Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Dialogue interreligieux




 

Apport

de l'évêque anglican John Spong

au débat théologique en France


(2013-2016) 


 


Jacques Musset

 

16 novembre 2017

I

Un chercheur exigeant et intègre

 

John Shelby Spong est un ancien évêque anglican des USA. Elevé dans des croyances chrétiennes traditionalistes, il s'est peu à peu libéré, devenu prêtre, de son éducation et de sa formation ecclésiastique. D'une part, passionné de recherche et d'exégèse biblique et foncièrement intègre dans son travail sur les textes bibliques et évangéliques, il s'est rendu compte que la doctrine et l'enseignement officiels des Eglises sur Dieu, Jésus, Marie, l'Eglise et l'homme reposaient sur une lecture fondamentaliste des Ecritures, Ancien et Nouveau Testament. Par ailleurs tout au long de son ministère de prêtre et d'évêque, il a vu les désastres causés dans les consciences de ses paroissiens et de ses diocésains par ces lectures littérales des textes bibliques et évangéliques écrits il y a vingt siècles et plus, dans un contexte totalement différent du nôtre et avec des langages et des modes d'expression littéraires qui ne sont plus ceux de notre culture. Il a constaté à quel point les représentations d'un Dieu tout puissant et justicier, résultant de ces lectures fondamentaiste, ont engendré culpabilité, irresponsabilité et ont maintenu et confirmé un machisme clérical vis à vis des femmes et un rejet des homosexuels. Il a vérifié aussi combien les identités glorieuses, apposées à Jésus dès sa mort puis dans les siècles qui ont suivi, sont aux antipodes de l'homme fraternel, remettant debout des hommes et des femmes marginalisés et rejetés par la religion et la société de leur temps.

Dès lors, il s'est juré, au nom d'une exigence intime de fidélité à la Bible et aux Evangiles et par un souci de vérité vis à vis des chrétiens relevant de son ministère, d'aider ceux-ci à comprendre le sens de ces vieux textes de façon qu'ils puissent les actualiser et leur donner corps dans leur propre existence personnelle et sociale. « Le but de toute ma vie professionnelle a été de combiner la recherche et la foi, d'apporter l'honnêteté et l'authenticité de la vie d'un citoyen moderne dans la pratique cultuelle, tout en continuant à avancer dans la tradition religieuse inspirée par Jésus de Nazareth. » (Sauver la Bible du fondamentalisme, Karthala, 2016, page 25) Plus largement il a souhaité que son entreprise permette aussi à ceux qui ne sont pas chrétiens ou qui se sont éloignés de leur tradition chrétienne, parce qu'elle ne leur était plus croyable, de s'apercevoir que le message biblique et évangélique disait tout autre chose que les enseignements dogmatiques et moralisants entendus au catéchisme et dans certaines prédications.

Son projet l'a conduit à travailler avec rigueur et en profondeur les Ecritures. Cet investissement non seulement n'a jamais nui à son travail pastoral mais il fut à ses propres yeux l'une des conditions essentielles de sa qualité et de sa fécondité. Il a fréquenté les grandes institutions qui dispensent le meilleur enseignement biblique aux Etats-Unis (Union Theological Seminary à New York, la Yale Divinity Scholl à New Haven dans le Connecticut, la Harvard Divinity Scholl à Cambridge dans le Massachussetts et le Magdalen College à l'Université d'Oxford). Il a lu les ouvrages publiés en anglais des exégètes les plus compétents, hommes et femmes, protestants et catholiques utilisant la méthode historico-critique. Celle-ci, mise au point avec succès au cours des deux derniers siècles, étudie le contexte culturel, religieux, politique, économique dans lequel ont été écrits les textes, leurs modes d'expression et leurs langages relatifs au temps qui les a vu naître, bien différents des nôtres. Cette méthode très rôdée arrive ainsi à décoder le message de foi des auteurs évangéliques et à en faire apparaître l'éventuel substrat historique. Elle requiert cependant un travail patient et minutieux. Qui n'y consent pas s'en tient à une lecture fondamentaliste, qui considère à tort les textes comme historiques et en tire des sens qui sont en réalité d'énormes contre-sens. Il n'est pas étonnant que ces interprétations erronées déconsidèrent les évangiles aux yeux de tout chercheur honnête et induisent chez le lecteur non averti des représentations de Dieu et de Jésus inacceptables.

