Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

CASP

Centre d’Action Sociale Protestant dans la Région Parisienne


Antoine Durrleman

président

 

CASP


14 mars 2020

Au CASP, nous nous battons sans cesse de toutes nos forces contre l'inacceptable. Sous toutes ses formes. Mais il est une cause qui entre toutes nous mobilise particulièrement depuis toujours : celle des enfants. Comme on dit aujourd'hui, c'est dans notre ADN, en écho dans l'action à cet appel de Celui au nom duquel nous avons été fondés : « Ce que vous avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi-même que vous l'avez fait » (Matthieu 25.40).

Notre engagement est inconditionnel et multiple : l'hébergement des familles à la rue, l'accueil des familles demandeuses d'asile, l'accompagnement des mineurs étrangers, la présence auprès des jeunes en errance dans le centre de Paris, le travail pour consolider voire reconstruire un lien parental si souvent mis à mal dans la trajectoire de l'exil ou dans toutes les difficultés de la rue... Nous imaginons, nous proposons, nous montons inlassablement au créneau pour mettre en place des formes de soutien et d'appui innovantes comme la suite de ce CASP-Information l'illustre.

Mais jamais au grand jamais nous n'avons été confrontés à des situations aussi honteuses et dramatiques que ces derniers temps. Jamais nous n'avons vu autant d'enfants, de nourrissons, de bébés, de femmes enceintes sans abri. Pas seulement en journée. Aussi les nuits. Pendant des semaines. Pendant des mois.

Nous avons connu au CASP des évènements dramatiques. Une mère que nous suivions, enceinte de jumeaux, a perdu l'un d'entre eux après un accouchement d'urgence : elle avait passé six semaines à la rue, alors que les médecins lui avaient dit de garder le lit. Une autre aussi en errance a accouché peu de temps après dans un accueil du CASP. L'aide à distance du Samu a permis que tout se passe bien. Mais la prochaine fois ?

Cette situation scandaleuse, contraire à tous les engagements pris par notre pays dans le cadre de la Convention internationale des droits de l'enfant, nous l'avons dénoncée haut et fort. Par voie de presse comme vous l'avez peut-être lu, entendu ou vu. En rencontrant aussi directement et personnellement les responsables politiques et administratifs à tous les niveaux : ministre du Logement, Préfet de région, services de l'Etat et de la Ville de Paris... Nous avons été écoutés certes, avec attention : nos interlocuteurs savent que le CASP ne prend pas la parole à la légère et à tout bout de champ, que sa protestation n'est pas rhétorique mais fondée sur des faits précis, que nous ne nous contentons pas de dénoncer mais que nous proposons des solutions, comme par exemple la réquisition temporaire de l'Hôtel-Dieu. Mais nous n'avons pas été suffisamment entendus.

Bien sûr, quelques nouveaux centres pour femmes avec enfants ont été ouverts, et il faut s'en féliciter, mais ils ont été aussitôt remplis. Un contingent de places en hôtel a été rouvert aussi. Mais, par rapport aux besoins, ces efforts sont trop peu. Et la situation demeure révoltante de tant de femmes et d'enfants chaque jour, chaque soir sans toit. De tant de destins pour qui s'enclenche une spirale du pire.

Mais au CASP, nous refusons opiniâtrement de baisser les bras. Nous mobilisons vos dons pour permettre à plus de femmes enceintes ou avec de tous jeunes nourrissons d'avoir accès à un hôtel. Nous recherchons activement des locaux momentanément vides pour y installer des centres d'accueil temporaires. Nous poursuivons sans relâche notre action de protestation, de témoignage et de plaidoyer auprès de toutes les autorités. Nous avons un seul mot d’ordre : zéro enfant à la rue ! C'est le seul à la hauteur de notre responsabilité. Mobilisez-vous à nos côtés, rejoignez-nous plus nombreux encore et aidez-nous aussi largement que vous le pourrez. Ensemble et avec d'autres, nous pouvons l'atteindre.

 



Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.