Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Dialogue interreligieux

 

 

Spiritualité bouddhiste

 

La méditation

chemin vers l’épanouissement

 

From Genuine Happiness, Meditation as the Path to Fulfillment

 

B. Alan Wallace

ProgressiveChristianity.org

 

 

26 janvier 2013

Avant de commencer votre méditation, prenez conscience de vos motivations les plus hautes, vos buts, vos aspirations les plus importants.

Puis installez-vous à l’aise, tranquillement, en prenant conscience de vous-même.

La première séquence dure une « ghatika » (Note de GC : durée traditionnelle indienne de 24 minutes). Conservez une attitude paisible. Pensez à des images comme par exemple un étang d’eau calme. Vos pensées ne seront claires que si l’eau à laquelle vous pensez est sereine. Faites trois belles respirations, profondes et totales, en aspirant par le nez, jusque dans l’abdomen, puis en remontant à travers le diaphragme par la poitrine. Exhalez enfin lentement par le nez, profondément, pleinement. Faites cela trois fois.

Laissez maintenant votre esprit qui a été mis à si rude épreuve durant le jour, parvenir à un moment de repos et s’installer dans un état de simple conscience de soi. Soyez attentif aux diverses sensations qu’éprouve votre corps. Lorsque des pensées surgissent en votre esprit, laissez-les s’éloigner tranquillement sans vous y attacher, sans leur attacher d’importance. Qu’elles s’en aillent comme si vous vous disiez avec un petit soupire de détente : « je n’ai pas besoin de monter dans ce train-là ».

Pensez à vos respirations. Au début de la prochaine comptez mentalement « un ». Puis continuez à compter vos respirations jusqu’à 21.

Quittez maintenant cet état de simple conscience pour revenez à un état de réflexion créatrice. Commençons par votre corps. Dites-vous que votre conscience est essentiellement pure et lumineuse dans son état naturel. Imaginez-la de manière symbolique, comme un cercle de lumière blanche, brillante au centre de votre poitrine. La pensée indienne situe là au milieu de la poitrine le chakra-du-cœur, et non dans le cœur lui-même.

Dites-vous que cette lumière est celle de la compassion, de la bonté, de la joie pure primordiale. Imaginez que son rayonnement lumineux, purificateur, calmant et relaxant traverse votre cœur, pénètre votre être entier jusqu’à la surface de votre peau et dissipe tout mal physique ou mental.

Maintenant élargissez votre contemplation vers l’extérieur de votre être. Pensez autant que vous pourrez à une autre personne, à plusieurs, à un animal ou quelque autre être auquel vous être très attaché. Peut-être quelqu’un qui traverses en ce moment des difficultés d’une sorte ou d’une autre, souffrance physique ou morale, conflit, dépression, anxiété, angoisse. Pensez à cette personne.

Dites-vous maintenant que vous êtes cette personne, pensez que vous vivez ses difficultés et que vous prenez ses fardeaux sur vous.

Revenez vers vous-même puis retournez vers cette personne aimée. Comme le Bouddha le disait, soyez présent à cette personne, à sa réalité extérieure, à sa réalité intérieure et aux deux à la fois.

En un mouvement sincère, naturel et sans effort faites ce souhait : « que cet être se libère de sa souffrance et même de la raison de sa souffrance ». Que la compassion s’élève de votre cœur. Et, en aspirant l’air dans votre respiration, imaginez que vous gonflez vos poumons d’un nuage noir symbolisant les malheurs, les blessures, les tourments de cette personne. Inhalez ce nuage noir à chaque aspiration et laissez-le descendre en vous jusqu’à l’incandescente lumière qui brille en votre cœur et qui le dissipe complètement. Imaginez le soulagement de l’être aimé et son bien-être lorsque son problème aura disparu.

A chaque respiration répétez-vous : « comme je désire être libre de toute souffrance et de toute cause de souffrance, sois libéré, toi aussi, de ta peine, de ta détresse et de ses causes. » Et imaginez cette personne éprouvant cette libération, voyant sa peine s’évanouir, vivant cette transformation, sentant son fardeau s’alléger et son angoisse calmée. respirant librement.

Maintenant élargissez encore votre pensée ; étendez-la sans limite d’aucune sorte. A chaque respiration dites-vous : « que tout être du monde et moi-même aussi, soyons libérés de toute souffrance et de toute source de souffrance. »

A chaque aspiration, faites entrer en vous la peine et la misère, l’angoisse et le malheur de tout être vivant. Amenez-les jusqu’à l’infinie lumière, l’inépuisable source de lumière capable d’absorber la souffrance du monde sans en être diminuée. Eteignez ainsi toute obscurité dans la lumière de votre cœur.

C’est cela la véritable compassion : le désir sincère que les autres soient libérés de leur souffrance et des sources de toute souffrance.

Et prenez encore quelques instants pour relâcher vos pensées, relâcher votre imagination et vos désirs, relâcher tout ce qui peut encombrer encore votre esprit. Relaxez-vous dans la seule présence de votre conscience. Soyez en paix dans votre cœur. Votre esprit trouve sa paix dans son fondement de parfaite lumière. Soyez seulement conscient de votre conscience.

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers interreligieux
Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.