Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

La Parole de Dieu

ou l’Organisation mondiale de la santé

 

 

Claudine Castelnau

 

 

9 décembre 2020

On l’a constaté à maintes reprises, les dirigeants d’Eglises ont de la difficulté à accepter les mesures de santé publique vitales mises en place en ce temps de pandémie. Ainsi, Robert Jeffress, l’un des conseillers spirituels de Donald Trump et pasteur à Dallas (Texas) d’une Eglise appartenant à la Convention baptiste du Sud a déclaré sur la chaîne conservatrice Fox News : « Je vais écouter la parole de Dieu plutôt que l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé) en s’opposant aux mesures sanitaires prônées, comme la limitation des rassemblements publics. Il a donc décidé d’ouvrir sa méga-church pour Noël, ce qui signifie plusieurs milliers de fidèles ensemble. Se préoccuper du bien commun, avoir de l’attention pour l’autre, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver des vies, c’est cela "écouter la parole de Dieu". »

Autre affaire en relation avec la Covid, la décision du gouvernement français de limiter à 30 personnes l’assistance aux offices religieux. Une décision très mal accueillie par la Conférence des évêques catholiques de France. Le Conseil d’Etat a finalement demandé au gouvernement de revoir sa décision. Des militants catholiques, une minorité revendicatrice, intégriste, parfois même royaliste ou dénonçant la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat « invoquait une entrave à la liberté de culte et, au passage, donnaient à croire que ce gouvernement ne respectait pas les religions, ni la spiritualité de ses concitoyens », relève Slate, version française d’un magazine américain.
«  L'idée aurait pu être recevable si le gouvernement avait interdit tout rassemblement. Or, il n'en est rien: la jauge de trente personnes avait été définie en raison de la crise sanitaire [...] Notons enfin que les autres religions (protestantisme, judaïsme, islam, bouddhisme...), non sans déplorer également la petitesse de la jauge, ne se voyaient pas attaquer le décret. »

Et Slate rappelle au passage que le pape François, lui-même, dans une tribune publiée le 26 novembre par le New York Times déplorait que « certains groupes ont protesté [...], comme si les mesures que les gouvernements doivent imposer pour le bien de leurs peuples constituaient une sorte d'attaque politique contre l'autonomie ou la liberté individuelle ! Chercher le bien commun est bien plus que la somme de ce qui est bon pour les individus. »

Le 29 novembre, le pape disait encore aux nouveaux cardinaux qu’il venait d’installer : « Lorsque nous tournons seulement autour de nous-mêmes et de nos besoins, indifférents à ceux d'autrui, la nuit descend dans notre cœur [...]. Vite, on commence à se plaindre de tout, puis on se sent victime de tous et finalement on fait des complots sur tout. »




Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.