Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion



 

Existe-t-il un obscurantisme athée
qui se réclame
de l'athéisme des lumières ?

 

Pharisien Libéré

 

 

28 septembre 2016

Autrefois, au temps des Lumières
, l'athéisme était le fait d'une aristocratie et d'une bourgeoisie éduquées. Ce n'est pas d'hier que Régis Debray, (un dangereux fondamentaliste religieux !) parle de « l'analphabétisme religieux de nos sociétés » et prône l'enseignement laïc du fait religieux. Il expose même que ce sont les associations d'athées qui s'y opposent. De nos jours, l'athéisme est affaire populaire et il suffit de s'exclamer « Adults with imaginary friends are stupid 1 » pour passer pour une lumière. Les déclinaisons en sont nombreuses sur les forums et dans le commerce. Au lieu des objections philosophiques ou théologiques qu'on discutait au 18e siècle, le nouvel athéisme ne reprend que les slogans usés du scientisme de la crise moderniste 2 ; autant dire un archaïsme !

Comme ses collègues salafistes, intégristes, fondamentalistes, l’athégriste zappe la culture. On ne connait plus de l'histoire des religions que « l'inquisition, Galilée, Servet, Calas » et depuis quelques années, al-Quaida et Daesh. Il accepte sans discuter les revendications d’orthodoxie des courants extrémistes et n’hésite pas à traiter d’hérétique tout croyant doté d’une hermneutique et d’une épistémologie.

J'appartiens à cette catégorie qui n'est pas convaincue par les histoires des athées, par exemple qu'on ne pourrait être athée et obscurantiste, à la fois, c'est à dire refuser la science et le progrès. Les athégristes ont plusieurs façons de refuser « la science », en particulier quand elle fait la critique du fondamentalisme athée.

La première consiste à récuser la science, par exemple la sociologie, pour elle même. On peut affirmerqu'elle est gangrenée par les scandales de revues « peer to peer ». Déjà « peer to peer » ne signifie pas « par les pairs » mais « de pair à pair », qui désigne un réseau informatique « client client » où chaque poste-client peut tenir le rôle de serveur dans une certaine mesure. La revue par les pairs, c'est autre chose. Cela consiste, pou une revue scientifique, à avoir un comité de lecture, voire à convoquer un grand nombre d’experts pour valuer l’article candidat à la publication. Quand on fait enquête, la gangrène se limite à un canular il y a 20 ans utilisé pour discréditer 40 ans de recherche et à quelques ratés en sciences dures.

La seconde consiste à discréditer les auteurs des études de la science en question. On dit « ce sont des "fondamentalistes américains"3 ou des "fanatiques évangéliques" » et l'affaire est jouée. La critique est « d'origine » religieuse donc elle est nulle. Pas de chance, les auteurs qui font ces études sur le fondamentalisme athée sont eux-mêmes athées. Ce sont donc pas « des histoires pour ramenéer les athées au niveau des croyants » ni des « croyants incapables d'imaginer un monde sans dieu » et encore moins la « haine des athées » ou d'autres items de victimisation qu'on voit passer en rafale chaque fois que le mot « athée » apparaît dans une discussion, dans un débat inter-religieux.

La 3e façon de récuser la science consiste à diaboliser le véhicule. Dans ce cas, la science est mauvaise parce que le véhicule est un cuistre et un pédant qui cherche ses 5 minutes warholiennes. Ou sur un forum dont la charte impose de n’avoir qu’un compte : « anonyme lâche et multi-compte tricheur », affirmation gratuite dont l’insulteur est incapble de fournir la moindre preuve à ses dires et professe là, « une croyance » qui manifeste l'incapacité de certains à accepter la liberté des autres.

Je ne suis pas plus convaincu par les affirmations comme :

• - « l'athéisme radical, ça n'existe pas ». Il faut dire que pour ceux qui l'affirment le radicalisme commence à l'attentat ou au trafic d'être humains alors que pour la littérature, l'athéisme radical commence avec Diderot.

• - « le fondamentalisme athée, ça n'existe pas ». Le terme est employé par divers auteurs (si des noms sont cités, ceux qui ne lisent ni philosophie ni sociologie affirmeront là que c'est du saupoudrage de noms et si titres et liens sont donnés on parlera de pédanterie)

« Si quelqu'un vous dit savoir que Dieu n'existe pas, il y a de fortes chances pour que ce soit un imbécile. Pareillement d'une personne qui vous dit savoir que Dieu existe. C'est là une double erreur : théologique, parce que la foi est une grâce, ce que le savoir ne saurait être et, philosophique, parce qu'on confond alors deux concepts différents : le concept de croyance et le concept de savoir. » André Comte-Sponville

______________________________________

1  Les adultes avec un ami imaginaire sont stupides

Un article dont wikipdéia dit qu’il est trop bon pour elle ! Sur la crise moderniste, absente de l’excellent Mallet Isaac Classe de 1ère, « de 1848 à 1914 » programme de 1962 du temps où l’on passait 7 ans sur l’histoire de l’Euope. Sur la crise moderniste, on pourra consulter « Histoire dogme et critique » du regretté Emile Poulat.

3  Vu une passionaria de l’athéisme affirmer que Stephen LeDrew est un théologien  alors qu’il fait profession de foi d’athée !


Retour vers Pharisien libéré
Retour vers "interreligieux"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.