Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



États-Unis

 

Radicalisation évangélique


 

Claudine Castelnau

 

 

1er mars 2021

Religion News Service est une agence de presse américaine spécialisée dans les questions de religion et d’éthique. Le 25 février, l’agence a publié un article d’un pasteur évangélique blanc Doug Pagitt sous le titre : « La radicalisation rampante des évangéliques blancs. » Avec, pour illustrer l’article et resituer l’ambiance, une photo des assaillants du Capitole le 6 janvier à Washington.

Le pasteur évangélique Doug Pagitt relève que le mot « radicalisation » était utilisé jusqu’ici pour désigner les extrémistes d’al-Qaida et autres mouvements djihadistes. Mais depuis l’attaque du Capitole qui marque la montée de l’extrémisme d’extrême-droite nous devons repenser ce mot de radicalisation. Les chrétiens évangéliques à travers l’Amérique devraient se soucier du rôle que les évangéliques blancs ont joué dans cette montée de l’extrémisme.

Même si certains leaders évangéliques ont condamné les événements du Capitole, bien plus sont restés silencieux tandis que d’autres ont renouvelé leur appui à Donald Trump, critiquant les sénateurs républicains qui ont voté pour son « impeachment », comme ce républicain « born again » certains recevant même des messages de haine. Ainsi, Franklin Graham, fils de l’évangéliste Billy Graham et pilier du trumpisme a comparé ceux qui ont voté pour l’impeachment à Judas.

« On peut expliquer cette radicalisation de la communauté blanche évangélique comme enracinée dans cette alliance entre le parti républicain et l’évangélisme conservateur des Baptistes du Sud, des pentecôtistes et des télévangélistes. Une enquête récente montre que la moitié des pasteurs disent entendre des théories conspirationnistes de la part de leurs paroissiens. »

Le pasteur Doug Pagitt remarque aussi que la question de race, très prégnante aux Etats-Unis et du suprématisme blanc qui s’en nourrit doivent être bannis par les chrétiens. Et que les évangéliques doivent oser se confronter à cette radicalisation qui met la démocratie en péril. « Pasteurs et leaders évangéliques, écrit le pasteur Doug Pagitt, doivent s’unir pour déraciner de nos communautés ce nationalisme chrétien, ces théories conspirationnistes, ce racisme, cet extrémisme politique qui n’ont rien à faire avec les enseignements de Jésus, qui sont de l’hérésie. »




Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.