Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



L’Église protestante néerlandaise

se reconnaît coupable

 

 

Claudine Castelnau

 

30 novembre 2020

La Protestantse Kerk in Nederland, en français Eglise protestante aux Pays-Bas, née de la fusion en 2004 de trois Eglises protestantes, a publié en ce mois de novembre une déclaration présentant des excuses à la communauté juive néerlandaise pour son attitude durant la Seconde Guerre mondiale. Le roi et le Premier ministre avaient déjà cette année exprimés aussi leurs regrets.

La majeure partie des juifs du pays furent déportés comme les Tziganes et Roms dans des camps de concentration nazis.

Le pasteur René de Reuver, au nom du Synode général de l’Eglise protestante aux Pays-Bas, a déclaré que son Eglise reconnait sa culpabilité pour son inaction envers les Juifs pendant et après la Seconde Guerre mondiale ainsi que le rôle de l’Eglise dans la préparation « du terrain sur lequel les germes de l’antisémitisme et de la haine ont pu grandir. »

On a rappelé, à l’occasion de cette déclaration, que plus de 100 000 Juifs des Pays-Bas, c’est à dire 70 % de la communauté juive, n’ont pas survécu à la Seconde Guerre mondiale, ce que les Néerlandais ont longtemps nié en prétendant que leur pays était celui qui avait le plus sauvé de juifs en Europe...

« De fait, si des Néerlandais ont fait partie de réseaux clandestins pour sauver des juifs, il s’agit d’une minorité » écrit le mensuel évangélique Christianity Today.

La déclaration de repentance a été faite lors d’une cérémonie solennelle qui marquait l’anniversaire du pogrom antijuif de la « Nuit de cristal » perpétré dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938 par des nazis contre les biens des juifs et leur personne, sur ordre d’Hitler. Cet événement est considéré comme le point de départ de la Solution finale.

Le pasteur René de Reuver a aussi déclaré solennellement « qu’il aura fallu attendre 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que l’Eglise protestante des Pays-Bas reconnaisse le chagrin et la douleur causés par la Shoah à la communauté juive » et qu’il espère que « ce n’est pas trop tard ».

Bonne question. Car il y a eu aussi, après 1945, des tristesses : problèmes de restitution de biens à la communauté juive lorsque certains sont revenus des camps de concentration ou restitutions à leurs familles d’enfants juifs adoptés par des familles chrétiennes.

L’Eglise protestante néerlandaise en avouant « sa culpabilité », devant un rabbin survivant de l’holocauste et présent à la cérémonie, a rappelé que l’antisémitisme est « un péché ». Elle promet, au nom de ses quelque 2 millions 500 000 fidèles protestants qu’elle mettra « tout en œuvre pour développer davantage les relations judéo-chrétiennes en une profonde amitié de deux partenaires égaux, unis dans la lutte contre l’antisémitisme contemporain. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.