Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Le drapeau confédéré

 

Claudine Castelnau

 

 

11 janvier 2021

Le 6 janvier dernier, nous avons vu le siège du Capitole à Washington être mené par une foule dont nombre de nationalistes blancs, rassemblés là, à l’appel du Président sortant Donald Trump, qui contestait la ratification de la victoire de Joe Biden comme nouveau Président élu. Une foule nourrie des mensonges et des théories conspirationnistes les plus folles des alliés des Républicains et de ce président.

Et parmi les manifestants on a pu voir un homme portant le drapeau confédéré (Dixie Flag ou drapeau de guerre confédéré) rouge barré de bleu foncé avec les 13 étoiles représentant les 13 Etats confédérés du Sud.

Aujourd’hui, ce drapeau est la cible de tous les mouvements antiracistes et considéré comme un symbole du mouvement suprémaciste blanc plus qu'un symbole célébrant les Etats du sud qu’on appelle du surnom de Dixieland. Pour une partie des Blancs du Sud, ce drapeau représente leur héritage historique et régional, mais pour la majorité des Afro-Américains, il symbolise les lois Jim Crow (ségrégationnistes) l'esclavage, le racisme et le Ku Klux Klan, dont les adeptes se sont largement approprié le symbole du drapeau.

Ces lois racistes furent validées par la Cour Suprême des Etats-Unis en 1896. Elles établissaient des distinctions raciales dans les transports, le logement, l'emploi, l'éducation et aussi une définition très extensive de l'appartenance à la race noire, selon la règle « une goutte suffit. » 

Enfin l’organisation Faithful America une organisation en ligne qui propose un engagement citoyen et chrétien sur divers sujets de société proteste contre un appel de fonds lancé pour défendre le chef des Proud Boys, un groupe suprémaciste blanc violent, misogyne et pro-Trump, arrêté à Washington la semaine passée pour avoir brûlé en décembre dernier la bannière « Black Lives Matter » d’une église noire de la ville.

Il était revenu à Washington pour participer à l’attaque du Capitole initiée par Trump. Faithful America s’insurge contre le fait que « dans les 24 heures suivant son arrestation, un site de financement participatif de droite, dit "chrétien", GiveSendGo avait déjà levé plus de 100 000 dollars "au nom de Jésus" pour le défendre. »

Le site « chrétien » de financement participatif GiveSendGo se présente comme « levant des fonds pour tout ce qui peut apporter de l’espoir dans le monde. » Lorsqu’on interroge le directeur financier de ce fonds participatif, il répond : « Tout ce que nous faisons et ce que notre plateforme offre est centré sur le Christ. »

Manifestement nous n’avons pas le même Christ ! Et Faithful America demande que ces collectes de fonds pour des suprémacistes blancs s’arrêtent et que PayPal un service de paiements en ligne et d’autres dénoncent leur contrat avec GiveSendGo.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.