Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 


Saint-Paul et le tribunal finlandais


cité par l'hebdomadaire anglican Church Times


 

Claudine Castelnau

 


1er février 2022

 


Une députée finlandaise s’est retrouvée devant le tribunal d’Helsinki pour un « discours de haine » après avoir cité la Bible…

Päivi Räsänen, la députée chrétienne-démocrate en question n’est pas n’importe qui : c’est l'ancienne ministre de l'Intérieur de Finlande. Elle est aussi médecin et mariée à un pasteur luthérien. Et Mme Räsänen a été inculpée par le procureur général de Finlande pour un message sur Twitter dans lequel elle critiquait la décision de l'Église évangélique luthérienne de Finlande de travailler en partenariat avec l'organisation pour l'égalité sexuelle du pays. (SETA, la principale organisation de défense finnoise des droits LGBT ).


La députée demandait comment son Église pourrait concilier « la honte et le péché avec l'orgueil ». Son message était accompagné du texte biblique de l’apôtre Paul aux Romains : 

« Dieu les a livrés à des passions infâmes : les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes. » (1.24-27)


Les exégètes s’interrogent d’ailleurs sur le sens précis que Paul donnait cette expression de « choses infâmes ». La connaissance que nous avons aujourd’hui des conceptions de l’époque laisse penser que l’homosexualité était tout à fait naturelle lorsqu’un homme couchait avec un jeune (à la place d’une femme) mais qu’il était « infâme », c’est-à-dire déshonorant pour un homme de se trouver à la place, inférieure, d’une femme.

 

La défense prétend que la Convention européenne des droits de l'homme interdit à une personne d'avoir à défendre sa foi devant une autorité. Lors des audiences d'ouverture, le procureur, Anu Mantila, a cependant fait valoir que l'affaire n'était pas une question de liberté religieuse de Mme Räsänen, mais que sa fonction pouvait violer les droits fondamentaux d'autrui et ceux des LGBT entre autres. Si elle est reconnue coupable, elle pourrait faire face à une peine de prison. Mme Räsänen est bien connue en Finlande pour ses opinions conservatrices, et en particulier son opposition aux droits des LGBT et au mariage homosexuel.

 

Au cours des deux dernières années, elle a été interrogée à plusieurs reprises par la police au sujet de ses convictions chrétiennes et de son interprétation de la Bible. Elle a fait l'objet d'une enquête en 2019 pour incitation à la discrimination après avoir critiqué la participation de l'Église évangélique luthérienne aux célébrations de la Gay Pride en Finlande. Une nouvelle audience doit se tenir le 14 février après quoi le tribunal disposera d'un mois pour prononcer son verdict. L'affaire pourrait finalement être tranchée par la Cour européenne de justice.


 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.