Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 



États-Unis

Églises baptistes du Sud


 

Claudine Castelnau

 


22 février 2022



La Convention baptiste du Sud est la plus importante confession protestante aux Etats-Unis avec quelque 14 millions de fidèles. Elle a été fondée en 1845, en Géorgie, un Etat du Sud américain, après la guerre de Sécession. A l’origine de cette Convention baptiste du Sud des églises qui soutenaient l’esclavage et étaient en rupture avec les baptistes du Nord abolitionnistes. A cette époque-là les Eglises baptistes afro-américaines du Sud dont les membres étaient souvent en butte au racisme dans les Eglises baptistes majoritairement blanche ont fondé en 1895 une Convention baptiste noire. Ainsi Martin Luther King était baptiste, membre de ces Eglises baptistes du Sud.


Il faudra quasiment 100 ans pour que la Convention baptiste du Sud commence à intégrer des membres de diverses minorités et en 1995, la Convention baptiste du Sud a reconnu dans une déclaration officielle « l’échec de leurs ancêtres à défendre les droits civiques des Afro-Américains. »


En 2012, un Afro-Américain est devenu le président élu de la Convention baptiste du Sud. Et le 1er février dernier, pour la première fois, un Afro-Américain, le pasteur baptiste Willie McLaurin, a été nommé président par intérim du comité exécutif de la Convention baptiste du Sud. Une nomination saluée avec joie par plusieurs dirigeants dont certains souhaitent qu’il devienne président et l’expriment haut et fort.  « 
Ma prière est que cette saison apporte la guérison et l’unité à notre convention », a déclaré le nouveau président par intérim, faisant allusion aux conflits internes, théologiques récurrents dans cette Convention mais aussi à des abus sexuels difficilement traités.


On se souvient que l’ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter avait en 2000, quitté avec fracas la Convention baptiste du Sud dont il était membre et où il avait été moniteur d’Ecole du dimanche durant 50 ans à cause, dénonçait-il alors, de la « rigidité théologique croissante » des autorités.


En cause, entre autres
 « 
les divisions [théologiques] déplaisantes et contre-productives » survenues au sein de l’Eglise. » Jimmy Carter avait vivement désapprouvé les déclarations de son Eglise baptiste condamnant l’homosexualité : « Si une personne [homosexuelle] sait manifester l’essence du christianisme, je n’ai aucune objection à ce qu’elle soit ordonnée », avait-il dit.


Mais il s’était aussi élevé, par exemple, contre des déclarations conseillant aux femmes mariées de « se soumettre gracieusement » à leur mari (une lecture littérale des textes bibliques) et pour bien justifier son départ de la Convention baptiste du Sud il avait écrit :


« J’ai été déçu et me suis senti exclu après l’adoption de lignes et de principes toujours plus rigides, notamment de certaines clauses qui enfreignent les fondements de ma foi chrétienne. J’ai finalement décidé qu’après 65 ans, je ne peux plus être associé avec la Convention baptiste du Sud ».



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.