Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La confiance en soi

 

 

prédication

Jérémie 1.4-10


pasteur René Lamey 

 

 

10 mars 2020

Ça vous est déjà arrivé de devoir prendre la parole en public ?
A chaque soirée que j’anime, je propose aux personnes qui organisent la soirée de prendre la parole, je les invite à dire quelques mots de bienvenue. Et presque à chaque fois, je vois ces personnes commencer à paniquer, elles deviennent pâles, leurs genoux jouent des castagnettes, elles me disent (les personnes, pas les castagnettes), elles me disent : « Mais je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas parler au micro, je bafouille, je tremble, les gens vont se moquer de moi, non, non, je préfère ne rien dire que plutôt d’être la risée de tout le monde. » Quand c’est comme ça, je prends quelques minutes pour les rassurer, elles finissent quand même par prendre la parole, et en général, ça se passe bien.
Ce n’est pas facile d’être devant du monde, que ce soit pour parler, pour jouer un morceau de musique ou chanter la chanson que vous connaissez très bien mais que vous avez maintenant peur de massacrer au risque d’être la honte pour vos parents ou vos amis !

Ce n’est pas facile de prendre la parole en public. Et je pense que vous aussi, les catéchumènes, au collège, vous avez certainement déjà dû préparer un exposé sur un sujet que vous avez étudié et sur un stage que vous avez fait. Comment vous vous sentiez quelques heures, ou pire, quelques minutes avant d’être devant la classe ? Vous n’étiez peut-être pas très à l’aise, le cœur faisait boom boom dans votre poitrine, la gorge était serrée, les mains étaient moites, les feuilles tremblaient, vous auriez préféré être à l’autre bout du monde que d’être là, devant tous ces visages qui vous regardent, devant toutes ces personnes qui attendent quelque chose de vous. Et ça a beau êtres des copains, des copines, des amis, des gens qui ne vous veulent absolument pas faire du mal – au contraire – mais vous aviez certainement quand mêmes les chocottes !

Eh bien, les chocottes et tout ça, tout ce que je viens de vous décrire, ça a à voir avec la confiance en soi.
Chez vous, en répétant l’exposé ou le morceau de musique, ça se passait très bien, vous étiez sûr de vous, aucune panique, aucune appréhension dans votre cœur, la confiance en soi était bien là, et soudain, devant le public, pfuit, elle s’envolait et c’était la cata dans votre tête !

Eh bien, bonne nouvelle, les amis, la confiance en soi, ça s’apprend ! Ça met parfois du temps (j’en sais quelque chose), mais, avec le temps, et avec l’expérience, on peut y arriver.

Mais aussi avec ce que nous pouvons découvrir dans la Bible, avec certains personnages de la Bible, qui n’en menaient pas large non plus quand Dieu s’est adressé à eux !

Comme, par exemple, ce jeune et sympathique Jérémie.

Nous sommes en 627 avant J.-C. Dans le pays où habite Jérémie, Israël, les choses ne vont pas très bien. Le gouvernement a fait de mauvais choix : l’alliance conclue avec l’Egypte va bientôt se révéler catastrophique et entrainer le pays dans la guerre. Les gens, eux aussi, sont en train de prendre des mauvaises décisions : beaucoup en ont un peu marre d’être le peuple de Dieu, un peuple à part, avec des coutumes à part, avec des lois à part, une nourriture à part. Ils ont assez d’être à part : ils veulent ressembler aux autres nations, quitte à abandonner les lois de Dieu et les coutumes instaurées par Moïse.

Dieu ne voit pas cela d’un bon œil, Dieu pressent les catastrophes à venir, alors il se cherche un porte-parole, et il trouve là, dans une modeste famille de prêtres, un jeune garçon qui s’appelle Jérémie.

Voici comment Jérémie raconte ce qui lui est arrivé :

Jérémie 1.4-10

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes : 
- Avant de t’avoir formé dans le sein de ta mère, je t’ai choisi ; et avant ta naissance, je t’ai consacré : je t’ai établi prophète pour les nations.
Je répondis :
-  Hélas, Seigneur Eternel, je suis trop jeune pour parler en public ! » 7 
Mais l’Eternel me répondit :
-  Ne dis pas : « Je suis trop jeune » ; tu iras trouver tous ceux auprès de qui je t’enverrai, et tu leur diras tout ce que je t’ordonnerai. N’aie pas peur de ces gens, car je suis avec toi pour te délivrer, l’Eternel le déclare. » 9 
Alors l’Eternel tendit la main et me toucha la bouche, et il me dit :
- Tu vois, je mets mes paroles dans ta bouche. Sache que je te confie aujourd’hui une mission envers les nations et les royaumes : celle d’arracher et de renverser, de ruiner et de détruire, de construire et de planter.

