Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion


 

Notre Dame

 

pasteur Serge Soulié

 

blog


22 avril 2019

L’incendie de Notre Dame a créé beaucoup d’émotion dans le pays. Plus surprenant encore sont les sommes promises pour la reconstruire atteignant près d’un milliard en 24 heures. Du jamais vu. Beaucoup s’indignent et s’interrogent faisant remarquer qu’il aurait été bien difficile d’atteindre de telles sommes pour loger des SDF ou venir au secours de ceux qui ont faim y compris dans notre pays.

Les dons proviennent en majorité des grandes entreprises comme Total, LVMH, Pinault-printemps redoute (ppr), l’Oréal. Ils se chiffrent en million d’euros. Leurs dirigeants font partie des 1 % des Français les plus riches. Ces grands patrons ont trouvé là une occasion pour se montrer sur la scène internationale à moindre coût puisque leurs dons viennent en grande partie en déduction des impôts qu’ils doivent à l’état. Le manque à gagner de l’État devra alors être compensé par les impôts payé par le peuple tout entier d’une manière ou d’une autre. C’est ainsi que l’on peut dire sans se tromper que ces dons mirifiques sont payés par nous tous. On peut comprendre sans pour autant approuver leur action, la colère des gilets jaunes.

Notons cependant qu’il n’y a pas que les riches qui se montrent généreux. Nombreux sont ceux qui après avoir pleuré devant le désastre de l’incendie et, de plus, sollicités fortement et sans vergogne par des présentateurs de télés, se joignent aux donateurs y compris avec de très petites sommes. Tous peuvent se sentir soutenus par le Président de la République qui a choisi là l’occasion de dramatiser l’affaire pour créer une unité nationale et faciliter le « vivre ensemble » dans une société qui parait bien émiettée. Il va jusqu’à proposer un fond européen de solidarité pour restaurer les monuments en périls, fonds que beaucoup auraient souhaités voir pour venir en aide à ceux qui sont menacés dans leur vie par une grande précarité.

Nous sommes habitués à la récupération politique des évènements inattendus et exceptionnels. A ce sujet il est intéressant de noter l’embarras des opposants politiques au Président. Ils ne savent trop que dire, ils attendent. Ils ont perçu en fait l’engouement de tout un peuple pour le soutien à Notre Dame. Y compris les partis qui au nom de la laïcité voudraient se tenir loin de toute les religions ne se sentent pas autorisés à dénoncer le soutien sans limite à un monument religieux.

On pourrait croire dans un premier temps que cet engouement pour la cathédrale est dû aux catholiques, Président y compris, puisque celui-ci a demandé le baptême à douze ans. Or, toutes les enquêtes montrent que la religion est en perte de vitesse. Ceux qui se déclarent catholiques ne sont pas pour autant attachés à l’Eglise. Enfin, nombreux sont les catholiques qui ne se reconnaissent pas dans un tel soutien à un bâtiment alors que des milliers d’humains sont en souffrance. Les raisons de cet engouement ne tiennent ni à l’adhésion au catholicisme ni à la déférence due à l’histoire du pays. L’engouement puise sa source dans la superstition qui est au plus profond de tout être qui n’a pas eu l’occasion d’y réfléchir. Le superstitieux n’est pas forcément le croyant. Tout au contraire, ce dernier sait que le divin ne peut être assimilé aux caprices d’un Dieu que chacun imagine. Dans le christianisme, le divin renvoie à Jésus, le Christ, autrement dit à la réalité vécue. Il n’y a pas de hasard, pas de magie. Le superstitieux se laisse aller à des attitudes, des rites qu’il croit salvateur. Il suffit de regarder les fans de tel ou tel sport et constater les rites mis en place pour donner une chance de gagner à leur équipe. Dès que l’humain se sent menacé et impuissant, il attribue à des sorts, des forces occultes, la responsabilité de ce qui lui arrive. C’est ainsi, que ne pas faire ce que Notre Dame attend, c’est prendre le risque qu’elle se venge et qu’il arrive un malheur.

Certes la religion et tout particulièrement la religion catholique a favorisé la superstition pour celui qui ne voulait pas comprendre au-delà des rites qu’il voyait et des formules qu’il entendait. Mais elle ne les a pas inventés. Plus un peuple s’éloigne de la religion, plus il est dépourvu devant la superstition qui jaillit au plus profond de lui et l’envahit. Il perd un des moyens importants pour lutter contre cette superstition. L’éloignement de la religion explique cet engouement démesuré pour Notre Dame qui, contrairement à ce qui est affirmé par des présentateurs télé n’est pas la « Notre Dame » de tous y compris lorsqu’elle est perçu comme porteuse de notre histoire. Le drapeau est celui de tous. La Marianne, l’arc de triomphe, le panthéon, la devise républicaine nous rassemblent tous. Pas la cathédrale. Pas la mosquée. Pas la Synagogue. Pas le temple.

Une bonne nouvelle tout de même : Ce n’est pas Notre Dame qui a sauvé les pompiers. Ce sont les pompiers qui ont sauvés Notre Dame. L’humain retrouve ici toute sa place. Il n’y a pas eu de miracle. Seulement du travail, de l’intelligence et du courage.

 


Retour vers Serge Soulié
Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rtin Luther  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.