Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Les stations du Chemin de croix



Stations of the Cross



Jim Burklo

pasteur de l’Église Unie du Christ
Université de Californie du Sud


 

traduction Gilles Castelnau

 

7 avril 2019

Dans les Chemins de croix traditionnels, certaines stations se réfèrent à des moments de la Passion de Jésus mentionnés dans les Évangiles alors que d’autres – les chutes de Jésus, Véronique lui essuyant le visage – ne proviennent que de traditions ultérieures.
Le commentaire que je propose ici des stations traditionnelles a pour but d’apporter une réflexion spirituelle dans la tradition proprement évangélique.

 

1

Jésus est condamné à mort

 

Les Romains ont condamné Jésus comme soulevant le peuple. Mais tout ce qu’il faisait était de montrer que la « Paix romaine » était fondée sur la domination brutale. En condamnant Jésus ils condamnaient leur propre domination sur le pays. De même lorsque nous montrons les autres du doigt, nous nous condamnons nous-même car nous révélons nos propres faiblesses qui se manifestent dans notre désir de condamner les autres.

Méditation

Qui rendez-vous responsable de vos souffrances ?
Vos accusations vous font-elles souffrir vous-même et font-elles souffrir les autres ?

 

 

2

Jésus est chargé de sa croix

« Chacun porte sa propre croix ». Cette maxime est assez vraie. La souffrance est universelle et le christianisme fait de la croix son symbole central.
Le bouddhisme aussi débute par cette constatation. Le fait que « toute existence est souffrance » a été la première « station » du Bouddha sur son chemin vers l’illumination.
Mais la croix de Jésus était, selon le récit, trop lourde pour lui et Simon de Curène l’a aidé. Nous aussi, il est des croix que nous ne pouvons porter.

Méditation

Quelle croix porté-je dans ma vie ? quand a-t-elle commencé à devenir trop lourde pour moi ? Ai-je demandé – à Dieu ou à quelqu’un - de l’aide pour la porter ?

 

 

3

Jésus tombe pour la première fois

Selon la légende Jésus est tombé trois fois sur sa route du Golgotha. Nous aussi tombons tous à certains moments, en trébuchant sur le caillou d’une crise de notre vie, d’une maladie, ou simplement en vieillissant.
Une telle chute porte atteinte à notre corps et à notre fierté. Pourtant Jésus a dit que la pierre szur laquelle on trébuche devient la principale de l’angle : la plus importante dans la construction du nouveau Royaume.

Matthieu 21.42-44
N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures :
"La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle ;
C'est du Seigneur que cela est venu et c'est un prodige à nos yeux" ?

C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé,
et sera donné à une nation qui en rendra les fruits.
Celui qui tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé.

Nous tombons tous et, alors que c’est toujours douloureux, c’est aussi ce qui nous relève tous riches et pauvres, puissants et faibles, connus etinconnus et nous donne notre place. De l’autre côté de la croix, la pierre rejetée peut devenir pierre de l’angle de la nouvelle vie.

Méditation

Quelle est la pierre qui me fait trébucher et tomber, qui me fait perdre ma fierté devant les gens et devant Dieu ? Comment cette pierre rejetée peut-elle devenir la principale d’un angle d’une vie nouvelle et meilleure pour moi et pour les autres ?

 

 

4

Jésus rencontre sa mère Marie

Jésus et Marie ont traversé les plus terribles épreuves du monde. Jésus a été humilié devant sa mère et sa mère a été témoin de la condamnation de son fils. Être un parent et être un enfant sont des relations magnifiques qu peuvent aussi être incroyablement douloureuses. Nous avons tous donné à nos parents et – ou – à nos enfants à la fois bonheur et peine. Jésus et Marie ont goûté les deux.

Méditation

Où en suis-je avec mes parets et – ou – avec mes enfants ? et si c’était le dernier mot que nous aurions à leur dire, quel serait-il ?