 

 

II

Son œuvre

Entre 1973 et 2015, il a écrit vingt-cinq livres dont le contenu est lié au cheminement de ses questionnements et de sa recherche. Mais avant d'être publiés, les thèmes de ses ouvrages ont fait l'objet de nombreuses conférences à ses paroissiens puis à ses diocésains. C'est dire que son travail a toujours été enraciné dans sa pratique pastorale de prêtre et d'évêques, ayant pour but d' aider celles et ceux dont il avait la charge à devenir des chrétiens adultes dans le monde moderne. Cette constante préoccupation lui a attiré de nombreux ennemis parmi les tenants de la lecture lirréale mais, en revanche, elle a contribué à libérer nombre de chrétiens américains et de langue anglaise à travers le monde. Ses écrits n'ont rien perdu de leur actualité et peuvent être pour les lecteurs d'aujourd'hui une source d'enseignements indispensables. Quatre de ses livres majeurs ont été publiés récemment en français par les éditions Karthala et ont été présentés dans Golias Magazine. Il n'est cependant pas inutile de les résumer brièvement pour mieux apprécier dans une regard d'ensemble le fil conducteur du travail de John Spong.


Sauver la Bible du fondamentalisme (1991, paru en français en 2016)

Cet ouvrage est fondamental, car il définit les conditions nécessaires pour comprendre et s'approprier les textes bibliques dans notre monde actuel marqué par la modernité, dont l'une des revendications depuis le XVIIème siècle est pour l'homme de penser sa vie et ses héritages avec les ressources de sa raison. Ainsi s'attaque-t-il frontalement à une lecture littérale qui consiste à lire la Bible, Ancien et Nouveau Testament, au pied de la lettre, et à considérer que tout ce qui est écrit, entendu au premier degré, est la vérité divine infaillible, la Parole de Dieu valable pour tous les hommes, pour tous les temps et pour tous les lieux. Cette lecture fondamentaliste continue en effet d'infecter toutes les Eglises, notamment les Eglises évangéliques protestantes, mais aussi pour une part les grandes Eglises établies, luthérienne, calvinistes, catholiques, orthodoxes et anglicanes. Des progrès ont été faits ici et là, mais des tabous de taille subsistent. Ce n'est pas que les études exégétiques aient stagné depuis deux siècles. Au contraire, La raison en est le refus, conscient ou inconscient, de beaucoup de responsables d'Eglises d'abandonner, par peur des remises en cause déstabilisantes, les doctrines jusque là en vigueur basées sur des lectures littérales. Pasteurs et prêtres, dont la formation théologique a été et reste des plus classiques, ne peuvent qu'enseigner aux fidèles ce qu'on leur a appris et peu d'entre eux s'éveillent à une autre approche.


Face à un tel irrespect des textes juifs et chrétiens et aux sens pervertis qu'on en tire, John Spong rappelle trois clés indispensables pour les interpréter correctement :

- il importe de les replacer dans le contexte social, économique, politique culturel, religieux où ils sont nés. Par exemple,en ce qui concerne le Nouveau Testament, la présentation qui est faite de Jésus est en effet située. « Le fait est que toute expérience humaine est interprétée par la personne qui la vit – sinon elle ne peut être transmise. Elle est toujours perçue à l'intérieur d'un cadre : celui auquel cette personne appréhende le réel. Lorsque les connaissances augmentent, elles font exploser le cadre interprétatif des générations précédentes » (p. 41). C'est ce qui se passe pour nous aujourd'hui qui ne sommes plus dans le même monde ni la même culture que les auteurs de la Bible. Nous avons à décoder leur message concernant Jésus afin de pouvoir l'actualiser dans notre propre contexte culturel.

- il convient aussi de découvrir comment ces vieux textes ont été élaborés. Pour s'en tenir au Nouveau Testament, élaborés sur une période de 70 ans jusqu'à la fin du premier siècle de notre ère, on constate que l'ordre d'apparition chronlogique des écrits ne correspond pas à l'ordre de présentation classique dans nos NT. Ce qui est premier, ce sont les lettres de Paul, puis les évangiles de Marc, puis de Matthieu, de Luc et enfin de Jean, chacun d'eux étant le point d'aboutissement d'une longue élaboration. Des passages épars qui ont circulé très vite sur les actes et les paroles de Jésus, aux regroupements qui s'en sont suivis et enfin à des récits organisés résultant de plusieurs moutures, il y a toute une histoire. Sait-on par exemple que les récits de la passion sont les plus anciens des évangiles, tandis que les évangiles de l'enfance de Jésus sont les plus récents ?

