Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

ngleterre

 

 

Des prêtres moins imaginatifs

et plus classiques

 

Clergy ‘less intuitive, more conventional’

 

Ed Thornton

 

Church Times
Hebdomadaire de l'Église d'Angleterre
du 28 juin 2018

traduction Gilles Castelnau

 

7 juillet 2018

Une enquête sur la psychologie des prêtres, qui vient d’être publiée par le journal Theology, montre qu’ils ont changé et que l’Église de demain pourrait être plus « stricte », moins « visionnaire », conduite par un clergé qui ne « ferait pas de vagues ».
90 jeunes prêtres homme ont été interrogés, qui ont été ordonnés en 2009 et 2010 dans l’Église d’Angleterre et celle du Pays de Galles. Les jeunes prêtres femmes n’étaient que 35, nombre qui a paru insuffisant pour établir une statistique.
Les résultats ont été comparés à ceux d’une étude publiée en 2007, portant sur 627 prêtres homme et 237 prêtres femmes.

L’étude entendait mettre en évidence s’ils étaient introvertis ou extravertis, s’ils procédaient par analyse ou par intuition, s’ils agissaient par réflexion ou par sensation et s’ils réagissaient par jugement ou par perception.

En ce qui concerne l’attitude psychologique actuelle des jeunes prêtres hommes, il ressort principalement de cette étude qu’ils sont moins portés (42 %) à se laisser conduire par leur intuition que leurs collègues de 2007 (62 %).
Les prêtres portés sur l’intuition sont définis dans l’étude comme ceux qui « considèrent avant tout les opportunités d’une situation, en perçoivent la signification et les occasions de contact et qui sont avant tout sensible à l’ensemble du tableau plutôt qu’à certaines de ses particularités. Ils pensent avant tout au changement des traditions établies et montrent peu de patience à l’égard des conventions. »
Quant aux prêtres ordonnées en 2009 et 2010, ils sont eux sensibles à « la réalité concrète des détails plutôt qu’à l’impressions d’ensemble. Ils se montrent pratiques et terre à terre. Ils sont souvent traditionnels et partisans du respect des conventions. »

L’évolution des prêtres d’une attitude intuitive à plus de réalisme est révélée par le fait que ceux qui ont été ordonnés en 2009-2010 appartiennent au groupe dit d’Épiméthée (le frère jumeau de Prométhée dont la technique lui avait permis de dérober le feu au monde des Dieux, symbole de la réflexion, du jugement. Note de GC) au nombre de 52 % contre 31 % de ceux qui ont été ordonnés en 2007. Les prêtres du groupe d’Épiméthée « sont protecteurs et garant du maintien de la tradition. Ils procurent ordre et stabilité à leurs paroisses. »

La proportion de prêtres ayant un tempérament apollinien, c’est-à-dire fondé sur l’intuition, l’impression : prêtres idéalistes et romantiques, inspirant, bons communicants, qui était en 2007 de 35 %, tombe en 2009-2020 à 19 %.
Il en est de même pour les prêtres-femmes.

Et les auteurs de cette étude écrivent :

« L’évolution du tempérament apollinien au tempérament épiméthéen pourrait avoir des conséquences sur l’état futur et l’identité de l’Église d’Angleterre. L’Église à venir pourrait devenir plus conservatrice et fonctionner de façon plus stricte, mais être moins inspirante et moins capable de changement.
Le problème est de savoir si les responsables de l’Église cèderont à la tentation de s’entourer de gens qui pensent et agissent comme eux.
On remarque que l’atmosphère de réflexion et jugement est aujourd’hui largement majoritaire dans les paroisses et parmi les prêtres de l’Église d’Angleterre. La nouvelle génération des prêtres ordonnés en 2009 et 2010 trouvera sans peine support et encouragement pour leurs idées.
Dans une Église qui gère son déclin et qui le fait avec des moyens de plus en plus difficiles à trouver, faire confiance au tempérament épiméthéen peut être sage et avisé. Les responsables de l’Église la conduiront dans les soins palliatifs sans faire de vagues et dans une atmosphère sécurisante.
Quant aux extravertis ils auront toute liberté pour promouvoir un peu de vie en prêchant un libre évangile à ceux qui voudront bien l’écouter.
Une autre vision de l’Église – plus positive – serait d’améliorer une véritable prise de conscience des réalités dans la nouvelle génération des responsables conservateurs afin qu’ils admettent la présence de prêtres au tempérament plus ouvert et l’importance de collaborer avec eux.
Cette recherche d’ouverture est peut-être risquée, mais les gains potentiels de ces risques pourraient être remarquables. »



Retour en page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.