Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 



 cr839.Tiberhine.png

Les moines de Tibbhirine


Chrétiens en Algérie

 

Claudine Castelnau

 


17 janvier 2022


Il est difficile d’avoir des nouvelles sérieuses et non idéologiquement ou religieusement orientées sur la vie des chrétiens en Algérie. D’où ce texte que je vous livre, trouvé sur Raseef 22, un réseau de médias arabes libéraux fondé au Liban en 2013, dans la mouvance des printemps arabes (Un texte paru le 22 octobre 2021.


« Les chrétiens d'Algérie font face à une nouvelle crise révélant la manière dont l'État algérien traite les chrétiens et leurs croyances, écrivait Raseef 22. La crise a atteint son paroxysme lorsqu'une émission matinale sur Radio Constantine a diffusé la chanson "Eid al-Layl" (ou Nuit de la fête) du célèbre chanteur Fayrouz. La chanson avait un refrain qui disait : Jésus a visité la nuit... Jésus a coloré la nuit ».


Peu de temps après, le directeur de la radio, a été démis de ses fonctions, après avoir fait l'objet d'une enquête pour avoir diffusé des chants et des hymnes glorifiant la religion chrétienne. La nouvelle du limogeage a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux entre ceux qui accusaient la radio de faire du prosélytisme religieux chrétien et ceux qui refusaient de vouloir un pays encore plus Daeh-compatible.
[...]
Les autorités ont finalement invoqué des questions administratives pour motiver le licenciement du directeur.


Mais « il est certain, commente Raseef22, que les chrétiens d'Algérie souffrent d'une marginalisation et d'une persécution qui se sont aggravées au cours des dernières années au point qu’on cache désormais sa religion à ses collègues par peur de persécution ! La colonisation de l’Algérie au 19e siècle, s’est accompagnée de constructions d’églises, d’écoles et certains musulmans, particulièrement en Kabylie, sont devenus chrétiens. Mais l’indépendance de l’Algérie, le 5 juillet 1962 a marqué la fin de l’âge d’or des chrétiens dans le pays. Si avant l’indépendance, les chrétiens représentaient plus de 12 % de la population.

Avec le départ des 800 000 colons, majoritairement chrétiens, les restrictions croissantes des libertés, on peut parler de marginalisation et même de persécution ces dernières années, la violence contre eux (pour rappel la mort de l’évêque d’Oran, Pierre Claverie et de son chauffeur dans un attentat à la bombe,

L‘assassinat par le GIA en 1996 de sept moines du monastère de Tibbhirine ou la grave attaque au couteau contre le pasteur Johnson, président de l’Eglise protestante en Algérie,  la montée de l’islamisme, font que le danger va au delà de la simple menace. Et les chrétiens aujourd’hui ne sont plus, officiellement, que 1 % de la population. »


Mais, relève le site arabe Raseef22, « ce n'est pas seulement l'intégrisme islamique qui a ciblé les chrétiens d'Algérie. L'État lui-même, à travers ses différents régimes, a joué un rôle indubitable dans l'étouffement et la répression par l’Etat des chrétiens d’Algérie.  Une répression qui a entraîné la fermeture d’une douzaine d’églises en 2019, puis en 2020 et en octobre 2021, ces lieux de culte chrétiens n’avaient pas été rouverts.

Les chrétiens d'Algérie ont été soumis à la répression de l'État qui a entraîné la fermeture de plus d'une douzaine d'églises en 2019, la fermeture se poursuivant l'année suivante. En octobre 2021, ils n'avaient pas été rouverts.
Motif de la fermeture d’une église : des activités "suspectes" dénoncées par des voisins. Autre motif : le prosélytisme et l’évangélisation menées par les églises. Ou encore la transformation d’établissements (magasins, écoles, logements) en lieux de culte sans autorisation. Une situation de crise profonde liée, explique une chercheuse algérienne, liée au caractère et à l'identité algérienne, qui - dans une large mesure - ne connaît pas la culture de la diversité ou de la différence, et il lui est difficile d'accepter l'autre. Et le fait douloureux qui demeure est que la crise des chrétiens en tant que minorité marginalisée est l'un des principaux problèmes non exprimés en Algérie », constate Raseef22

 

 

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.