Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Progressivechristianity.org



Nourrir la vie spirituelle


Empowering your Spiritual life

Conférence Embrace Festival, Oregon, USA

 

Rabbin Brian

 

traduction Gilles Castelnau

8 septembre 2017

Je nourris la vie spirituelle des gens afin qu’ils aient davantage de confiance en eux lorsqu’il s’agit de réagir aux attitudes courantes de notre monde et qu’ils mènent une vie belle et pleine, ouverte, bénie et dans l’amour. Qu’ils soient capables d’affronter de manière paisible et détendue ce qu’ils ne peuvent pas contrôler. Qu’ils n’aient plus le sentiment si répandu de passer à côté de leur vie, d’ignorer son sens, sa valeur, ses relations.

Erich Fromm disait :

Ceux qui ont une vie spirituelle hiérarchisent ses valeurs et placent en priorité l’amour et la compassion.
Ceux qui ont une vie spirituelle savent que ce ne sont pas les réponses qui comptent le plus mais les questions.
Ceux qui ont une vie spirituelle savent que la vie est transformation.
Ceux qui ont une vie spirituelle savent qu’il faut transcender son moi.
Ceux qui ont une vie spirituelle savent qu’il y a une interconnexion des uns avec les autres. »

Je résume tout ceci en une phrase : la vie spirituelle consiste à interroger notre moi profond et à promouvoir l’évolution de notre vie dans l’amour et la relation interhumaine.

Certains n’en ont pas besoin. Bien des gens se sentent à l'aise malgré une vie spirituelle médiocre. Ils estiment contrôler leur existence, être fidèles à leur valeurs et lorsque les choses ne se passent pas comme ils le souhaiteraient, ils disent que le monde est mauvais. Il est inutile de chercher à les faire changer d’avis.
Comment nourrir la vie spirituelle ? Par la raison et par l’exemple.

La raison

La logique et la raison, contrairement à ce que l’on entend souvent dire, ne sont en rien contraires aux grandes religions et sont au contraire les meilleures techniques pour nourrir la vie spirituelle des fidèles.

J’aime, par exemple, faire calculer aux gens leur pratique de la gratitude afin qu’ils reconnaissent ce qu’ils peuvent facilement changer dans leur attitude. Le calcul est simple : la pratique de la gratitude égale au nombre de fois où l’on a été reconnaissant diminué du nombre de plaintes exprimées.

La pratique de la gratitude est égale au nombre de remerciements moins les plaintes.
On constate immédiatement ce qu’il faut faire : augmenter les attitudes de reconnaissance et diminuer les plaintes.

L’exemple

Pour aider les gens à nourrir leur vie spirituelle, on peut leur donner l’exemple de notre propre attitude. Si je porte une grande kippa et que cet exemple encourage un juif à nourrir sa vie spirituelle, c’est tant mieux.

C’est ainsi que, moi qui suis un rabbin, j’ose donner un exemple d’ouverture en me montrant dans des lieux qui semblent tabou pour mes coreligionnaires ? Voyez comme je participe à votre conférence où on entend parler des progressistes comme Gretta Vosper, Jim Burklo, Mattew Fox, et Irène Monroe !

Beaucoup de gens ont été spirituellement dévastés par ces terribles fondamentalistes qui semblent avoir coopté la possession de la Parole de Dieu et réduisent Dieu à un être limité, autoritaire comme Zeus, bienveillant comme le Père Noël ou réprobateur comme un principal de collège.

Je voudrais que nous proposions à ces gens une théologie qui dépasse ces enfantillages. Je suis passionné par le panenthéisme qui dit que nous sommes tous en Dieu, que nous participons à lui et que la manière d’amener davantage sa présence dans le monde n’est pas de le définir comme un nom mais de vivre en lui comme un verbe. Il nous faut aider les gens à s’ouvrir à d’autres notions de Dieu, plus belles, plus acceptables.

Le rabbin hassidique Mendel Menachem de Kotzk demandait un jour à un groupe :
-  « Où est Dieu ? ».
Et ils répondaient en citant les Écritures :

- « Dieu est partout, toute la terre est remplie de sa gloire. »
- « Hélas non ! s’exclama-t-il alors. Dieu n’est là que lorsque des gens le laissent entrer. »
Il n’est pas éloigné de nous, c’est nous qui nous éloignons de lui. C’est à nous de prendre conscience de ce que nous sommes et de nous rapprocher de Dieu, d’être nous-mêmes plus divins en ce monde.

Nous devons nous opposer avec assurance à certaines coutumes de notre société afin de mener une vie belle, pleine et bénie, ouverte, détendue et dans l’amour.

Lorsque nous demeurons centrés sur nous-mêmes, notre vie n’est pas nourrie spirituellement, nos qualités ne peuvent s’épanouir. Nous devons nous interroger sur notre égocentrisme et laisser l’amour et l’esprit de fraternité nous transformer afin de vivre des fruits de l’esprit que sont l’amour, la joie,la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité et la maîtrise de soi.

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.