 

 

5

Simon de Cyrène porte la croix


Jésus ne parvenait pas à porter sa croix. Un homme nommé Simon, venu de Cyrène en Afrique du Nord pour célébrer Pâques à Jérusalem est réquisitionné pour l’aider.
Il nous arrive parfois à nous aussi d’avoir à aider quelqu’un d’autre à porter son fardeau mais nous avons parfois le sentiment que cela ne les aide, en réalité, pas. Quand est-ce bien et quand ferions-nous mieux de les laisser assumer eux-mêmes leur situation ?
Finalement nous sommes tous appelés à partager la souffrance des autres et les autres ont à partager la nôtre.
Jésus a porté dans son amour la croix de ceux qu’il rencontrait et Simon lui a porté la sienne.

Méditation

Quelles croix suis-je appelé à porter pour d’autres ? Le fais-je volonters ou avec mauvaise humeur ? Mon aide les aide-t-elle ou au contraire accroît leur peine ?
Qui porte ma croix ? Des amis, la famille, des collègues, d’autres ?

 

 

6

Véronique essuie le visage de Jésus

Selon la tradition, Véronique a suivi Jésus jusqu’à la croix. Elle a essuyé son visage pour l’apaiser et l’empreinte du visage de Jésus s’est imprimée sur le linge qui est ainsi devenu une relique au pouvoir miraculeux. Le nom de « Véronique » signifie probablement   image véritable » : image véritable du Christ que l’on peut découvrir sur chaque visage humain.

Méditation

En me regardant dans la glace, suis-je capable de reconnaître l’image véritable du Christ ? et aussi l’image de celui qui qui le Christ veut bien souffrir ?

 

 

7

Jésus tombe pour la seconde fois

Jésus tombe d’épuisement sur le chemin du Golgotha. Nous aussi pouvons être épuisés par la maladie ou d’autres maux de la vie et des insultes peuvent s’y ajouter.
Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Lorsque nous sommes éprouvés par une souffrance, nous sommes vulnérables à d’autres. La vie n’est pas juste ! Mais à chaque fois, nous avons le choix de demeurer écroulé ou de nous relever pour continuer quand même à vivre, même si le risque est là d’une nouvelle chute.

Méditation

Quelle soufrance ai-je éprouvée, physiquement et moralement qui m’ait laissé vulnérable devant d’autres souffrances. Ai-je choisi de me cacher, de me protéger excessivement d’autres épreuves à venir ou d’affronter courageusement la suite ?

 

 

8

Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

Jésus leur dit de ne pas pleurer sur lui mais sur elles et sur leurs enfants.
Et en effet 40 ans plus tard, les Romains détruisirent complètement Jérusalem et le peuple d’Israël fut chassé du pays dans lequel il ne put retourner que récemment au XXe siècle.
Il nous arrive de manquer de perspective et d’agir comme si nos malheurs ne frappaient que nous. Mais nous ne sommes pas seuls et chacun de nous fait partie d’une histoire et participe à un drame plus vaste que le sien. Prendre conscience de notre place dans l’histoire du monde est à la fois un réconfort et une malédiction.

Méditation

Quelle est ma place dans l’histoire, dans ce grand drame humain de destruction et de renouveau ? Comment puis-je y jouer un rôle utile ?

 

 

9

Jésus tombe pour la troisième fois

Jésus a perdu ses forces, sa puissance, sa réputation, ses disciples l’ont abandonné et maintenant il affronte l’humiliation ultime. Il n’a pas seulement tout perdu, il est aussi tourmenté par la conscience de sa perte à l’approche de Golgotha.

Méditation

Qu’ai-je perdu au cours de ma vie ? dans quelle mesure ces pertes me minent-elles ou au contraire me libèrent-elles ? Si je pouvais récupérer quelque chose qui m’a été enlevé, que serait-ce ? et qu’en ferais-je désormais ? Leur perte m’a-t-elle apporté un avantage d’une sorte ou d’une autre ? Qu’ai-je encore aujourd’hui qui pourrait m’être enlevé – dignité, importance, situation – et que serait ma vie sans elles ?

