Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Dialogue interreligieux


Rev. Toni Reynolds

 

Parler de Dieu

dans ma famille évangélique

 

 

Rev. Toni Reynolds

 

 

traduction Gilles Castelnau


4 novembre 2019

Question

Je n’adhère plus aux croyances de mon enfance, alors que mon père était pasteur de l’église baptiste du sud (très conservatrice et fondamentaliste, note de GC). Je lis les livres de John Spong et je crains maintenant de perdre des amis et même de me brouiller avec des gens de ma famille si je le leur avoue. Comment puis-je parler de mes nouvelles idées lorsque la conversation s’y prête ?

 

Réponse

C’est une question importante et délicate. Je vous comprends car mes parents aussi sont de l’Église baptiste du sud que j’ai moi-même, comme vous, totalement abandonnée. En parlant avec ma famille je me demande toujours si je préfère être honnête ou leur parler sans les choquer. Si je veux les convertir à mes idées ou leur parler tout simplement de ce qui est important pour moi.
Les gens se rendent parfaitement compte de ce que l’on cherche et il faut être au clair sur ses intention, surtout s’il s’agit de sa famille.

En ce qui me concerne, je m’efforce de ne pas tellement présenter mes nouvelles idées comme celles auxquelles j’adhère désormais mais plutôt comme celles qui existent dans notre pays. Cette subtilité de langage donne une meilleure ambiance à la conversation.

Une autre remarque qui me paraît importante est de tenir compte de ce que l’on peut attendre de sa famille. On ne demande pas un Big Mac dans une pâtisserie de luxe. Si vous avez besoin de parler de théologie et de spiritualité et que cela vous semble devoir poser des problèmes à votre famille, pourquoi ne pas trouver un autre milieu qui conviendrait à vos nouvelles idées et faire paisiblement votre deuil des discussions familiales. Cela ne voudrait pas dire que vous êtes infidèle à votre famille mais que vous devenez prudente à l’égard de vous-même et de vos relations.
Il faut admettre, même si c’est parfois difficile, que nous sommes tous sur des chemins différents. Et lorsque je reconnais que c’est le cas pour les autres, je prends aussi conscience que ceux-ci peuvent avoir de la peine à me comprendre.

C’est ainsi que lorsque je suis amenée à « parler de mes nouvelles idées », comme vous dites, je me dis que c’est moi qui suis « bizarre » à leurs yeux. Au lieu de leur dire ce que je crois, j’essaye souvent de comprendre mieux leurs idées. Y a-t-il des choses, par exemple, qu’ils se refusent à avouer, craignant, s’ils le faisaient, de se trouver mal vus et exclus ? Ont-ils eu des pensées interdites, inavouables à leur entourage dans leur tradition religieuse ? Y a-t-il des traditions religieuses ou des dogmes qu’ils ont appris à assimiler qui, parfois, leur posent question, ce qu’ils ne sont pas prêts à reconnaître.

En laissant les membres de ma famille s’exprimer sur leur foi, j’ai découvert qu’ils étaient plus proches de mes idées que je ne le pensais et qu’ils voulaient bien le dire et que nous étions moins éloignés que nous aurions pu le penser. Mes questions leur avaient un peu dévoilé mes idées sans que j’aie besoin de les leur exprimer.
[...]
Vous trouverez certainement une relation avec votre famille qui ne compromettra ni votre stabilité émotionnelle ni votre intégrité.

 



Retour vers la page d'accueil
Retour vers "évangéliques"
Retour vers interreligieux
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

s  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.