Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



Portrait du magistrat Rosario Livatino dans la cathédrale d'Agrigente

Rosario Livatino, magistrat intègre

est béatifié

 

Claudine Castelnau

 

 

11 mai 2021

Son portrait est là, contre un pilier de la somptueuse cathédrale baroque d’Agrigente, au sud-ouest de la Sicile. Le magistrat Rosario Livatino est en photo sur un fanion planté près de la chaire, lors de la cérémonie de béatification, ce dimanche 9 mai.
L’événement est rare : un juge béatifié avant une canonisation possible.

Rosario Livatino faisait partie comme les juges Falcone et Borsalino de ces magistrats intègres, serviteurs de l’Etat, dévoués à la recherche de la vérité et de la justice et qui l’ont payé de leur vie. Livatino, âgé de 37 ans, a été exécuté par quatre membres de la Stidda, un groupe de malfrats d’Agrigente concurrent de la Mafia palermitaine, sur une autoroute à la sortie de la ville alors qu’il se rendait à son travail, en 1990.

Trois ans plus tard, lors d’une visite en Sicile, le pape Jean-Paul II le déclara « martyr pour la justice et indirectement pour la foi chrétienne. » Et le pape François qui vient de le béatifier a expliqué que « le juge d’instruction Livatino jugeait non pas pour condamner mais pour réparer. »

Et lorsqu’il a été assassiné, il menait des enquêtes sur la mafia et la corruption. Le pape François a aussi loué ce juge, « martyre de la justice et de la foi, qui mettait toujours son travail sous la protection de Dieu […] un témoin de l’Evangile. »

C’est après avoir rencontré les parents du juge en 1993, lors d’une cérémonie à Agrigente, que le pape Jean-Paul II est entré en guerre contre la Mafia et que le Vatican a envisagé une excommunication des mafieux catholiques. Et en 2014, le pape François, en visite en Calabre, où règne la ‘Ndrangheta, spécialisée dans un trafic mondial de cocaïne, a déclaré que tous les malfrats seraient automatiquement excommuniés (plus de mariage, plus de baptême, plus d’enterrement religieux).

Dimanche, après la béatification de Rosario Livatino, le Vatican a annoncé la mise en place d’une commission d’étude qui devrait déboucher sur la décision d’excommunication de toutes les mafias du monde, une initiative qui impliquerait les évêques du monde entier.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.