Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 

La Gauche chrétienne
vous accueille


 

The christian left welcomes you

 



Traduction Gilles Castelnau

23 mars 2017

Note de G.C.
La force avec laquelle ce texte s’exprime révèle la force de l’expression de la Droite religieuse américaine qui est conservatrice et majoritairement de tendance évangélique.

Si vous êtes chrétien et de gauche, nous vous recherchons depuis 5 ans !
(note de GC : En anglais-américain le mot « liberal » ne désigne pas seulement une théologie critique et ouverte comme en Europe mais également – et contrairement à l’Europe – une attitude politique que nous qualifierions de gauche.)

Si vous êtes comme beaucoup d’entre nous, vous vous êtes probablement senti plutôt isolé. On vous a sans doute dit : « Vous ne pouvez pas être de gauche si vous êtes chrétien » et vous vous êtes senti exclu des églises et des milieux « chrétiens » conservateurs.
Vous êtes chez vous parmi nous.
Les « chrétiens » conservateurs tournent le dos à une des affirmations centrales de la Bible. Jésus a dit : « toute la Loi et les prophètes reviennent à aimer Dieu et son prochain comme soi-même. »
Et à la question : « qui est mon prochain ? », Jésus a répondu que c’était un étranger appartenant à un système de croyances étranger, qui s’est arrêté pour secourir un autre étranger qui avait été battu et laissé comme mort, alors que des hommes religieux passaient leur chemin.
La Bible contient de nombreux passages précisant que ceci n’est pas seulement un exemple d’attitude individuelle mais un enseignement universel qui s’applique parfaitement aux gouvernements et au monde des entreprises.

Vous êtes ici chez vous. Nous sommes votre tribu.

Les « chrétiens » conservateurs n’ont pas raison ; c’est vous qui comprenez bien Jésus. Nous accueillons tous ceux qui le souhaitent. Nombreux sont ceux qui approuvent le souci que nous avons de nos frères et sœurs du monde entier.

Il y a plusieurs années, Ed Schultz le commentateur politique de la radio et de la télévision a demandé lors d’une émission, s’il y avait une « gauche religieuse ». La réponse est oui. Et nous sommes la gauche chrétienne. En réalité le message de Jésus est de gauche. C’est d’ailleurs pour cela que les pharisiens et les sadducéens qui étaient les conservateurs de leur temps, l’ont fait mettre à mort.
Voyez-vous, l’important n’est pas seulement la naissance de Jésus, sa mort et sa résurrection mais aussi sa vie avec ses paroles et ses actes. Et ce que nous appelons la Parole de Dieu n’est pas seulement contenue dans ses déclarations mais dans toute sa conduite. Sa manière de vivre révèle la place qu’il donnait aux exclus de la société. Il donnait un nom et un visage à tous ceux les oubliés et les marginalisés. C’est cela que nous appelons la justice sociale.

« La Gauche chrétienne ». (l’auteur joue avec le mot anglais « left » qui signifie à la fois « gauche » et « laissé »). « La Gauche chrétienne » laisse la haine. Elle laisse les préjugés. Elle laisse les attitudes impitoyables. Elle suit Jésus lorsqu’il laissait les 99 pour aller chercher ceux qui étaient perdus, ignorés, exclus, négligés, abandonnés, ceux dont on ne se souciait pas.
Nous avons laissé la dureté de cœur pour être comme le Samaritain qui s’est arrêté et s’est approché de celui qui était dans le besoin :

Jacques 1.27
La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions et à se préserver des souillures du monde.

Jacques 2.15-16 
Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour et que l'un d'entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?