- Il est encore essentiel de percevoir que les textes du Nouveau Testament reflètent avant tout la foi en Jésus de leurs auteurs mais aussi l'identité et les problèmes des communautés pour lesquelles ils écrivent. D'où l'importance de les décrypter pour rejoindre la personne du Jésus historique. Prendre aujourd'hui les évangiles au pied de la lettre est une absurdité absolue. Ils sont à décoder en les replaçant dans le milieu où ils ont été écrits en vue de retraduire leur message essentiel dans notre actualité personnelle et sociale. Pour un chrétien, s'adonner à cette tâche est exigeant, mais il est payé au centuple.

Les deux tiers du livre de John Spong sont consacrés à une étude minutieuse des différents livres du Nouveau Testament. Spong répète, pratiquement à toutes les pages, que les textes bibliques évangéliques ne sont pas parole divine infaillible et qu'il appartient à chaque lecteur d'avoir l'intelligence de re-susciter d'une manière inédite le coeur du message. Les habitudes prises ne facilitent pas cette réaction. Cheminer en compagnie de Spong pour celles et ceux qui n'ont jamais fait ce travail de décantation biblique non seulement n'est pas un pensum mais un vrai plaisir. Combien de personnes vont voir s'éclairer des questionnements qu'elles traînent depuis des lustres et trouver goût à randonner à travers les Ecritures pour se ressourcer d'une façon inventive ?

En définitive, le but de tout ce travail, selon John Spong, est pour chaque lecteur du Nouveau Testament de répondre à la question vitale : Qui est Jésus pour nous ? Qui est le Dieu de Jésus pour nous et pour notre monde ? Le pour nous est le motif principal de cette investigation des Ecritures. Car il n'y a pas une réponse toute faite, emballée dans des langages culturels qui auraient valeur universelle et infaillible. En effet pour un chrétien, si la référence est bien ce qu'a vécu en profondeur Jésus en son temps ( au coeur de ses inévitables limitations singulières), et, partant, le visage inédit de son Dieu (qui fait éclater les représentations qu'on avait de Lui jusqu'alors), cette référence est à retraduire incessamment d'une manière créative par chaque chrétien et chaque Eglise.

« Le processus se poursuit depuis deux mille ans. A chaque génération ses concepts et ses valeurs, à chaque génération ses mots teintés par l'expérience collective de ceux qui les utilisent. […] Qui est le Christ pour notre temps ? Quelles images pouvons-nous utiliser qui nous permettent d'être le corps du Christ, sans hypocrisie, mais sans renoncer à l'intelligence des femmes et des hommes de notre époque ? Un christianisme qui n'évolue pas est un christianisme qui meurt. Un christianisme qui ne peut reformuler d'une manière neuve et radicale l'essence de sa vérité est un christianisme destiné à vivre seulement sur les étage des bibliothèques ou dans les musées des Antiquités. Existe-t-il une vérité du Christ que nos mots seraient capables de désigner, dans laquelle notre monde pourrait pénétrer et les hommes de trouver la vie ? » (p. 252-253 ). La réponse à ces questions et ces préoccupations à laquelle s'est attelé avec intelligence et courage John Spong est un enjeu capital pour l'avenir du christianisme dans le monde moderne. John Spong est un excellent guide sur ce chemin.

 

Les trois autres livres de Spong publiés récemment
sont une application sur trois thèmes particuliers
de la méthode de la lecture critique de la Bible

 

Jésus pour le XXIe siècle (2007, publié en français en 2013)

Le but de Spong est de présenter un Jésus croyable par les femmes et les hommes du XXIème siècle qui vivent dans la modernité. Il récuse en effet le Jésus qui est enseigné officiellement par les Eglises chrétiennes et qui relève d'une doctrine dogmatique et moralisante, basée sur une lecture littérale des textes évangéliques. Comment donc retrouver le Jésus historique, sa parole et ses actes libérateurs, à travers les récits évangéliques ?

Il s'agit, grâce un travail exégétique sérieux sur les textes, de faire apparaître la figure du Jésus historique sous les langages, les représentations, les figures de style, les codes littéraires employés par les auteurs (qui ne sont plus les nôtres). Car pris au pied de la lettre, le Jésus des évangiles est un extra terrestre, auréolé de titres tous plus glorieux les uns que les autres, né hors normes, extralucide, réalisant de soi-disant prophéties, muni de pouvoirs extraordinaires sur la nature et la santé, condamné à mort pour expier à leur place les péchés des hommes et remontant vivant vers Dieu une fois la mission accomplie.