Vous avez entendu la réaction de Jérémie ? Il ne laisse même pas à Dieu le temps de finir sa phrase. Tout de suite, paf, l’argument massue, ou plutôt, l’excuse massue : « Je ne sais pas parler, je suis trop jeune ! » Dieu lui propose un des plus beau métiers au monde, et lui, Jérémie, « Ah non ah non, c’est pas pour moi, ça, je suis trop jeune »

Qu’auriez-vous fait à sa place ? D’autant plus qu’il n’avait pas entièrement tort. A l’époque, personne ne l’aurait pris au sérieux (c’est encore un peu pareil aujourd’hui). Quand il dit : « Je suis trop jeune », ça veut dire qu’il est encore un adolescent, ça veut dire qu’il avait à peu près votre âge ! S’il avait voulu parler au nom de Dieu devant l’assemblée d’Israël, on lui aurait gentiment dit (comme on l’a dit a dit à Greta Turnberg) :
-  Mon p’tit, rentre chez toi, apprends d’abord un métier, trouve-toi une femme, fait quelques enfants, construit une maison, et après seulement, tu pourras venir nous parler et on t’écoutera...
Autrement dit :
-  Quand tu sauras ce qu’est la vraie vie, on te prendra au sérieux !

Comment avoir confiance en soi quand on sait qu’on ne vous écoutera pas ?
En tout cas, pour Dieu, l’argument, ou l’excuse, ne tient pas la route ! Et Dieu aligne trois ou quatre encouragements imparables !

1) C’est moi qui t’envoie – ça veut dire : sois tranquille, tu n’as pas à prouver quoi que ce soit, tu n’as pas à défendre quoi que ce soit, c’est moi, Dieu, qui feras le boulot !

2) N’ai pas peur ! Ça, c’est fort ! Parce que c’est la peur qui est l’origine de toutes nos hésitations, de toutes nos excuses, de tous nos refus, de toutes nos pensées négatives, de tous nos tremblements ! Que feriez-vous si vous n’aviez pas la frousse ? Que feriez-vous, dans la vie, aujourd’hui, demain, si vous n’aviez pas peur ?

3) Je suis avec toi et je te délivrerai : si Dieu est avec moi, qui pourrait faire quoi que ce soit contre moi ?

4) Je mets mes paroles dans ta bouche : ça veut dire que tu n’as même pas à t’inquiéter de ce tu devras dire, ça viendra tout seul, c’est moi qui vais t’inspirer !

Bon, d’accord pour Jérémie, mais tout ça, en quoi ça me concerne, en quoi ça peut m’aider pour avoir plus de confiance de moi ?
Eh bien, je pense que ça nous concerne aussi ! Bien sûr, nous n’avons pas la même mission que Jérémie. A priori, aucun de nous n’est appelé à prendre la parole au Parlement Européen ou au Conseil des Nations (quoique, on ne sait jamais...).
Mais notre mission, en tant qu’homme digne de ce nom, en tant que femme digne de ce nom, en tant que citoyen, en tant que chrétien, notre mission est mettre en pratique les valeurs d’humanité transmises par Jésus, tel que, par exemple : le respect – de soi, des autres, de la nature.

Si vraiment – pour prendre juste cet exemple – je veux être plus respectueux, de moi, de mon corps, des autres, de la nature, ça impliquera des paroles respectueuses, des attitudes respectueuses, un comportement respectueux – et ça ne sera pas toujours facile de mettre cela en actes – ni au collège, ni au travail, ni en famille, ni dans le quartier où l’on vit.
Mais on n’aura aucune crainte à avoir : Dieu sera avec nous, non pas pour qu’on se mettre au-dessus des autres, non pour se faire voir, ni pour faire le malin, mais Dieu sera avec pour nous aider à vivre dans ce respect.

Dieu sera avec nous, il nous fait confiance, même si on n’y arrive pas toujours. Et si Dieu lui-même me fait confiance, alors, moi aussi, je peux avoir confiance en lui et surtout en moi. Alors, oui, j’irai, même si je tremblerai un peu, alors oui, je parlerai, même je bafouillerai un peu, alors, oui, j’agirai, même si j’ai un peu peur.
Ma confiance en moi s’appuiera sur la confiance que Dieu a en moi.

Gardez cette image en tête ! Mettez-là dans votre cœur et votre confiance grandira de jour en jour. N’aie pas peur, je suis avec toi, aie confiance en moi, et en toi !

Amen !

 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.