Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



Délit de solidarité

 

 

Claudine Castelnau

 

 

13 septembre 2021

 Le jeudi 9 septembre, la Cour d’appel de Grenoble qui jugeait en seconde instance les « 7 de Briançon » les a relaxés.


Les « 7 de Briançon » Benoit, Lise, Mathieu, Jean-Luc, Bastien, Eleonora et Theo avaient été pour la plupart condamnés à six mois de prison avec sursis en 2018 à Lyon, pour avoir facilité l’entrée irrégulière de personnes étrangères en France tandis que deux d’entre eux étaient condamnés à un an de prison ferme dont huit mois avec sursis.


Qui sont ces 7 de Briançon poursuivis par la justice depuis 2018 ?  Des militant solidaires accusés d’avoir facilité l’entrée irrégulière en France de migrants venus d’Italie.

Ils avaient également manifesté contre les pratiques illégales de l’administration à cette frontière franco-italienne et contre Génération Identitaire, un groupe d’extrême droite aux actions violentes et aux discours haineux, qui, la veille, avait organisé une action collective pour bloquer la frontière franco-italienne.


Depuis, faut-il le rappeler, Génération identitaire a été dissoute par la justice qui a considéré que l’association,
« sous couvert de contribuer, selon ses dires, au débat public sur l’immigration et de lutte contre le terrorisme islamiste, propage, depuis plusieurs années, des idées (...) tendant à justifier ou encourager la discrimination, la haine ou la violence envers les étrangers et la religion musulmane. »

Pour le juge, Génération identitaire « incite régulièrement à l’occasion de faits divers à la violence en désignant les étrangers à la vindicte ». C’est ce qui s’était passé en 2018, entre autres, à la frontière franco-italienne...


La responsable de leur comité de soutien s’est réjouie : « C’est la fin de trois ans et quatre mois de pression, de stress et de fatigue pour “les 7”, leurs soutiens, les associations et les militants un peu partout en France. Nous sommes soulagés par cette décision de la cour d’appel, et cela démontre que malgré les tentatives d’intimidation, la solidarité et la fraternité sont les valeurs les plus fortes. Cela apporte un peu d’espoir alors que d’autres militants ont subi cet été encore des pressions, des intimidations que ce soit à la frontière franco-italienne ou à d’autres frontières françaises, et que d’autres procès contre des militants solidaires sont encore à venir. » 


Des associations comme la Cimade, Médecins du Monde et d’autres en appellent désormais les responsables politiques à supprimer ce « délit de solidarité »
qui est attentatoire à la solidarité, à la fraternité et à la liberté d’aider autrui pour des raisons humanitaires.  




Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.