Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Marthe et Marie

 

Luc 10.38-42

 

prédication

pasteur René Lamey 

 

1er mars 2017

Luc 10.38-42 38 
Pendant qu’ils étaient en route, Jésus entra dans un village. Là, une femme nommée Marthe l’accueillit dans sa maison. Elle avait une sœur appelée Marie. Celle-ci vint s’asseoir aux pieds de Jésus, et elle écoutait ce qu’il disait. Pendant ce temps, Marthe était affairée aux multiples travaux que demandait le service.
Elle s’approcha de Jésus et lui dit :
-  Maître, cela ne te dérange pas de voir que ma sœur me laisse seule à servir ? Dis-lui donc de m’aider. 41 
Mais le Seigneur lui répondit :
-  Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses ; il n’y en a qu’une seule qui soit vraiment nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, et personne ne la lui enlèvera.

Pour bien comprendre le texte, pour sortir d’une certaine opposition entre Marthe et Marie, il faut le mettre dans le contexte de l’époque, où la vie et la manière de penser étaient totalement différentes !
Quand Luc écrit son évangile, il a deux objectifs en tête 
- général : faire découvrir qui est Jésus
- particulier (ce qui nous intéresse aujourd’hui) : aux chrétiens qui se demandent comment vivre la foi : que signifie être chrétien, et plus précisément : que signifie être disciple

- Luc, à travers ses récits, ses paraboles montre ce que signifie être disciple : comment vivre la condition de disciple, choix, conséquences, risques, avec une certaine radicalité :
. remise en question des liens familiaux (Luc 8.19-21 ; 9.59-62 ; 14.26)
. détachement des biens de ce monde (Luc 12.13-15, 33 ; 18.22, 28-29)

Sachant cela, que signifie, d’après vous, ce petit drame qui met en scène deux femmes et Jésus ?

a) positivement parlant : être disciple, cela signifie se mettre aux pieds de Jésus, et, par extension (en pensant à la situation des chrétiens et du but de Luc), se mettre à l’écoute de l’enseignement de Jésus (dispensé par les responsables chrétiens), = la chose la plus importante, celle qui « soit vraiment nécessaire » (comme dit le texte), celle qui prime avant toutes les autres (avant la famille, les amis, le travail, le ménage, les loisirs), c’est de garder la parole du Christ, c’est de prendre le temps de la méditation, de la prière et du recueillement ! Etymologiquement, disciple signifie : celui qui apprend (où ? aux pieds de Jésus).

-  ici, Marie est le type, le modèle du disciple qui veut vraiment suivre le Christ, celui qui apprend aux pieds du Christ ! Ce disciple-là, assurément, a choisi la meilleure part !

b) négativement parlant : un disciple digne de ce nom ne passe pas son temps à s’inquiéter, à s’affairer et à s’agiter pour les affaires du monde, càd, celles qui ne concernent pas directement l’évangile.
- ici, Marthe est l’exemple du disciple qui se met en souci par les affaires du monde : celui-là, assurément, a choisi la mauvaise part.
- Les lecteurs de l’évangile de Luc sont donc invités, par ce petit récit, à suivre l’exemple de Marie, dont l’attitude est valorisée. Il y a un choix à faire : ou je reste comme Marthe, à m’inquiéter pour bcp de choses, et je passe à côté de la bonne part, ou je choisi d’être comme Marie, et là, j’aurai droit à la meilleure part.
Remarque : ce n’est donc pas tant la condition de la femme dont il est question ici, mais de la condition du disciple du temps de Luc, une condition, un choix de vie, illustrée par Marthe et Marie.

Actualiser le texte :
Etre disciple nous permet de réconcilier Marthe et Marie (qui semblent être fâchées sur l’image).
Etre disciple signifie être Marthe et Marie. Et plus précisément :

- certains jours, nous avons à être des Marthe, à agir dans le sens de l’Evangile, à agir pour accueillir, pour organiser, pour mettre les gens à l’aise, pour faire du bien, pour aider quelqu’un, pour défendre une cause, etc...

- d’autres jours, il faut être comme Marie, prendre le temps de s’arrêter, de prier, de méditer, de lire, de se ressourcer, physiquement, spirituellement, chez soi, à l’église, dans des lieux d’accueil destinés au recueillement, etc…
Que Dieu nous aide à discerner le temps où il s’agit d’être dans l’action et le temps où il est nécessaire de s’arrêter pour se reposer, se recueillir, se recentrer sur Dieu, sur Jésus-Christ, sur l’évangile, sur notre rôle de disciple, celui qui apprend et met en pratique ce qu’il a appris. Soyez de bons disciples ! Amen !

 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.