Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 

Un Dieu autre

 

pasteur Serge Soulié


blog

 


22 avril 2017

Les hommes voient Dieu comme une entité supérieure. Il serait distinct de la création, extérieur au monde. Ils séparent la création de son créateur qu’ils perçoivent comme un être suprême agissant selon sa volonté, créant le monde comme un bâtisseur de maison. Dieu est supposé être quelqu’un qui sait ce qu’il fait et commande à toutes forces visibles ou invisibles. Ils croient à des interventions surnaturelles contraires à toute logique et à toute raison. L’homme attribue à Dieu ce qu’il ne peut pas expliquer, il le rend maître de tout. Pour lui la puissance de Dieu est comparable au pouvoir d’une majesté royale, majesté pouvant se déchaîner à tout moment contre l’un de ses sujets ne trouvant plus gré auprès du monarque.

Confrontés à leurs limites et à leurs échecs, les hommes imaginent Dieu tel qu’ils en ont besoin. Un Dieu qui se manifeste hors de toutes lois naturelles puisque celles-ci ont à leurs yeux échoué. Dieu devient l’auteur d’évènements considérés comme impossibles. Il l’entrevoit dans des songes et des apparitions. Les miracles rapportés dans les écritures ou dans quel qu’autre récit de la mythologie deviennent une réalité possible pour aujourd’hui. Croyants et incroyants ont la même représentation de Dieu. Les uns y croient, les autres le rejettent. Dans les deux cas, Dieu est objet de croyance.

Rendons-nous à l’évidence. En occident et plus particulièrement dans le christianisme ce Dieu perd du terrain. La modernité avec les progrès de la science et les nouvelles découvertes le rendent chaque jour un peu plus incompatible avec la réalité du vécu quotidien. Le savoir et les connaissances de tous ordres, portés et répandus par les nouveaux moyens de communications auprès d’un plus grand nombre de personnes et faisant reculer l’ignorance, rendent obsolète cette conception de Dieu toujours vénéré dans les Eglises et autres lieux de cultes.

Une autre conception de Dieu est-elle possible ? Au sein de l’aire culturelle occidentale, la plus radicale semble se trouver chez Spinoza. Elle élargit la pensée de Démocrite et d’Epicure pour qui « rien n’est jamais créé de rien par l’effet d’un pouvoir divin ». Les dieux ne se mêlent pas des affaires humaines. Pour Spinoza Dieu existe mais ne se réduit pas à la révélation juive ou chrétienne. Dieu est une « substance cause d’elle-même ». Il se confond avec la nature substance unique et infinie tout comme lui. La nature est en quelque sorte le corps de Dieu, lui-même âme de ce corps. Pour le philosophe, Dieu est dans le monde au même titre que les choses et les êtres (humain compris) de tout l’univers. Nous procédons de Dieu comme il procède de nous. Nous sommes Lui et Il est nous. Tout est en Lui et Lui en tout. La formule « Deus sive natura » que nous traduisons par « Dieu, autrement dit la nature » signifie que la nature (ou Dieu) est réelle et non une pensée à laquelle on croit ou ne croit pas. Rien n’est étranger à Dieu et Dieu n’est étranger à rien. La Présence divine imprègne tout ce qui existe, elle est toujours là, autour de nous.

Pour Spinoza Dieu n’est pas caché. Pas besoin d’une révélation, d’un miracle ou de surnaturel pour le connaitre. Comme la nature il est là, accessible à nos sens et à notre intelligence. Il n’y a pas de mystère insondable. Aucune puissance ne saurait exister hors de la nature. Les lois de Dieu sont les lois de la nature. Dieu est immanent. Il n’est pas au-delà du perceptible et de la raison. Il n’a pas créé le monde, le monde émane de lui et lui du monde.

Cette approche, est inacceptable pour les religions monothéistes. Pour elles, Dieu, « cause première de toutes les causes » est étranger à l’univers. Le créateur reste séparé de sa création. On peut se demander aujourd’hui si ce n’est pas ce dualisme refusé par Spinoza, qui est l’objet principal de la critique et du rejet faits à la théologie. Pour l’homme moderne le monde est fondé sur la raison, il peut être compris et expliqué. Les lois physiques expliquent tout. Les causes s’enchainent au sein de l’univers sans qu’il y ait une cause première qui serait Dieu. L’univers - ou la nature selon Spinoza, est un champ infini de recherche qui ne peut pas se terminer. Toute découverte approfondit la connaissance de Dieu. Cette connaissance est sans limite. Ces découvertes guident notre vie. Il n’y a pas de directives venant d’un Dieu ou d’un livre sacré qui nous obligeraient. Le livre ne peut que nous dire ce que les découvertes au moment de sa rédaction inspiraient à son auteur.

Cette conception de Dieu a deux conséquences essentielles pour le christianisme et le renouvellement de la pensée théologique :

Tout d’abord l’existence de Dieu n’est plus soumise aux bons vouloirs de l’homme. Dieu sort du champ de l’imaginaire. Chercher à connaitre Dieu, c’est s’engager dans la recherche. L’homme est tiré de sa paresse pour ne pas dire de sa torpeur. Il n’a rien à craindre. Tout a une explication. Il est invité à chercher à comprendre.

Enfin, Jésus, le Christ ne peut pas être Dieu. Il représente l’humanité qui s’engage dans le monde pour l’organiser et le rendre toujours plus viable. Il a le comportement de celui qui reconnait à la fois que Dieu vit en lui et qu’il vit en Dieu. Il est solidaire des êtres et des choses qui l’entourent. C’est ainsi qu’il glorifie Dieu.



Retour vers Serge Soulié
Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rtin Luther  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.