Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 


Les chrétiens peuvent-ils
prier Allah ?

 

 

Claudine Castelnau

 

 

11 octobre 2021

Voilà une dizaine d’années que l’affrontement continue entre les autorités politiques de Malaisie et les chrétiens. La Haute Cour de Justice, avait en mars dernier autorisé les chrétiens à utiliser le mot « Allah » pour se référer à Dieu alors que le gouvernement malais l’avait interdit, ce nom étant selon lui, réservé à l’islam.

Une chrétienne avait porté plainte devant la justice après la saisie d’un CD lui appartenant qui contenait le mot Allah et contre l’interdiction faite aux chrétiens du pays, depuis 1986, d’utiliser le mot Allah dans leurs publications, au prétexte que, selon le Conseil national de la fatwa, l’emploi du mot Allah dans la littérature non musulmane induirait une certaine confusion chez les musulmans et les inciterait à se convertir au christianisme !

Cette femme chrétienne avait dénoncé ce qu’elle considérait comme une atteinte à sa liberté de religion. La Haute cour lui avait donné raison et reconnu qu’elle était discriminée religieusement. Le juge avait aussi suggéré que d’autres mots d’origine arabe pouvaient être utilisés par les chrétiens. Jusqu’à ce que The Herald, un journal catholique, porte plainte contre le gouvernement malais qui lui avait interdit à nouveau d’utiliser le mot « Allah » dans son édition en malais pour parler de Dieu. 

Puis un tribunal avait de nouveau jugé en faveur du Herald. Mais les tensions continuent. En mars dernier, des vidéos haineuses ont été diffusées et visionnées par quelque 800 000 personnes : elles promettaient de « détruire » les chrétiens s’ils osaient utiliser le mot Allah pour Dieu et les tensions entre chrétiens et musulmans ont recommencé avec des attaques de mosquées et d’églises. Cela ressemble fort à une campagne d’intimidation visant à monter les musulmans contre la minorité chrétienne. Une minorité, moins de 10 % de la population.

Après la vidéo, c’est un livre diffusé massivement qui qualifie les chrétiens « d’ennemis de l‘islam, nourrissant de mauvaises intentions et répandant des mensonges ».  Une accusation suffisamment floue pour qu’on puisse imaginer le pire... Le livre prétendant révéler « un plan caché des chrétiens » qui s’efforcerait de saper les fondements même de la civilisation islamique.

Une opération d’une organisation islamiste importante dans l’archipel malais et qui a pour but d’islamiser la société malaise et de faire de la Malaisie un État islamique où les chrétiens trouveraient difficilement leur place.

Alors, en avril dernier un espoir ténu s’est fait jour : d’abord des leaders religieux musulmans ont appelé à la tolérance religieuse, appuyés par le ministre des Affaires religieuses qui a exhorté les Malais à créer une société plus tolérante et pluraliste « En Malaisie, a dit le ministre en guise de bienvenue, l’islam est la religion de la fédération malaise, inscrite dans la constitution fédérale et elle est pratiquée depuis longtemps. Mais pas seulement l’islam, d’autres religions le sont aussi tant qu’elles ne troublent pas la paix [...]

Et le président d’une organisation musulmane malaise qui promeut l’unité par la connaissance a ajouté : « La mentalité qui fait mépriser ou insulter une autre religion ne doit pas exister en Malaisie. Nous devons respecter et nous soumettre au droit à la liberté de conscience garantie par notre pays. »

Puissent-ils être entendus !



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.