 

Notre préoccupation commune

Notre préoccupation commune n’est pas la doctrine. Nous sommes juste des chrétiens qui trouvent que la droite chrétienne a tout faux. Wikipedia dit fort justement : « La Gauche chrétienne est un ensemble de mouvements chrétiens politiques et sociaux de gauche préoccupés de justice sociale. »
Nous promouvons en effet pour des raisons religieuses, le soutien aux pauvres et aux opprimés, une sécurité sociale universelle, des organisations d’entraide, des subventions à l’éducation et une discrimination positive pour venir en aide aux défavorisés. Cet idéal fait partie intégrante des devoirs religieux de la gauche chrétienne dans la mesure où c’est ce que Jésus a fait lui-même.
Nous considérons que la justice sociale, le refus de l’esprit de domination, la simplicité, le pardon et la pratique de la prière personnelle (opposée à la prétention d’une prière publique) sont commandés par l’Évangile :

Matthieu 6.5-6
Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

La Bible rapporte de nombreuses paroles de Jésus en faveur des pauvres et des exclus et contre les riches, les puissants et les religieux. La Gauche chrétienne les prend au sérieux et s’y implique.
De fréquents enseignements de Jésus manifestent son opposition à la violence, comme « présenter l’autre joue », qui remplace la loi de l’Ancien Testament « œil pour œil ». Cela nous pousse à écouter plutôt les pacifistes que les militaristes enragés.

Luc 22.49-51
Ceux qui étaient avec Jésus, voyant ce qui allait arriver, dirent :
- Seigneur, frapperons-nous de l'épée ?
Et l'un d'eux frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l'oreille droite.
Mais Jésus, prenant la parole, dit :
- Laissez, arrêtez !
Et, ayant touché l'oreille de cet homme, il le guérit.

Luc 9.53-56
On ne le reçut pas, parce qu'il se dirigeait sur Jérusalem.
Les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent :
- Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ?
Jésus se tourna vers eux, et les réprimanda, disant :
- V ous ne savez de quel esprit vous êtes animés.
Car le Fils de l'homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. Et ils allèrent dans un autre bourg.

La Gauche chrétienne diffère parfois d’autres groupes chrétiens en ce qui concerne l’homosexualité : nous accueillons tout le monde à la Table de Dieu, tels qu’ils sont. Et tout le monde signifie vraiment tout le monde. Sans exceptions.

 

La condition humaine

Trop de chrétiens s’attachent à une lecture fondamentaliste de ce qui est écrit – ou non écrit - dans la Bible et vivent dès lors dans un esprit d’insuffisance et de honte permanente qui réduit leur élan spirituel. La gauche chrétienne, par contre, s’en tient à un message de vérité qui dénonce cette culpabilisation et aide au contraire à vivre de la libération de l’Évangile, de la grâce de Jésus-Christ et de la paix apportée par l’œuvre accomplie par le Christ sur la croix. Le salut est un don gratuit. Il ne peut être mérité. Mais la grâce n’est pas bon marché : après ce que Jésus a fait pour nous, nous faisons de notre mieux pour vivre comme il l’attend de nous (suivre ses commandements).

Et voici ses commandements :

Matthieu 22.34-40
Les pharisiens, ayant appris qu'il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent et l'un d'eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l'éprouver :
- Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?
Jésus lui répondit :
- Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
C'est le premier et le plus grand commandement.
Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

On nous accuse souvent de choisir ce que nous voulons dans la Bible. Mais nous ne le faisons pas.
Un membre de la Gauche chrétienne, la professeur d’anglais Marilyn Chandler McEntyre du Westmont College, Santa Barbara, Californie, écrit ceci dans son article A Voice from the Christian Left  (une voix de la Gauche chrétienne) :
« Dans les milieux de la Droite chrétienne on aime poser la question "que ferait Jésus ?" mais j’aimerais leur rappeler ce que Jésus a fait : il s’est soucié des pauvres. Il n’a pas condamné la femme adultère. Il ne priait pas en public. Il a dit d’aimer ses ennemis. Il a prêché la paix. Il mangeait, buvais et vivait avec "les collecteurs d’impôts et les pécheurs" – méprisés et exclus de son temps. Il réservait ses condamnations aux responsables religieux qui imposaient leur légalisme et leur fondamentalisme au peuple dont ils étaient responsables. Il a dit à ses disciples de ne pas s’opposer à ceux qui pratiquaient des guérisons sans s’associer au groupe des disciples. Et encore et toujours il rappelait qu’il fallait prendre soin des pauvres. (Cette préoccupation est, dans les évangiles une des plus importantes : elle occupe un verset sur 9).
Si l’on cherche vraiment des indications de vie dans les évangiles, il n‘est pas difficile de trouver ce que Jésus ferait et... ce qu’il ne ferait pas ! [Un des rares autocollants que j’aurais pu fixer sur mon pare choc de voiture disait : "qu’est-ce que Jésus bombarderait ?" 
En tous cas cela ne ressemblerait pas à ce que la Droite chrétienne se plait à raconter sur la chaîne de télévision Fox News ! »

