

- « Mais, Seigneur, sais-tu au moins à qui tu t’adresses ? Nous ne sommes pas nombreux, nous n’avons pas de diplômes universitaires, nos porte-monnaie sont vides, comment veux-tu qu’on aille prêcher, témoigner, enseigner... et puis, ce n’est pas seulement dans notre quartier que tu nous envoies, c’est dans le monde entier, et le monde entier, c’est un peu plus grand que la Judée ! Et aussi, vu ce qui s’est passé il y a quelques jours, ce n’est peut-être pas le meilleur moment de se faire à nouveau remarquer... ».

Oui, ils en ont des objections, ces chers disciples ; ils ont de quoi hésiter, ils ont de quoi être effrayés, ils ont de quoi être découragés, et cela, avant même d’avoir commencé leur travail !

C’est pour cela que Jésus ajoute cette promesse qui fait immédiatement suite à la série de recommandations.
- Vous ne partez pas seuls sur les routes poussiéreuses d’Israël et du monde, je suis avec vous !
- Vous n’avez aucun diplôme en poche, mais moi, le Maître, je suis avec vous, et je vous enseignerai en même temps que vous enseignerez les autres !
- Vous n’avez aucune garantie, aucune assurance-vie, mais n’ayez aucune crainte, je suis avec vous !
- Vous n’êtes que quelques-uns, mais rassurez-vous, parce que je suis avec vous, vous serez bientôt des milliers !

« Je suis avec vous », une seule et unique promesse, mais alors, quelle promesse !
C’est ni plus ni moins la promesse que Dieu lui-même marche à leurs côtés. Dans la promesse de Jésus, il y a le « Je suis », ce « Je suis » qui était déjà dans le buisson ardent, ce buisson qui brûlait devant Moïse, Moïse qui recevait ce jour-là presque la même mission que reçoivent les disciples de Jésus, Moïse qui avance les mêmes objections que les disciples : qui suis-je, comment faire, comment parler ?

Celui qui a appelé Moïse, celui qui donne pour nom « Je suis qui je suis », c’est-à-dire celui qui ne change pas, celui qui est, hier, aujourd’hui et demain, celui sait et peut toutes choses, celui qui sera avec Moïse, celui qui sera avec les disciples, c’est le Dieu éternel, le Seigneur, qui est, qui sera et qui restera toujours avec celui qu’il envoie.
Puisque « Je » est avec vous, puisque le Seigneur est avec vous, vous pouvez aller, vous ferez des disciples, vous enseignerez, vous baptiserez. J’en fais le serment.

Aujourd’hui, nous entendons la même promesse : « Je suis avec vous, avec chacun d’entre vous... » (citer des noms).
Je suis avec vous pour :
- vous garder, vous entourer
- que vous puissiez aller avec courage, peut-être pas dans le monde entier, mais vers les autres, ceux qui vous entourent
- aller avec confiance vers les autres (quand le confinement sera fini...)
- aller avec persévérance et joie pour accomplir vos diverses responsabilités ou engagements ou projets personnels, familiaux, ecclésiaux
- aller de progrès en progrès dans les tous les domaines de votre vie.

« Je suis avec vous », c’est la certitude de ne jamais être totalement seuls, totalement livrés à nous nous-mêmes, même si on ne ressent pas cette présence – Jésus n’a pas dit : « Vous ressentirez ma présence » - il est là, même si je ne ressens rien de cette présence, il est là, parce qu’il l’a promis. A nous de faire confiance à cette promesse...


Dernière chose : la promesse est inconditionnelle : Jésus ne pose pas de conditions à sa présence. Il n’a pas dit : « Je serai avec vous, à condition que vous sachiez la Bible par cœur, que vous donniez tant d’argent, que vous veniez tous les jours à l’église, que vous priiez 6 heures par jour, que vous jeûniez 3 jours par semaine, que vous soyez parfait en tout... ».
Sa présence, il nous la donne, il nous l’offre gratuitement. Parce qu’il l’a décidé ainsi. C’est pure grâce de sa part.
Jésus offre sa présence, et je lui offre ma vie. Ce n’est que juste retour.
Nous disions tout à l’heure que la vie que nous vivons n’est pas toujours celle que nous espérions vivre, et qu’elle est parfois plus difficile que nous l’aurions imaginé mais s’il reste au moins quelque chose qui est sûr dans ce monde vacillant, s’il subsiste au moins quelque chose qui nous maintienne debout, c’est la présence de notre Seigneur, présence au sein de nos journées, présence au plus profond de notre vie, comme une source de vie qui coule sans cesse au cœur de notre vie intérieure.
v.20 : « Et voici, je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde. »

Que ce soit là notre réconfort, notre espérance, notre certitude.

Amen !

J’aimerais conclure par un poème qui rappelle cette présence du Seigneur à chaque instant, même dans les pires moments de la vie ; le pasteur Dietrich Bonhœffer a écrit ce poème peu avant sa mort (il a été exécuté par les nazis dans un camp de concentration) en décembre 1944.

Nouvel an 1945
Sans cesse environné de forces bienveillantes
Dans la joie du Seigneur, fidèlement gardé
Je veux vivre avec vous la saison de l’attente
Et avec vous entrer dans la nouvelle année.

Quand le passé revient tourmenter nos mémoires,
Ployant sous le fardeau des jours calamiteux,
Donne Seigneur, à tes fils de boire
La coupe du salut, ce don mystérieux.

Si tu veux aujourd’hui nous dispenser ta joie
A la vue de ce monde, au feu de ton soleil,
De nous jours passés alors nous dirons les merveilles
Et notre vie t’appartiendra.

Mais si tu dois demain tendre la coupe amère
De la douleur, remplie à déborder,
Nous la prendrons aussi comme une grâce, ô Père,
De ta main bonne et sans trembler.

Dans nos ténèbres, ton aurore mette en nos cœurs chaleur et paix
Et s’il se peut, Seigneur, rassemble-nous encore ;
Même en la nuit luit ta clarté.

Quand règne le silence en notre réclusion
Laisse en nous retentir le chant sacré du Monde
Qui nous entoure en invisible communion
Avec tous tes enfants à la ronde.

Miraculeusement gardé par ton amour,
Nous n’avons pas la peur du lendemain
Car tu es là, soir et matin,
Avec nous jusqu’au dernier jour.



Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.