Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion




Thé-au-logis avec mes chats

 


Petites réflexions sur la non-dualité

Dessin de couverture et illustrations de l’auteur

 

Louise Thunin

 

 

Éd. Théolib

124 pages – 15 €

 

recension Gilles Castelnau

 

voir aussi de Louise Thunin
Vous êtes la lumière du monde, lettres à mes amis en prison

 

27 novembre 2015


Louise Thunin partage sa vie avec deux gentilles chattes, Kallie et Bastet. Parfois l’une d’elles pose sa patte sur le livre que Louise cherche à lire... Mais celle-ci ne s’en offusque pas : ne sont-elles pas de même nature ?
Louise ne croit pas que les êtres que nous sommes sont séparés les uns des autres. Nous sommes tous UN. Un avec le cosmos aussi.
Louise baigne dans la pensée hindouiste, dans le panthéisme. Et comme elle écrit de façon charmante, c’est un monde heureux qu'elle nous révèle et qui nous séduit.

Elle a écrit 48 chapitres, qu’elle a elle-même illustrés. En voici 4.

 


3

Rien n'est séparé

Écoute, Israël ! Le SEIGNEUR notre Dieu
est le SEIGNEUR UN.
Deutéronome 6,4

Beaucoup de gens pensent que cette affirmation est une déclaration de monothéisme, c'est-à-dire : nous n'adorons pas le soleil, la lune, la pluie, ni même les chats. Nous adorons un seul Dieu, un Infini invisible, qui est Esprit. Mais n'en déplaise à Kallie, Bastet et d'autres, il s'agit de bien plus encore. Cette proclamation est une affirmation métaphysique profonde, une phrase qui résume l'univers et en commente le caractère. Tout est Un, de même essence et de même substance.

Et rien n'est séparé de rien. Rien n'est séparé !

La séparation est une illusion. On croit voir des limites là où, en réalité, il n'y en a pas.

Qu'on ne s'inquiète pas ! L'unité n'empêche ni la multiplicité ni l'individualité ni la relation. Elle empêche juste la séparation.

La séparation est une idée qui s'est insinuée dans l'esprit de l'homme dans des temps immémoriaux et qui n'en finit pas de faire des dégâts.

Si le philosophe Pascal avait eu des chats, il aurait, sans aucun doute, formulé ainsi sa phrase célèbre : Ce BOL est à moi disaient les pauvres CHATS, c'est là ma place au soleil. Voilà le commencement et l'image de l'usurpation de toute la terre.

 

 

 

7

L'oubli

Le SEIGNEUR Dieu l'expulsa du jardin d'Éden
pour cultiver le sol d'où il avait été pris.
Genèse 3, 23

Et puis, avec cette chute dans l'oubli, l'Adam a oublié en même temps qui étaient ses frères et sœurs, dont il s'est mis à se croire séparé. Il s'est imaginé que sa tunique de peau était une barrière et non pas quelque chose de merveilleux qui lui permettrait de faire des câlins, de tenir des mains, de caresser des têtes et de gratouiller derrière les oreilles. Il s'est pris à son propre jeu.

Et il s'est senti coupable, Adam, d'avoir voulu se séparer de Dieu. Le pire c'est qu'il pensait avoir réussi ! Puis, comme il s'en est senti coupable, il a éprouvé le besoin de se punir. Alors qu'a-t-il fait ? Il s'est imaginé un Dieu qui punit, un Dieu qui l'aurait botté dehors. Dehors où, d'ailleurs ? Rien n'est en dehors de Dieu !

Et là, la peur, n'en parlons pas ! Il s'est accusé de désobéissance (comme si on pouvait aller contre une interdiction divine, si tant est qu'il y en eût une) et de ce qu'il s'est mis à appeler son péché. J'aime mieux le terme empêchement (auto-empêchement, même), mais on en reparlera. Adam, l'humain, s'est fait des grimaces devant la glace et s'est fait peur, rien qu'en se regardant. Crois-moi, ça dure encore de nos jours. C'était trop dur à vivre, alors il a commencé à projeter la soi-disant faute sur les autres. Les autres étaient d'autres lui-même (distincts mais pas séparés), mais ça aussi, il l'a oublié.

Tu vois un peu le beans ? Oops, je crains d'avoir perdu Kallie ; c'est beaucoup pour une chatte tigrée, qui veut juste qu'on la caresse dans le sens du poil !