 

L’amour

La Gauche chrétienne lit dans la Bible que l’enseignement fondamental de Jésus est l’amour : amour pour Dieu et amour pour nos compagnons hommes et femmes.

Matthieu 22.37-40
Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

Jean 13.34-35
Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.

Matthieu 7.12
Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes.

Luc 6.35
Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.

Marc 10.43-45
Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur ; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit l'esclave de tous. Car le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon pour la multitude.

Jean 13.14-15
Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.

Aimez Dieu et aimez les gens. Pardonnez encore et toujours, comme vous avez vous-même été pardonné encore et toujours. Soyez miséricordieux comme Dieu vous a fait miséricorde. Aidez les faibles, les malades, les déprimés, les pauvres, les prisonniers, les opprimés, les marginalisés, les exclus, car un jour vous pourriez être vous-même faible, malade, déprimé, pauvre, prisonnier, opprimé, marginalisé, exclu.
La seule réponse raisonnable à l’infinie grâce de Dieu est de partager cette grâce avec tout le monde.

 

Ce n’est pas un club exclusif

La Gauche chrétienne rejette l’exclusivisme. Nous pensons que Jean Baptiste ne plaisantait pas lorsqu’il annonçait la venue de Jésus en disant : « Toute chair verra le salut de Dieu ». Nous croyons vraiment que tout signifie tout. L’exclusivisme religieux de la Droite chrétienne nous est étrangère. Nous ne la reconnaissons pas. Jésus est venu pour libérer les prisonniers et annoncer la venue du Royaume de paix de Dieu où tous sont accueillis. Comme l’a dit Shannon Maynard, membre de la Gauche chrétienne, un des mots que nous préférons dans la Bible est « quiconque ».

L’attitude excluante et diabolisante si fréquente dans la Droite chrétienne n’est pas celle du Christ que nous connaissons. Jean Baptiste a dit : « Tout arbre qui ne porte pas du bon fruit sera coupé et jeté au feu. » L’arbre de la Droite religieuse porte trop souvent des fruits de colère, de haine et de jugement. Il porte d’étranges fruits.

« Les mêmes étranges fruits que les racistes blancs pendaient aux arbres dans le Sud.
Les mêmes étranges fruits que les Nazis brûlaient dans les fours crématoires d’Auschwitz.
Les mêmes étranges fruits qui étaient découpés et hachés à coups de machettes au Rwanda.
Les mêmes étranges fruits qui sont quotidiennement écrasés sous les bombes au Moyen-Orient.
Les mêmes étranges fruits qui sont conduits à la dépression et à la mort par la persécution homophobe.
Les arbres qui portent ces fruits, les systèmes qui portent ces fruits doivent être coupés et jetés au feu. Ils sont la balle du blé que Dieu veut voir brûler dans "le feu qui ne s’éteint pas" et où ils ne pourront plus porter les fruits de l’oppression. »
(Sermon du Rev. Mark Sandlin : All Means All., par tous les moyens).

Malheureusement, on constate actuellement aux États-Unis quelque chose qui ressemble à un renouveau spirituel des pharisiens – ces gens qui ne veulent pas pratiquer l’amour, la grâce ou la compassion, mais s’efforcent d’étouffer les autres sous des exigences légalistes qu’ils sont eux-mêmes incapables de maintenir.
La Droite chrétienne, dans sa croisade culturelle, a substitué l’Évangile de Jésus-Christ à l’Évangile de la Morale. Elle enseigne à obéir à des règles plutôt qu’à aimer Dieu et ses prochains frères et sœurs. C’est tout à fait inacceptable. C’est exactement contre quoi Jésus s’élevait. Et les gens se bloquent dans cet Évangile de la Morale. Ils sont détruits par la honte qu’il produit. Nombreux sont ceux que cette fausse religion éloigne du christianisme . Cette infamie doit s’arrêter.

