Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 


cr847.pretre.jpg
Le métropolite  Épiphane de Kiev, primat de l’Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine, en mai 2021       (NURPHOTO VIA AFP)

L'Église orthodoxe d'Ukraine


 

Claudine Castelnau

 


7 février 2022

 

L’hebdomadaire protestant Réforme a publié le 2 février un article sur la situation des Eglises orthodoxes en Ukraine : « Le bruit des bottes russes résonne jusque dans les églises de Kiev. Si fort qu’il exige notre réponse. »

Le métropolite Épiphane de Kiev, primat de l’Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine, s’est adressé à ses fidèles le 24 janvier : « Nous, les Ukrainiens, souhaitons seulement protéger notre peuple, la terre de nos pères, nos maisons, nos familles et nos voisins. Par conséquent, la vérité est de notre côté. Et là où est la vérité, il y a l’aide et la victoire de Dieu [... ]. J’appelle le peuple ukrainien, notre armée et l’État à être bénis par le Seigneur ! »

On est un peu surpris de ce langage guerrier et de la proclamation que « la vérité est de notre côté [Ukrainiens]. » Mais il faut aussi s souvenir que l’Ukraine subit une guerre larvée à ses frontières de la part de son voisin russe et le conflit touche aussi jusqu’au sommet les institutions religieuses. Dont cette Eglise orthodoxe autocéphale de Kiev qui s‘est séparée du patriarcat de Moscou en 2018.

« Un affront, rappelle Réforme, que n’ont pas digéré les orthodoxes russes », d’autant que ce schisme a provoqué une hémorragie de fidèles de l’Église orthodoxe russe en Ukraine vers la nouvelle Église orthodoxe nationale et un affrontement entre le patriarche de Moscou, Kiril, affidé de Poutine et celui de Constantinople, primus inter pares de l’orthodoxie qui a reconnu l’Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine. mais pour ajouter à cette confusion, l’ennemi russe est dans la place avec la présence de l’Église orthodoxe ukrainienne rattachée au patriarcat de Moscou... » arrière-cour de la Russie.

Et Réforme rappelle un incident marquant cette sujétion : « Il y a quelques années, raconte un historien orthodoxe, les représentants des Églises étaient invités au Parlement ukrainien) et quelqu’un a demandé une minute de silence pour les morts du Donbass. Tout le monde s’est levé à l’exception du patriarche Onuphre, qui est resté assis, marquant ainsi son soutien à la Russie de Vladimir Poutine. »

Un soutien qui se paye par une désertion de fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne et de celle rattachée à Moscou, au profit de la nouvelle Église indépendante qui se révèle un rempart contre les visées russes.


 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.