Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Dialogue interreligieux


 

La guerre contre les drogues

est un désastre

 

 

Drugs war is a disaster

 

Hattie Williams

 

Church Times
Hebdomadaire de l'Église d'Angleterre
du 19 juillet 2019

 

traduction Gilles Castelnau


25 juillet 2019

La guerre contre les drogues a coûté un million de milliards de livres, a été contre productive et a eu des conséquences désastreuses sur les populations pauvres et marginalisées, déclare le nouveau rapport de Christian Aid (Organisation sociale de 41 églises protestantes et orthodoxe du Royaume Uni et d’Irelande de lutte contre la pauvreté et les catastrophes naturelles en Amérique du Sud, aux Caraïbes, en Afrique, en Asie et au Moyen Orient)

Le rapport « Paix et drogues illégales » a été publié jeudi dernier en relation avec l’Université de Londres. Il révèle que la « politique anti-drogue » enjoignant de détruire les récoltes illicites et militarisant la lutte contre les gangs a eu des effets « désastreux ». Il appelle les gouvernements à s’impliquer plutôt dans le développement économique des pays pauvres et l’instauration d’un régime de paix afin d’y combattre réellement les réseaux de trafic de drogue.

Le rapport estime que le chiffre d’affaires global de ces réseaux pourrait atteindre chaque année la somme de 200 à 500 milliards de livres.

La production d’opium a doublé en 20 ans. En Afghanistan, en Colombie et en Birmanie, la culture des drogues illicites a continué à s’accroître en dépit de la signature d’accords de cesser le feu et de paix.

« On peut dire que globalement, le fragile consensus concernant la “guerre anti-drogues” tombe en morceaux. On constate que se développent de plus en plus des stratégies anti-drogues qui récusent la répression policière et donnent plutôt la priorité à l’aide aux populations défavorisées dans l’esprit des "Objectifs de Développement Durable des Nations unies". Ce mouvement demeure néanmoins très faible. »

Le rapport fait remarquer que refuser de reconnaître « la paix sociale  maintenue par le trafic de drogues nuit à l’équilibre social des pays défavorisés dans la mesure où ce trafic apporte revenus et protection dans un monde de violence, d’insécurité et de pauvreté. » 

Christian Aid incite les gouvernements à prendre conscience du fait que les populations défavorisées recherchent leur survie dans les activités souterraines illégales. Il fait remarquer que le respect des Droits des populations défavorisées implique la protection de leurs moyens de subsistance actuellement dangereusement menacés et que la violence de la lutte contre la drogue doit laisser la place à un processus de paix sociale.

Karol Balfe, un des dirigeants de Christian Aid, a déclaré :
« Le marché illégal de la drogue est parfois la seule possibilité de survie pour les populations en situation désespérée qui se sont trouvées exclues des marchés légaux et à qui sont refusées toutes les aides officielles.
Aucune paix durable ne pourra être trouvée sans impliquer les marginalisés et les exclus actuellement oubliés.
Il faut qu’ils aient un accès stable aux terres cultivables, aux services publics et aux diverses possibilités économiques afin de ne plus avoir besoin de se réfugier dans les activités illégales. »



Retour vers la page d'accueil
Retour vers interreligieux
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

s  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.