Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

  



cr872.kiev.png

Échange de consentements
entre Anne et le roi Henri Ier
Enluminure ornant les Chroniques de France ou de Saint-Denis (1332-1350)


Anne
princesse de Kiev
reine de France


 

Claudine Castelnau

 

2 mai 2022

La guerre en Ukraine nous fait en même temps visiter ou revisiter ce pays largement ignoré et les cartes se multiplient, accompagnant pratiquement chaque article. Et par surprise nous avons redécouvert une reine de France venue de Kiev et bien oubliée.  Anne, princesse de Kiev, a traversé l’Europe il y a 1000 ans, pour épouser l’un des premiers rois capétiens. C’est le site Slate qui nous le rappelle.


Un roi capétien dont on a aussi oublié le nom et le règne, Henri 1er, épouse cette princesse lointaine qui vit aux confins de l’Europe sur des terres prospères. Son père règne sur la plus puissante des principautés, la Rus de Kiev. « Sous influence culturelle des Byzantins de Constantinople, ces Slaves d’Orient sont chrétiens. Et la ville de Kiev, souligne Slate est  environ dix fois plus peuplée que Paris ». Anne épouse Henri 1er à Reims en 1051 et une miniature extraite d’un manuscrit français y fait allusion. 


cr872.lycee.png


Statue devant le lycée de Senlis


Mais d’Anne de Kiev on ne sait pas grand chose : ni date de naissance, ni même de sa mort, pas de tombe, ni de représentation. Un chroniqueur de l’époque dit seulement : « Avec elle, le roi vivait heureusement […]
D'Anne, il ne reste que des fragments. Sa signature en cyrillique au bas d'une charte et des croix qu'elle a tracées sur des documents en guise de seing.


Et un fils Philippe 1er. Elle sera reine régente à la mort de son mari. ET, surprise, Anne réapparaît durant la période soviétique où elle sera utilisée à des fins de propagande du régime puis du renouveau nationaliste ukrainien. En France, Anne fera édifier l'
Abbaye Saint-Vincent à Senlis, l'une des villes royales au temps des premiers Capétiens. Cette ville de l'Oise entretient toujours le souvenir d'Anne et en 2004, le président ukrainien de l’époque Viktor Iouchtchenko y a même inauguré une statue d'elle.


cr872:timbre.png



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.