Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La Transfiguration


 

 

prédication


pasteur René Lamey 

 

 

20 février 2020

Matthieu 17.1-8
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et les emmena sur une haute montagne, à l’écart. Il fut transfiguré devant eux : son visage se mit à resplendir comme le soleil ; ses vêtements prirent une blancheur éclatante, aussi éblouissante que la lumière.
Et voici que Moïse et Elie leur apparurent : ils s’entretenaient avec Jésus.
Pierre s’adressa à Jésus et lui dit :
-  Seigneur, il est bon que nous soyons ici. Si tu es d’accord, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie...
Pendant qu’il parlait ainsi, une nuée lumineuse les enveloppa, et une voix en sortit qui disait :
- Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qui fait toute ma joie. Ecoutez-le !
En entendant cette voix, les disciples furent remplis de terreur et tombèrent le visage contre terre.
Mais Jésus s’approcha et posa la main sur eux en disant :
-  Relevez-vous et n’ayez pas peur.
Alors ils levèrent les yeux et ne virent plus que Jésus seul.

Eh bien, mes amis, quelle expérience extraordinaire ! Quelle vision sublime ! Ils en avaient de la chance, ces trois disciples. Alors que tous les autres sont restés à se morfondre dans la vallée et à se demander ce que les quatre pouvaient bien fabriquer là-haut, Pierre, Jacques et Jean sont témoins d’une manifestation spirituelle sans précédent et d’une portée religieuse pleine de mystère, mais aussi pleine de sens.
Voir le visage de Jésus resplendir, voir ses vêtements devenir d’une blancheur resplendissante, voir deux des plus grands personnages de l’histoire d’Israël Moïse et Elie, ça dépasse l’entendement, ça peut faire sauter quelques boulons dans la tête !
Comment comprendre cet épisode exceptionnel de la vie de Jésus ?

J’aimerais dire deux choses : la première est en rapport avec le contexte religieux de l’Évangile de Matthieu, et la seconde est en lien avec la façon dont nous pouvons recevoir ce texte aujourd’hui.

1. Matthieu a une conviction qui lui tenaille le cœur et l’esprit : Jésus est le Messie des Juifs, Jésus est celui que les anciens textes annoncent, et bien plus : Jésus a un statut supérieur à celui des grands hommes du passé de l’histoire d’Israël.
Matthieu a un objectif théologique : il veut convaincre ses auditeurs et ses lecteurs que Jésus mérite qu’on l’adore et qu’on le suive.
Voyez comment Matthieu s’y prend (je vais vérifier les connaissances qui restent de votre catéchisme) :

a) où Jésus emmène-t-il les trois disciples : « sur une haute montagne » ; à quelle autre haute montagne d’Israël Matthieu fait-il allusion ? le Sinaï !

b) quel autre grand personnage Matthieu évoque-t-il ? Moïse !

c) à quel autre événement capital de l’histoire d’Israël Matthieu renvoie-t-il ses auditeurs ? la révélation de la Loi divine !

d) et puis encore : voici qu’apparaissent Moïse et Elie. Pour tout juif, Moïse représente la Loi et Elie les prophètes. Imaginez la scène : Jésus, entouré d’une lumière divine, à ses côtés Moïse et Elie qui s’entretiennent avec lui. En décrivant la scène de cette manière, quelle message Matthieu fait-il passer aux lecteurs juifs de son époque ?

e) et encore deux autres indices : la nuée qui les enveloppe, c’est la nuée divine qui a accompagné le peuple à travers le désert, symbole de la présence de Dieu ; et la voix qui dit quoi ? « Celui-ci est mon fils bien-aimé », et plus important encore : « écoutez-le. »

« Ecoutez-le », c’est-à-dire : « Tournez-vous vers lui » c’est-à-dire : « Acceptez-le comme votre Messie », c’est-à-dire finalement : « Suivez-le. »

Comprenez-vous ? Ce récit extraordinaire a pour vocation de convaincre les juifs récalcitrants qu’ils feraient mieux de suivre l’exemple de tant d’autres qui ont accepté Jésus - plutôt que de les combattre, suivez leur exemple ! Si Moïse et Elie eux-mêmes ont reconnu la grandeur et la divinité de Jésus, à plus forte raison, vous aussi, vous qui avez pour maitres Moïse et Elie, vous qui vous réclamez d’eux, vous aussi, vous êtes invités à vous « entretenir » avec Jésus, à reconnaître en lui le Messie, à écouter ses paroles, à obéir à sa parole.
Voilà pour le premier point.

2. Et voici le second : en quoi ce texte nous concerne-t-il, nous qui vivons dans une toute autre époque, avec d’autres problèmes, une époque où si quelqu’un venait nous dire qu’il a été au Champ du Feu et qu’il a été témoin d’une vision pleine de lumière et qu’il a entendu des voix, on ne serait peut-être pas très rassuré sur son état mental ou qu’il a été à une soirée très arrosée, qu’il a un peu trop tâté de la « fiollate »...
Pour nous aujourd’hui !

- d’abord l’injonction transmise par la voix divine : « Ecoutez-le ». Se mettre à l’écoute du Christ, à travers les Evangiles, à travers son exemple, à travers la prière, en étant attentifs à la voix qui résonne parfois tout au fond de notre cœur. Ecouter le Christ, c’est écouter son cœur, écouter le Christ, c’est mettre au centre de notre vie les valeurs transmises par les Evangiles : les valeurs de l’amitié, de la solidarité, du respect de la vie, la valeur de l’amour, du don, du pardon...

- Ensuite, comme les disciples qui « furent remplis de terreur et qui tombèrent le visage contre terre », nous avons tous de moments de détresse, d’angoisse, de fragilité, de remise en question, de crainte devant la maladie, la solitude et la mort, devant un avenir incertain fait de crise, de guerre, de chômage, de pauvreté...
Que fait Jésus ? Que dit Jésus à ses disciples apeurés ? Il pose la main sur eux et il leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur. »
Cette parole d’encouragement est aussi valable pour nous. C’est comme si Jésus disait à chacun d’entre nous : « Relève-toi, ne reste pas à terre, ne reste pas dans l’inquiétude, regarde vers la lumière. N’aie pas peur, je suis avec toi, je ne t’abandonnerai pas. »

La fin du récit est aussi très instructive. Il est écrit : « Alors, ils (Pierre, Jacques et Jean) levèrent les yeux et ne virent plus que Jésus seul. »
Finie la grandiose vision, partie la voix dans la nuée, il n’y plus rien, plus rien que la montagne désertique et inhospitalière d’Israël, il n’y a plus rien que... Jésus et ses disciples.
Oui, il va falloir redescendre de la montagne, oui, il va falloir rentrer chez soi, il va falloir retrouver le quotidien et avec toutes ses contrariétés, il va falloir faire face à la vie. Mais ils ne sont pas seuls. Nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur est là. C’est peut-être tout ce qui reste, mais c’est le plus important : rester attacher à Jésus, lui faire confiance.

Le plus important, ce n’est pas d’avoir des visions, ce n’est pas d’entendre la voix de Dieu, le plus important est de vivre là où vous êtes, avec ceux qui sont à vos côtés, avec les autres, c’est d’être là où vous êtes, c’est d’être à l’écoute de la parole du Christ, c’est de laisser Jésus poser sa main sur nous et d’écouter sa voix qui nous dit : « N’ayez pas peur ».
Alors, relève-toi, et va, dans la confiance et dans la paix. Amen !


 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.