 

 

 

32

Le principe de la non-résistance

Et moi, je vous dis
de ne pas résister au méchant.
Matthieu 5, 39

Bastet et Kallie se jalousent et se battent parfois. Chacune aspire à être « chatte unique » sans savoir qu'en Réalité, elle l'est. Nous ne les confondons pas et nous donnons à l'une autant d'amour qu'à l'autre.

Nos émotions, nos douleurs physiques ressemblent à des chats en colère qui sortent leurs griffes. Ce sont des énergies de vie, que nous avons à accueillir et non pas juger. Nous avons même à les bénir, lorsque c'est possible. Plus et mieux on les accueille, plus vite elles passeront. Ne résiste pas est un conseil d'une sagesse inestimable, puisque lorsque nous résistons, nous renforçons ce qui semble venir en face. Ce n'est pas un conseil qui voudrait dire de tout laisser passer, de ne rien discerner, d'être faible et laxiste.

À vrai dire, c'est un conseil que nous ne pourrons appliquer que lorsque nous serons tellement bien assis dans notre Être, dans notre grotte intérieure comme Élie, que nous reconnaîtrons notre frère dans « le méchant » ; nous y reconnaîtrons le Christ de Dieu, et nous nous reconnaîtrons nous-mêmes. Alors, cela n'aura pas de sens de lui rendre sa gifle, si ce n'est, qu'au niveau de « ce monde », il aura peut-être besoin d'apprendre qu'il y a des limites à ne pas dépasser, et que le respect de lui-même va de pair avec le respect de son semblable. Mais l'autre joue qu'on lui tendra sera celle de l'Être exigeant, sur laquelle sera inscrit : réfléchis à tes actes, si tu as une conscience ! Et c'est l'honorer que de partir de la supposition qu'il en a une ! C'est lui dire, ce que tu me fais ne me blesse pas, car Qui-je-suis est invulnérable. Ne voudrais-tu pas savoir Qui tu es, toi aussi ?

Les chats trouvent que je déblatère vraiment assez là, c'est l'heure du dîner. Et puis un chat, c'est amoral par définition et ne juge personne ni rien, sauf peut-être la quantité de la nourriture versée dans son bol !

 

 

 

46

Le Royaume

Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi,
et tout ce qui est à moi est à toi.
Luc 15,31

Les mystiques et les éveillés nous confirment que la nature Réelle de l'univers c'est l'amour. Nous sommes cet Amour ayant pris forme. Nous avons à recevoir l'amour et à le donner, c'est le seul Vrai sens de notre vie. En fin de compte, donner et recevoir sont la même chose, mais nous sommes doués pour mettre des séparations (dans notre tête), ne serait-ce qu'entre le moment où nous pensons donner et pensons recevoir. C'est qu'en l’Infini invisible, tout est maintenant. Le « maintenant » n'est pas un hiatus entre passé et présent, mais un hors-temps. Ce présent est Présence. Il n'y a pas d'attente, pas de séparation, mais pour percevoir cela, nous avons à cultiver notre relation à notre Source.

Nous sommes, comme dans la parabole, le fils prodigue qui doit rentrer à la maison afin de continuer à vivre, mais nous sommes aussi le frère aîné, à qui le père assure que tout ce qui est à lui, le père, est aussi au fils et l'a toujours été. Et en allant plus loin, nous pouvons nous identifier même au père, car les enfants portent le nom et l'héritage de leurs parents. Voici le cheminement de notre conscience. Nous nous croyons dans le besoin, nous manquons du nécessaire (le fils prodigue). Ensuite, nous réalisons que tout ce qui est à Dieu est à nous (le frère aîné). Enfin, nous réalisons que le père (l'Esprit divin) demeure en nous et nous en lui, que le départ de la maison n'était qu'un rêve, et qu'il n'y a jamais eu de séparation.

Ces réalisations doivent se faire individuellement et collectivement. Nous n'avons pas à nous transformer en Fils/en Christ, mais à laisser émerger notre Véritable nature Christique, ainsi que le Royaume, qui est sa demeure, sa dimension de Vie. A la laisser se révéler et se déployer. À devenir Qui nous sommes. On n'est jamais à un paradoxe près dans la conscience divine !

Y a-t-il des chats dans le Royaume ? Très certainement. Rien ne manque.

.

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.