Ce travail de décantation exégétique permet en même temps de mettre en lumière la figure du Dieu de Jésus qui transparaît dans les évangiles sous les mises en scènes littéraires. Son Dieu n'est pas le Dieu « théiste », tout-puissant, créateur des mondes infinis, dirigeant souverainement l'histoire et les vies humaines, protecteur et surveillant à la fois, inventé par les humains pour se rassurer. Le Dieu dont Jésus témoigne dans son engagement est un Dieu dont on ne peut faire l'expérience que dans son implication au profit de l'humain. C'est ce Dieu là que Jésus a annoncé, un Dieu qui n'est pas religieux .

« Jésus pour le 21e siècle » est donc un livre salutaire pour les chrétiens de notre temps qui, comme son auteur, sont attirés et passionnés par la personne de Jésus mais qui ont des exigences critiques vis à vis des sources évangéliques et ne se retrouvent donc plus dans la doctrine officielle des Eglises qui a transformé en dogmes et en préceptes moraux la parole vive et la pratique libérante du nazaréen.

 

 

Né d'une femme, conception et naissance de Jésus dans les évangiles (1992, publié en français en 2015)

Ce livre de John Spong est une étude de deux passages qui ouvrent les évangiles de Matthieu et de Luc ( datant de 85-90 de notre ère) et qui n'ont pas d'équivalent dans ceux de Marc et de Jean. On les appelle « les évangiles de l'enfance », car ils mettent en scène, l'un et l'autre d'une façon d'ailleurs fort différente et parfois contradictoire, la conception, la naissance et l'enfance de Jésus. Ils sont fort connus. On les proclame dans les églises au temps de Noël et sont à l'origine des crèches. Longtemps, on a lu ces textes comme des récits historiques, racontant l'histoire merveilleuse du petit Jésus. Ainsi a-t-on pris au pied de la lettre les histoires de la conception virginale de Jésus par Marie sans intervention masculine, l'embarras de Joseph, le fiancé de Marie, éclairé miraculeusement par un ange, la naissance de Jésus dans une étable à Bethléem, le chant des anges dans le ciel, la visite des bergers à la crèche, celle des mages venus du lointain orient avec leurs présents, le massacre des enfants juifs de Bethléem par Hérode, la fuite de Jésus avec Marie et Joseph en Egypte, le retour d'Egypte, l'établissement à Nazareth, la leçon magistrale de Jésus adolescent aux docteurs du Temple de Jérusalem. Nombreux sont encore ceux qui lisent ces textes de cette manière alors que les recherches exégétiques ont montré depuis des dizaines d'années que leur vérité n'est pas d'ordre historique mais symbolique, au sens où, sous une présentation littéraire empruntée à la Bible, ces récits sont en réalité des professions de foi sur le Jésus des premières communautés chrétiennes qu'on peut résumer ainsi : Jésus est le plus grand don que Dieu ait fait aux hommes, il est son visage parmi eux, il est chemin de vie pour tous les humains qui l'empruntent, quelles que soient leur origine et leur situation. 

Le plus original dans la démarche de Spong n'est pas de rappeler ce qui devrait être des évidences, c'est qu'en tant que prêtre puis évêque assumant des postes officiels de responsabilité, il ne craint pas de dénoncer la manière fondamentaliste dont on continue à lire les évangiles de l'enfance dans les Eglises (y compris l'anglicane) comme s'il s'agissait de récits historiques. Pour lui, c'est maltraiter les textes que de leur faire dire ce qu'ils ne disent pas. C'est un manque d'honnêteté de vouloir y trouver les affirmations dogmatiques qui seront élaborées plus tard sur l'identité de Jésus. John Spong plaide donc pour une lecture dégagée du surmoi dogmatique qui colle à la peau de beaucoup de chrétiens et de responsables d'Eglise. Il encourage un travail honnête sur les textes sans a priori et appelle instamment les chrétiens à renoncer dans leur lecture des évangiles de l'enfance à y plaquer leurs conceptions théologiques, sans se demander ce qu'ils signifiaient pour leur auteurs il y a vingt siècles. En effet, en procédant ainsi, on désincarne et on déshumanise Jésus et Marie et on donne de Dieu une représentation interventionniste et déresponsabilisante, inacceptable pour des hommes et des femmes de la modernité.

Ce livre aidera nombre d' hommes et de femmes de notre temps, chrétiens ou non, à comprendre comment, à partir de lectures erronées des évangiles, on en est venu à diviniser Jésus et désincarner Marie et quelles sont les raisons pour lesquelles dans la longue tradition chrétienne, sur la base de ces représentations, on a méprisé le corps, mésestimé la sexualité et infériorisé les femmes.

