Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

ALAIN HOUZIAUX

Réflexions et poèmes

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

En haut : Angelina
en dessous : Krestina et Maria Khachaturyan.
Guardian Design Team/AFP via Getty/Tass


Moscou


Meurtre du père

 

 

16 mars 2020

Elles s’appellent Angelina, Krestina et Maria Khachaturyan et le quotidien britannique The Guardian leur consacre un long article où il raconte comment le 27 juillet 2018 à Moscou, elles assassinèrent leur père, Mikhail Khachaturyan, un homme violent, un despote qui avait jeté sa femme dehors en 2015 et maintenaient ses filles dans un climat de terreur, les battait, les violait et les menaçait de mort régulièrement.

Arménien orthodoxe, Khachaturyan s’était aussi inventé un personnage d’homme orthodoxe pieux, faisant pèlerinage en Israël où il avait visité les Lieux saints ce qui ne l’empêchait pas de racketter des commerçants et de tremper dans nombre d’affaires louches sous la protection d’amis de la police de Moscou.

Le jour de sa mort, il avait hurlé comme de coutume et leur avait sadiquement jeté du poivre dans les yeux. Trop, c’était trop et après une lutte féroce, deux des filles lui jetèrent à la tour du poivre à la figure puis l’attaquèrent avec un couteau de chasse, un coup fatal dans le cœur et le despote était mort.

La police les arrêta, elles furent accusées de meurtre et enfermées dans une prison pour femmes de Moscou. La nouvelle s’était répandue rapidement et dans les mois qui suivirent, la Russie se divisa sur la raison qui avait amené les trois jeunes femmes à tuer leur propre père. On les accusa d’avoir été ingrates et d’avoir voulu voler son argent mais au fur et à mesure de l’enquête les juges retinrent un meurtre prémédité au lieu d’un acte d’auto défense. Avec la menace d’être condamnées de 8 à 20 ans de prison. •••••••••••••••••••••••••••

Mais l’affaire avait suscité un intense débat en Russie sur la violence domestique alors que le pays n’a toujours pas de loi définissant cette violence spécifique qui jusqu’ici est décriminalisée depuis une loi de 2017 qui atténue les sanctions. Et les trois sœurs ont suscité une réflexion nationale contre la violence domestique de la part de militantes féministes et la demande que le Parlement russe fasse enfin quelque chose. Mais ces militantes pour les droits des femmes se sont heurtées à une campagne lancée par la toute-puissante Eglise orthodoxe qui ne cesse de promouvoir les « valeurs traditionnelles » et clame que l’unité de la famille russe est en danger. Des prêtres orthodoxes se succèdent sur les différentes chaînes de télévision d’Etat, dénonçant les forces mauvaises de la globalisation tandis que des vigiles de prière [dans les églises orthodoxes] sont organisées dans toute la Russie pour protester contre le laxisme des pays occidentaux [en matière de mœurs]. Des centaines de mouvements conservateurs prédisent des temps apocalyptiques si les lois concernant la violence domestique étaient amendées [comme le réclament les militantes et d’autres] et conduirait sûrement à la désintégration des familles russes sans parler de la Russie elle-même. »
L’opposition à toute réforme législative concernant la violence domestique est très organisée, a de l’argent et est soutenue par l’Eglise orthodoxe russe et le haut clergé relève The Guardian. « La famille est une création sainte et ne peut être régulée par un Etat séculier », a déclaré un prêtre orthodoxe. Et un militant orthodoxe a affirmé que le projet de loi concernant la violence domestique « détruirait la famille au lieu de la préserver. Et il reste persuadé que ce projet de loi n’est en fait qu’un complot de l’Occident pour affaiblir la famille russe. » En attendant leur procès, les trois sœurs sont en liberté surveillée mais la situation semble bouger, 30 lois différentes ont été rédigées dont certaines ont été déposées au Parlement russe mais l’opinion publique commence à soutenir l’avocate d’Angelina, l’une des sœurs. « Les gens dit-elle, commencent à parler de violence domestique. Longtemps la presse a traité ces affaires comme des affaires domestiques Mais aujourd’hui, on prend conscience que c’est aussi une question de violation des droits humains. »



Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.