Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Max Ernst, Jésus fessé par Marie


Être honnête avec Dieu

Honest about Dieu


Adrian Alker

prêtre anglican

 

conférence donnée à Abingdon (près d’Oxford)

 

Adrian Alker  Etre honnête avec Jésus

 

11 septembre 2018

Voici un petit récit instructif. Le dessert est « au choix » dans la cantine d’une école religieuse : des pommes ou des biscuits au chocolat. Sur le plateau des pommes une inscription :
- « N’en prends qu’une. Dieu te surveille »
Mais un élève malicieux a ajouté une iscription sur le plateau des biscuits :
- « Prends-en tant que tu veux : Dieu surveille le plateau des pommes ! »

Depuis des milliers d’années et dans plusieurs religions du monde, Dieu ou les Dieux surveillent les hommes du haut du ciel. Ces Dieux sont imaginés à notre image : ils pensent et agissent, ils ont des sentiments et des caractères comme les nôtres. Et nous, hommes mortels, nous tournons vers eux pour obtenir leur protection et pour les apaiser quand leur colère pourrait leur faire envoyer des tempêtes sur la terre ou des tremblements de terre pour nous punir. On les loue lorsque les récoltes sont abondantes, on leur demande ce qu’on a fait de mal lorsque la souffrance est là.

Mais une telle conception n’est plus crédible. On ne peut plus concevoir Dieu comme une divinité extérieure au monde à qui on demande aide, pardon, compassion. Nous avons progressé en humanité, en développement et en compassion. Dieu, pour nombre de personnes en recherche de spiritualité a plus à faire avec un sens de transcendance et de transcendance seule.

• Par exemple John Spong abandonne le théisme traditionnel et propose à la place un Évangile centré sur la vie de Jésus en tant que parfaite expression de l’humanité et l’esprit de Dieu compris comme le « fondement de l’être » permettant une vie humaine vécue pleinement, un amour inconditionnel et un épanouissement maximum.

• Ce n’est naturellement pas loin de ce que disait Don Cupitt et le mouvement Sea of Faith.

Marcus Borg propose lui aussi d’abandonner le théisme et la religion dogmatique pour la foi panenthéiste. Celle-ci réunit une idée de Dieu là-bas et ici-bas. Mais certainement pas le Dieu menaçant du doigt, interventionniste et capricieux traditionnel dans la tradition judéo-chrétienne.
Pour Borg l’essentiel du christianisme est exactement cela : un message adressé au cœur et non à la tête, un sens du sacré nourri par la pratique du silence et de la méditation, de la compassion. Il me semble que cela correspond bien à la spiritualité que beaucoup de gens recherchent aujourd’hui. Dieu n’est plus présenté vêtu de doctrines et de préceptes mais il est plutôt la présence vécue au plus profond de nos cœurs.

La prière et le culte n’ont plus rien à faire avec l’idée d’apaiser une divinité extérieure ou de la supplier mais font entrer dans une prise de conscience de la présence sacrée.
Le temps de culte devrait être centré sur la manière de vivre le Royaume et de le promouvoir. Quant aux rites de passage (baptême, confirmation, mariage, décès) ils devraient être centrés sur l’encouragement à vivre ces circonstances dans l’amour et l’espérance.

Saint Paul a dit aux philosophes, sur l’aréopage d’Athènes, que Dieu était celui « en qui nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Actes 17.28) et c'est la même notion que Paul Tillich a reprise en parlant du « fondement de l’être ».

Si on rapproche cette notion de celle, également de St Paul selon laquelle nous sommes le « corps du Christ », cela implique que la présence de Dieu dans le monde s’effectue par les actions humaines d’espérance et d’amour : Dieu n’étant pas considéré comme un Etre extérieur mais comme la divinité que nous promouvant les uns à l’égard des autres.
Mais surtout, j’espère que nous serons suffisamment honnêtes dans notre vie paroissiale et dans la vie profane, pour reconnaître que finalement, nous ne faisons rien d’autre que de réfléchir et de chercher à donner un peu de sens à nos vies et à celles de nos contemporains.

Il y a quelques années, David Hope, l’ancien archevêque d’York à déclaré, avec honnêteté à la télévision que tout au long de son ministère qui avait été heureux, il était pourtant de moins en moins sûr de sa compréhension de Dieu.
Voilà un bon exemple d’honnêteté en ce qui concerne Dieu.



Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.