Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles



L’adolescente Mila

 

 

3 février 2020

Le parquet de Vienne (Isère) a décidé de classer sans suite la procédure pour « provocation à la haine à l'égard d'un groupe de personnes » ouverte contre Mila, une jeune fille qui avait critiqué l'islam dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Le parquet estime que l'adolescente a seulement exprimé « une opinion personnelle à l'égard d'une religion. »

Dans un communiqué diffusé jeudi 30 janvier, le parquet de Vienne indique que les investigations « n'ont révélé aucun élément de nature à caractériser une infraction pénale (...) L'enquête a démontré que « les propos diffusés, quelle que soit leur tonalité outrageante, avaient pour seul objet d'exprimer une opinion personnelle à l'égard d'une religion, sans volonté d'exhorter à la haine ou à la violence contre des individus à raison de leur origine ou de leur appartenance à cette communauté de croyance. »

En revanche, les investigations se poursuivent concernant les menaces de mort reçues par Mila pour identifier les auteurs. On a assisté aussi à des dérapages graves. Ainsi le délégué général du Conseil français du culte musulman tout en se disant contre les menaces de mort reçues par Mila estimait sur Sud Radio :
« Qui sème le vent récolte la tempête.  Elle l’a cherché, elle assume. Les propos qu’elle a tenus, les insultes qu’elle a tenues, je ne peux pas les accepter. »

Il reste à ce responsable musulman à reprendre les décisions de la justice française sur le blasphème ! Comme la ministre de la Justice qui avait jugé les insultes à l’encontre des religions à « une atteinte à la liberté de conscience ». Elle a reconnu par la suite une « maladresse ». Ou une ignorance fâcheuse du droit !

Et le site Slate commente : « Pourquoi la question du blasphème, qui était revenue dans le débat après l'attentat contre Charlie Hebdo en 2015, se pose encore en France ? Une partie des politiques et des intellectuels a-t-elle du mal à se positionner sur la critique de l'islam ? »


 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.