Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Merlina à la Tour de Londres

Les corbeaux de la Tour de Londres


 

Claudine Castelnau

 

 

18 janvier 2021

On penserait que le Brexit et la Covid 19 occupent les journalistes et le bon peuple anglais à plein temps, mais non. La disparition de Merlina occupe et inquiète.

Merlina ? La « reine » des corbeaux, comme la nomment certains, était pensionnaire de la Tour de Londres, sur le bord de la Tamise. Là où ont été emprisonnées deux femmes d’Henry VIII avant d’être décapitées et les deux petits princes au 15e siècle qui furent, dit-on assassinés par leur oncle Richard III, même si les preuves manquent...

Et une vieille prophétie revient en boucle, qui daterait disent certains, du temps du roi Charles II, au 17e siècle :

« Quand les corbeaux quitteront la Tour de Londres,
le bâtiment s’écroulera
et le royaume avec. »

Une colonie de corbeaux qui a un statut exceptionnel en tout cas puisqu’elle tient en mains (ou entre ses pattes) le destin de la nation.

 

un beefeater

Les beefeaters, c’est le nom des gardiens de la Tour, magnifiques dans leurs vêtements bleu marine galonnés de rouge et leur drôle de chapeau refusent cette prophétie sinistre et espèrent voir revenir Merlina, « un corbeau indépendant » et qui s’est déjà enfuie de la Tour plusieurs fois... Mais son gardien a quand même dû reconnaître qu’elle était probablement « tristement décédée ».

Pour ceux qui croient en la prophétie, on s’est chargé de les rassurer : le nombre de corbeaux doit tomber en dessous de six - le minimum dicté par décret royal mais le maître des corbeaux avait gardé un oiseau supplémentaire, une « pièce de rechange »... le pays est sauvé...



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.