 

 

10

Jésus est dépouillé de ses vêtements

Au temps de Jésus, être dévêtu était extrêmement humiliant, plus encore que de nos jours. Sa tunique lui était ôtée par les soldats romains qui la tiraient au sort.

Méditation

Si j’avais gagné les vêtements de Jésus et que je les portais, à quoi ressemblerait ma vie ? comment mettrai-je en lumière les souffrances de mes prochains et les miennes propres, comment les minimiserai-je ou en manquerai-je de respect ?

 

 

11

Jésus est crucifié


Ses derniers mots ont été : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » C’était le pire moment pour Jésus etle moment central de l’histoire de l’Évangile. Le moment exact où Dieu et les êtres humains se touchent, l’instant précis où le salut est donné à l’humanité.

Méditation

Quand ai-je perdu Dieu ? Quand ai-je été le plus proche de Dieu ? y a-t-il eu un moment où je l’ai perdu tout en étant proche de lui ?

 

 

12

Jésus meurt sur la croix


Jésus est réellement mort. Qu’on lise l’histoire littéralement ou métaphoriquement, les récits des évangiles montrent que le Jésus qui vivait avant la crucifixion n’était pas le même que la Christ qui est ressuscité.
Il en est de même avec nous. Nous pouvons connaître de petites morts qui nous changent pour toujours. Nous ne sommes pas les mêmes que lorsque nous étions enfants et nous ne serons pas les mêmes dans quelques années. Chaque tournant de notre vie – de l’enfance à l’adolescence, de l’adolescence à l’âge adulte, de la situation de parent à celui de grand-parent – nous rend différent d’avant.

Méditation

Quelle partie de moi est-elle morte ? quelle nouvelle existence surgit de cette mort ?

 

 

13

Le corps de Jésus est descendu de la croix


Les évangiles nous disent qu’un certain Joseph d’Arimathée, un maître d’Israël, admirateur secret de Jésus, demanda l’autorisation de prendre le corps de Jésus et de l’enterrer. Cette triste tâche devait sûrement l’exposer à l’hostilité des Romains et des membres du sanhédrlin juif.
Selon une légende médiévale, il vint plus tard en Angleterre pour y instaurer l’Église chrétienne et il y apporta à Glastonbury le saint Graal -  la coupe utilisée par Jésus lors du Dernier repas.

Méditation

Ai-je bénéficié de services importants rendus discrètement et sans désir de retour ni de remerciement ? Quels services me demande-t-on de rendre ? Y suis-je disposé sans attendre de reconnaissance ?

 


14

Le corps de Jésus est mis au tombeau

La mort de Jésus était humiliante et honteuse mais son enterrement respectueux et honorable. Il est écrit que Joseph d’Arimathée l’enveloppa dans un suaire et le déposa dans un tombeau neuf avec des aromates selon la tradition.

Il arrive souvent que l’on traite une personne différemment durant sa vie et après sa mort. Ne pourrait-on pas valoriser la vie de quelqu’un comme on est disposé à le faire après sa mort ?
Le Tombeau fut le cocon, la matrice dans lequel l’histoire du Jésus historique du 1er siècle s’est transformé en un Christ universel et éternel. Chacun des « trois jours » passés dans la tombe fut comme un des trimestres de la période de gestation débouchant sur la résurrection célébrée à Pâques.

Méditation

Quelle partie de ma vie est comme enfermée dans une tombe, comme morte et inconnue pour le monde et pour moi-même ? Se pourrait-il qu’elle apparaisse vivante et transfigurée aux yeux de tous ? Serais-je prêt à cette srte de résurrection ?

 


Retour vers libres opinions
Retour vers Jim Burklo
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.