Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

  





 

La tuerie suprématiste de Buffalo


 

Claudine Castelnau

 

23 mai 2022

 

Il s’appelle Payton Gendron, il a 18 ans et il est blanc. Une précision qui compte : la semaine passée il est entré armé dans le Tops Friendly Market,  un supermarché de Buffalo, une ville  dans l'ouest de l'État de New York, dont la clientèle  est majoritairement noire. Il a tué 10 Noirs et a blessé trois autres personnes dont un policier et la plupart des victimes ont plus de 50 ans. L’enquête qui a commencé s’appuie entre autres sur des centaines de pages écrites par le meurtrier et postées sur internet 30 minutes avant l’attaque, il y détaillait son projet et ses motivations sous-tendues par une haine raciste et la suprématie blanche. Sur ces mêmes notes, il avouait que ses parents ignoraient tout de son projet et des centaines de dollars dépensés en munitions et le fait qu’il possédait un fusil semi-automatique qu’il avait acheté légalement à proximité de chez lui… Sur le site de Faithful America, on peut lire cette déclaration de l’évêque catholique de Buffalo : « L'intention [du tireur] a été alimentée par  cette rhétorique suprémaciste haineuse. Son projet était de tuer autant de personnes de couleur que possible et il était alimenté par la peur irrationnelle que les Blancs soient remplacés en Amérique par ces gens de couleur. » Et le tueur a avoué que son idée était de terroriser les Non-Blancs et les non-chrétiens (les juifs) pour qu’ils quittent les Etats-Unis afin de lutter contre une théorie conspirationniste qui prétend qu’il y a un complot pour réduire l’influence des Blancs et même les supprimer en les remplaçant. C’est ce que l’officier de police de Buffalo parlant du massacre a appelé « un crime de haine raciste absolue commis par un homme qui a le cœur, l’âme et l’esprit remplis de haine. »





« Les Noirs veulent que la haine s'arrête. Mais ça ne fait qu'empirer, écrit le 17 mai l’un des éditorialistes du Washington Post. Je n'arrête pas de dire à mes amis noirs que ça va juste empirer. Je n'arrête pas de leur dire que certains hommes blancs, nourris constamment d'absurdités et de statistiques sur l'état de la blancheur aux États-Unis, ne seront que plus convaincus que les personnes de couleur sont leurs ennemis Ce qui signifie que le genre de violence que nous avons vu ce week-end dans un supermarché de Buffalo va s'aggraver. Le tireur présumé, Payton Gendron, est un homme qui aurait été préoccupé par l'immigration et la baisse du taux de natalité des Blancs. C'est la même préoccupation que Tucker Carlson partage avec son public de Fox News [la chaîne très conservatrice où sévissait Donald Trump] presque tous les soirs. Gendron n'est pas un malade mental. Il n'est pas "troublé", ni juste un adolescent égaré. Ce sont des termes que vous entendrez quand il sera jugé. La vérité est qu'il est tout simplement haineux de la même manière que la politique de droite lui a demandé de l'être.

Il est facile de tracer une ligne droite entre les actions haineuses des suprémacistes blancs et les conservateurs populaires de droite. Il semble qu'aucun des deux groupes ne puisse imaginer un monde où tous seraient égaux. Dans leur esprit, un groupe doit être au top. Et la peur de perdre la première place s'est transformée en une idéologie connue sous le nom de théorie du grand remplacement. Ce qui, en bref, soutient que les Noirs et les Bruns dépasseront un jour les Blancs en nombre et les soumettront à tous les maux que les Blancs infligent depuis longtemps aux non-Blancs. Et cette pensée  alimentée par la peur continuera de nuire aux personnes de couleur. Le même genre de réflexion sur la race et les taux de natalité domine désormais la Cour suprême conservatrice. Le projet divulgué [sur l’interdiction totale d’avortements aux Etats-Unis] ne concerne pas la protection des bébés. Il s'agit de protéger la Blancheur. Plus précisément, les bébés blancs. Beaucoup ont souligné que si les républicains se souciaient vraiment des bébés et des enfants, ils aideraient à fournir une aide aux nourrissons pauvres, à la garde d'enfants, aux soins de santé, à un meilleur financement des écoles, etc. Mais leur préoccupation ne concerne pas les bébés et les enfants en général - seulement certains bébés. Le projet de décision de la Cour suprême vise à protéger ce que les conservateurs considèrent comme une population en déclin et leur ressource la plus précieuse : les Blancs. Certains m'accuseront ici de me livrer à des théories du complot — ou de croire le pire chez les gens. Mais, en tant que Noir américain vivant dans une société raciste, je n'ai pas de mal à croire au pire des gens. nous en voyons la preuve chaque jour dans notre vie. Et nous avons une connaissance directe de l'importance de la blancheur pour certaines personnes. Nous avons vu comment ils confondent la blancheur avec la droiture et l'innocence. Je crois que les conservateurs se moquent bien de savoir si les mères de couleur interrompent ou non les grossesses. Le véritable objectif ici est d'augmenter le taux de natalité des Blancs, car l'une des plus grandes craintes des conservateurs est la peur d'être en infériorité numérique. Tout est dans le long « manifeste » de Gendron. Certains conservateurs ne semblent pas imaginer pire. Ils ne peuvent pas non plus imaginer qu'un autre groupe de personnes veuille autre chose qu'une domination totale. Parce que c'est ce qu'ils veulent et, quand ils ne l'obtiennent pas, ils se sentent opprimés. Quand on est habitué aux privilèges, l'égalité ressemble à de l'oppression. La théorie critique de la race effraie les conservateurs pour une raison connexe. Ils imaginent que, si les écoles enseignent la véritable histoire américaine, les Blancs seront aussi détestés et vilipendés que les autres races de ce pays. Il est donc préférable d'enseigner une version expurgée de l'histoire. […]

Les conservateurs n'arrêtent pas de nous dire que ce pays n'a pas de problème racial. Qui trompent-ils ? Pas les Américains noirs et bruns et asiatiques. La plupart d'entre nous veulent juste que la haine s'arrête […] »
 
Ils veulent partager le « rêve américain ».


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau

Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.