Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


DIALOGUE INTERRELIGIEUX

 


Croix sur le toit de l’église Saint-Georges

Bagdad, Irak

L’église anglicane Saint-George

aide les Irakiens

de toutes les religions


 

Gerald Butt

 

article paru dans l'hebdomadaire anglican Church Times
du 4 juin 2021

 

 

traduction Gilles Castelnau


29 mai 2021

L’Irak a survécu au carnage qui a frappé le pays depuis 20 ans. L’invasion américaine et la guerre y ont provoqué des blessures et la mort d’un grand nombre de civils, des déplacements de population, et une situation de pauvreté, d’insécurité sociale et un chaos politique. Et s'y est ajoutée la pandémie de Covid-19.
La minorité chrétienne d’Irak a, de plus, souffert de persécution lors de l’instauration de l’État islamique (EI) en 2014 et d’une mauvaise réputation due aux évangéliques venus de l’étranger et se livrant au prosélytisme.

On estime qu’il y a aujourd’hui 20 000 chrétiens en Irak alors qu’ils étaient 1,5 million avant l’invasion américaine de 2003 qui a renversé le régime du Président Saddam Hussein.
La communauté la plus importante est celle de l’Église catholique chaldéenne, suivie de l’Église orthodoxe assyrienne et de l’Église orthodoxe syrienne.

L’église anglicane est plus petite. Néanmoins la paroisse Saint-George de Bagdad joue un rôle important dans l’aide aux Irakiens des autres religions. Le prêtre adjoint, Sinan Hanna, dit que Saint-George est venue en aide à des milliers d’Irakiens qui se réfugiaient dans la capitale et y trouvaient refuge dans les parcs et bâtiments publics, lorsque de l’attaque de l’État islamique contre les villes et les villages chrétiens du Nord.

Il rapporte l’aide de la paroisse « par sa clinique, son école, son jardin d’enfants et son centre culturel, elle a accueilli tous les enfants, sans tenir compte de leur religion. Dans un esprit de dialogue, nous avons collaboré avec les chrétiens et les non-chrétiens chaque fois que c’était possible. »
La clinique a fourni notamment des soins médicaux et psychologiques gratuits aux Yazidis survivants des atrocités de l’État islamique.

Paradoxalement, ce sont d’autres chrétiens arrivant dans le pays qui ont provoqué des difficultés. L’évêque de Chypre et du Golfe, le Très Rev. Michael Lewis a déclaré : « Une triste conséquence de l’invasion de 2003 est que certains groupes de chrétiens – notamment américains – sont arrivés dans l’intention de faire du prosélytisme par l’intermédiaire de l’aide qu’ils proposaient sans tenir aucun compte, ou même avec un rejet pur et simple, des communautés irakiennes chrétiennes qui existaient pourtant de longue date et étaient profondément intégrées dans le pays. Ces groupes évangéliques américains ont ainsi provoqué contre eux de la méfiance, que leurs intentions aient été bonnes ou mauvaises. »

L’évêque Lewis remarque aussi que la récente venue du pape en Irak a « vraiment aidé » les chrétiens irakiens de toutes les dénominations. « Le simple fait que le pape, à l’âge de 83 ou 84 ans, a respecté sa promesse de venir alors qu’on le lui déconseillait de plusieurs côtés a vraiment touché les cœurs. Il a ainsi démontré que tous les Occidentaux ne se contentaient pas de seules promesses. »

Les chrétiens irakiens se demandent maintenant quel pourra être leur rôle dans l’avenir alors que l’État islamique commence à réapparaître et que l’Iran monte en influence.

Certains pensent à une enclave chrétienne dans la Plaine de Ninive où les chrétiens ont toujours été nombreux. Mais l’évêque Lewis pense que « les Églises locales, spécialement le patriarche catholique chaldéen le cardinal Louis Raphaël Sako, ont toujours soutenu l’idéal d’un Irak multi-ethnique et multiconfessionnel. »

Dans l’avenir immédiat, le problème principal pour des milliers de chrétiens irakiens est la survie économique. Toute l’organisation économique est à restaurer après des décennies de guerre et d’abandon. Le chômage est important et la corruption du gouvernement est endémique.

Selon le Rev. Christopher Bishop, prêtre épiscopalien et fondateur de l’ONG SWIC (Stand With Iraqi Christians, Soutien des chrétiens irakiens) qui s’occupe d’aider les chrétiens de Ninive, la meilleure façon de venir en aide à l’Irak est l’investissement économique : « Si on n’a ni à manger, ni un toit sur sa tête, il est difficile d’avoir d’autres préoccupations. Et sans proposition de travail ni d’opportunités de vie, ceux qui sont encore dans des camps n’ont guère de motivation de retour. »

Un exemple concret a été un effort de l’organisation SWIC d’améliorer le circuit de l’eau de la ville de Qaraqosh. Elle a aussi organisé la fourniture de graines à des fermes familiales d’élevage de poulets où travaillent dix familles comprenant 20 adultes et des enfants.

L’évêque Lewis dit que l’action de SWIC à Ninive est « un modèle d’imagination d’une présence respectueuse. »
Il n’en demeure pas moins que les projets les plus réussis dépendent de la paix dans le pays. Devant le succès des fermes familiales de poulets, le Rev. Christopher Bishop a ainsi déclaré : « La sécurité dans le territoire de Qaraqosh-Bakhdeda semble suffisante pour le moment, mais elle n’est pas suffisamment garantie pour que les fermiers se décident à les moderniser. »




Retour vers la page d'accueil
Retour vers interreligieux
Vos commentaires et réactions

 

   

 


Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque