Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 







L’image de l’Église anglicane


 

 

Claudine Castelnau

 

 


6 décembre 2021

 

Les initiatives œcuméniques, comme celle de Liverpool, changeront-elles l’image du public sur l’Eglise anglicane d‘Angleterre ? Pas sûr si l’on en croit une enquête publiée récemment sur l’opinion qu’ont les Anglais sur cette Eglise nationale anglaise, l’Eglise dont leur souverain porte le titre de Gouverneur suprême depuis Elisabeth 1ère.


Pour faire court, la constatation du révérend Hance qui a mené une enquête, de mars 2019 à mai 2020 et qui complète d’autres enquêtes menées dans les cinq ans précédant se résume ainsi : « La plupart des gens ne s’intéressent pas à nous  [Eglise d’Angleterre]  sur le plan spirituel » Les réactions les plus positives ont été suscitées par l'action sociale de l'Église, qui, selon le Dr Hance, « donne de l'autorité ou de l'authenticité à notre message et à notre foi » mais il remarque qu’il a souvent été dit que « l’Eglise semble très gênée de parler de Dieu » et que « les évêques anglicans sont plus sûrs d’eux lorsqu’ils parlent de questions sociales que de doctrine. »


Enfin, au niveau local, ceux qui dirigent par exemple la banque alimentaire « ne semblent pas très intéressés à articuler une motivation chrétienne pour le faire, ou à utiliser les contacts d'un tel ministère pour évangéliser. »


Les moins de trente ans, jugent aussi sévèrement le bilan de l’Eglise anglicane envers la communauté LGBT et en matière de justice raciale.


Enfin le révérend Hance relève que « les jeunes chrétiens n’ont pas d’attachement définitif à leur Eglise d’origine » qu’ils peuvent quitter pour une autre, ce que le révérend considère comme « une menace pour l’existence même de l'Église d'Angleterre. » D’où son insistance pour que son Eglise forme ses membres à « être de bons témoins » et que le clergé ait « une expérience fructueuse d‘évangélisation » lors de son ordination.


Cette constatation d’une Eglise plus branchée sur le social et peu aventureuse et formatrice sur le plan théologique, sa raison première d’être une Eglise, me fait penser à ce sondage réalisé par le think tank Pew Research Center un centre de recherche américain qui fournit des statistiques et des informations sociales.


En 2019, leur recherche principalement en Europe occidentale avait porté sur « la foi en Dieu est-elle nécessaire pour être moral et avoir des valeurs positives. » On découvre que la plupart des Occidentaux affirment qu’il n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour mener une vie morale. Avec des variations intéressantes : ainsi, les moins religieux sont le Canada (73 %), les Pays-Bas (77 %), l’Espagne (78 %), le Royaume-Uni (79 %), l’Australie (79 %), la République tchèque (80 %) la France (84 %), et la Suède (90 %).  


Par contre l’Indonésie, les Philippines, l’Inde, la Tunisie, la Turquie et le Liban ont des taux élevés (entre 96 % et 75 % ) de réponses positives sur la nécessité de croire en Dieu pour mener une vie morale, comme trois pays d’Afrique (Kenya, Nigeria et Afrique du Sud (entre 95 % et 84 %  et le Brésil (84 %). Il faudrait maintenant étudier de plus près ce que signifie « croire en Dieu ». Quand on est suédois, kenyan ou indien, ce n’est pas forcément la même chose…

 

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.