 

La charité n’est pas suffisante

Nombreux sont les Américains qui nous disent que le christianisme est tout simplement de pratiquer la charité.
Certainement. Mais la charité n’est qu’une partie du message du Christ. Il y a aussi la justice sociale.
La charité veut s’occuper du peuple afin que la société fonctionne mieux.
La justice veut s’occuper de la société afin que le peuple fonctionne mieux.
Nous sommes évidemment bien d’accord que la charité est importante. Mais elle ne s’attaque pas au problème qui est à la base de tout : le système social actuel accumule des obstacles et dresse des barrières qui empêchent le peuple de briser le cycle de la pauvreté, de la victimisation, de la marginalisation etc. Répétons encore que Jésus est venu pour libérer le captifs.
La charité veut aider quelqu’un pour ses besoins immédiats.
La justice s’attaque aux raisons profondes de sa situation.
La charité permet au cycle destructeur de se perpétuer, la justice redresse ce cycle.
La charité consiste à donner un poisson à celui qui a faim : il sera rassasié pour une journée. La justice lui enseigne à pêcher et il sera rassasié toute sa vie.
La société ne sera jamais parfaite sur la terre, c’est pourquoi on aura toujours besoin de la charité, mais ce n’est pas une raison pour renoncer à exiger une société juste pour tous. Lorsque la justice s’accroît, la charité diminue. Ces deux vertus fonctionnent à l’inverse l’une de l’autre.

 

Pourquoi nous faisons cela

Nous faisons cela parce qu’il devrait y avoir une tension, un risque, un inconfort dans l’exercice de notre ministère pastoral, particulièrement lorsque nous nous opposons à une théologie de droite et fondamentaliste bien installée dans l’Église. Elle est horrible, erronée et dangereuse.
Si on n’intéresse pas les mêmes personnes que Jésus lui-même, c’est notre message qui doit être revu.
Si la manière dont on vit la Bonne Nouvelle (lutter pour la justice, l’inclusion universelle, prêcher un Dieu d’amour et de grâce, nourrir, vêtir, soigner, accueillir, visiter ceux qui en ont besoin) ne suscite ni reproches ni menaces, on doit se demander dans quelle mesure on vit véritablement la Bonne Nouvelle.
Il est temps pour la Gauche chrétienne de critiquer publiquement les mensonges que la Droite répand sur la Bible et de dénoncer ses interprétations de l’Écriture qui répandent peurs et angoisses.

« Un bateau est en sûreté aussi longtemps qu’il demeure au port, mais ce n’est pas pour cela qu’il a été construit. » a dit John A. Shedd dans son livre Salt from My Attic, 1928)

« Un rabbin n’est pas vraiment un rabbin si ses fidèles ne veulent pas, au moins de temps en temps, le jeter hors de la ville » (parole attribuée au rabbin Hillel, 1er siècle de notre ère).

 

Cela n’a pas de sens sans Jésus

Le but de notre mouvement serait sans signification et en tous cas incomplet si l’on ne mentionnait pas l’accomplissement de son ministère par le Christ sur la croix. Sa naissance, sa mort et sa résurrection sont, pour nous, fondamentaux.

Jean 3.16
Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle

Mais nous ne cherchons pas à « ne voir qu’une tête ». Nous ne sommes pas tous d’accord avec ce qui vient d’être dit.

« Il est plus facile de s’incliner et de chanter de sempiternels alléluias que de nous salir les mains en suivant Jésus dans le monde du désordre et de la confusion. » (Mark Townsend)

« Je pense parfois demander à Dieu pourquoi il permet la pauvreté, la souffrance et l’injustice quand il pourrait faire quelque chose pour lutter contre. Mais je crains qu’il ne me retourne la question »

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.