 

La résurrection, mythe ou réalité ? (1994, publié en français en 2016)

L'objectif de Spong est, comme sur les thèmes précédents, de montrer que la façon dont on parle habituellement de la résurrection de Jésus à partir d'une lecture littérale des textes évangéliques ne tient plus la route pour des chrétiens actuels qui ont des exigences critiques.

En effet, ce qui frappe en premier lieu dans les évangiles, ce sont les représentations surréalistes de Jésus ressuscité. Il apparaît soudainement vivant trois jours après sa mort horrible sur la croix, il se montre et disparaît à volonté, il traverse les murs, marche sur les eaux, prépare à déjeuner, il donne rendez-vous, selon les auteurs, en Galilée ou à Jérusalem. Qui peut croire que cette description décrit la réalité ?

Par ailleurs, on constate que les représentations sur Jésus ressuscité qui s'étagent sur soixante-dix ans (ceux de Paul en premier, ceux des évangiles plus tardivement) subissent une évolution qui va dans le sens d'une matérialisation de son être ressuscité. De très dépouillées, elles se font de plus en plus concrètes. On passe d'une simple profession de foi  chez Paul à des descriptions fort réalistes de la personne du ressuscité dans les évangiles. Il boit, mange, parle, enseigne, et finit par s'élever dans les airs vers le ciel. Par ailleurs apparaissent le thème du tombeau ouvert et les mises en scène grandioses qui s'y déroulent. Ces dernières culminent chez Matthieu avec les gardes projetés à terre et la prise de parole de l'ange du Seigneur assis sur la pierre roulée du tombeau.

John Spong montre que toute cette imagerie est pour les évangélistes une façon symbolique d'exprimer l'expérience spirituelle et intérieure que les disciples ont vécue après la mort de leur maître. Pour eux le crucifié, qui socialement et religieusement semblait avoir totalement échoué, fait partie du monde de Dieu et il leur demeure présent d'une présence intérieure qui n'est pas sensible, les assurant de son compagnonnage pour qu'ils continuent l'oeuvre de vie qu'il a inaugurée. Faute de pouvoir rendre compte de cette expérience indicible, ils expriment leur conviction par des mises en scènes, dont les éléments sont puisés dans leur fond culturel qu'est la Bible et qu'il convient de décoder pour en recueillir la signification.

 


III

Son apport actuel au christianisme catholique romain

 

1.  Sur la manière de lire la Bible et le Nouveau Testament

Certes il y a eu depuis plus d'un siècle un travail considérable sur la compréhension des textes de la part des exégètes. Mais les résultats sont loin d'être intégrés par nombre d' évêques, de prêtres et de chrétiens. Il reste notamment des textes tabous qu'on continue de lire et de comprendre d'une manière littérale (les récits de l'enfance de Jésus, les récits de miracles, les récits de la résurrection. De plus on pratique inconsciemment la lecture des textes évangélique et du Nouveau Testament en projetant sur eux ce que dit la doctrine catholique sur Jésus, sur Dieu et sur les ministères, élaborée au cours des siècles, ce qui est une maltraitance des textes et une infidélité à leur message. Il est nécessaire que dans le catholicisme on lise les évangiles sans a priori, sans précompréhension, avec les ressources de la méthode historique notamment. C'est la condition pour découvrir qui fut Jésus de Nazareth afin d'actualiser l'esprit qui était le siens dans nos vies.

 

2.  Sur la manière de dire Jésus et son Dieu aujourd'hui

Actuellement l'Eglise catholique campe sur une doctrine qui a été élaborée dans les premiers siècles du christianisme dans la culture grecque. On a pensé Jésus, Dieu, l'homme selon les concepts et les représentations de cette culture. Cela a donné les dogmes. Le problème c'est qu'on les considère comme des vérités immuables et non comme des interprétations relatives à une époque et une culture donnée. La démarche de Spong qui consiste à redécouvrir la personne de Jésus de Nazareth, l'esprit qui l'animait, ses enseignements et sa pratique libératrice qui transparaissent à travers les témoignages de foi des premières communautés chrétiennes puis à les actualiser dans une fidélité inventive (non pas en les répétant tels quels mais en les recréant dans le contexte où nous vivons), cette démarche de Spong ne peut qu'aider les chrétiens (responsables et chrétiens de base) à repenser leur christianisme dans la modernité où ils vivent et à le rendre crédible aux regard de leurs contemporains.

 


Conclusion

John Spong est l'un des auteurs actuels qui, dans un langage très accessible, convie les disciples de Jésus à décoder le message des Ecritures pour qu'ils l'actualisent en paroles et en actes crédibles au coeur du monde moderne. A lire et travailler personnellement et en groupe.

 



Retour vers Jacques Musset

Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.