Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français




États-Unis

Les Juifs et la Covid-19

 

 

Claudine Castelnau

 

6 octobre 2020

The Hill, un site politique américain raconte le 8 octobre, les réactions violentes qui ont suivi durant deux nuits l’annonce par le gouverneur de New York Andrew Cuomo, des restrictions de circulation et de réunions à partir du vendredi, 9 octobre, à cause de l’expansion du virus. Sont visées les entreprises qui ne sont pas indispensables, les écoles de certains quartiers de Brooklyn, du Queens et d’autres banlieues newyorkaises et les lieux de culte. Les mesures limitent à dix le nombre de fidèles dans les synagogues et commençaient la veille de la fête juive de Shemini Atzret qui clôture la Fête des cabanes.

L’annonce du gouverneur a été vécue comme une atteinte à la liberté religieuse de la part de certains juifs orthodoxes du quartier de Brooklyn, dont de nombreux partisans de Donald Trump, qui sont descendus par centaines dans la rue, sans masque, afin de manifester en dansant, en allumant des feux, en brûlant des masques.

Un journaliste d’un média en ligne juif a été brutalement attaqué et a dû passer la nuit à l’hôpital. « Le gouverneur ne comprend pas que toute notre vie est faite de prières et d’études de la Bible », disait l’un d’eux pour expliquer leur colère. Qu'est-ce que va faire le gouverneur ? Faire venir ses policiers et fermer toutes les synagogues du quartier ? Il y en peut-être 500. »

Le quartier de Borough Park fait partie d'une zone au sud de Brooklyn désormais classée « rouge » par les autorités pour son taux élevé de positivité à la coronavirus.  L’an dernier dans le taux élevé de contamination à New York, on comptait déjà une importante communauté juive orthodoxe où les rassemblements ont été nombreux encore récemment pour marquer les fêtes de Rosh Hashnah et Yom Kippour.

Mais si les autorités de la ville tentent de juguler la progression de la pandémie, certains juifs orthodoxes y voient une mesure de stigmatisation : « Comme toujours, ils choisissent une cible facile, les Juifs », affirme l’un d’eux cité par Yahoo Actualités. Et certains sont même convaincus que les autorités démocrates de la ville les stigmatisent parce qu’ils soutiennent le Président.

Pourtant, note Yahoo Actualités, « une déclaration signée par plus de 450 rabbins et responsables de la communauté juive ont appelé à soutenir le gouverneur, pour son approche de la pandémie "basée sur des faits". »

L’an dernier, l’état d’urgence sanitaire avait été décrété dans quatre zones d’un quartier newyorkais, pour tenter d’endiguer une épidémie de rougeole. Alors que les Etats-Unis avaient éradiqué la maladie en 2000, New York a recensé 285 cas depuis l’automne 2018, dont  presque tous au sein de la communauté juive ultra-orthodoxe de Brooklyn. Les autorités avaient donc décidé une politique plus musclée : Vaccins et amende de 1000 dollars annoncés pour les enfants non vaccinés que les écoles talmudiques et les garderies du quartier accepteraient et menaces de fermetures administratives. Les motifs religieux pour exceptions à la vaccination obligatoire ne sont plus tolérés.

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.