Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles



 

Égypte

Maisons chrétiennes incendiées

 

 

13 janvier 2020

Faw Bahry, un village égyptien à 450 km au sud du Caire a été le théâtre de violences contre les chrétiens de la part d’islamistes. Le soir du réveillon, la veille du Nouvel an égyptien, ces extrémistes musulmans ont mis le feu aux maisons de quatre chrétiens du village réunis avec d’autres pour une soirée de prière dans leur église.

L’ONG Portes ouvertes précise sur son site que la police a arrêté six de ces islamistes mais aussi quatre membres d’une famille de chrétiens du village dont la maison avait été incendiée.

Le prêtre qui devait présider la réunion a été empêché de rencontrer ses paroissiens et le jeune qui avait publié la vidéo de l’attaque a été accusé de lutte sectaire et arrêté ainsi que son frère. Une réunion de « réconciliation » organisée par le maire du village a eu lieu le 6 janvier, les personnes arrêtées, chrétiens comme islamistes ont été libérées mais l’église reste fermée. Une manière une fois encore de fermer les yeux sur un problème d’injustice, de violences et de discrimination récurrent contre les chrétiens d’Egypte.

Le site The Egyptian Initiative for Personal Rights qui milite pour le respect des libertés civiles rappelle que 3 ans après l’adoption d’une loi permettant la construction d’églises n’a pas permis d’en finir avec la violation des droits des chrétiens à pratiquer. Au contraire, des églises ont été fermées (comme à Faw Bahry après les attaques d’islamistes) empêchant ainsi nombre de Coptes dans les villages, à se rassembler pour les cultes.

Ainsi à Faw Bahry, les Coptes ont été interdits le 31 décembre de célébrer leur service religieux pour la nouvelle année dans l’église du village qu’ils avaient utilisée durant quatre mois et chez un fidèle du village et de nouveau le 6 janvier pour des raisons de sécurité. The Egyption Initiative for Personal Rights dénonce le manque de transparence de la loi pour les églises.

Au contraire, l’association relève que depuis la loi en septembre 2016, 25 % seulement des églises et autres bâtiments pour lesquels avaient été demandé une autorisation ont reçu le feu vert des autorités (le gouverneur local). « A cette cadence, cela prendra encore neuf ans pour que toutes les demandes soient simplement étudiées », écrit l’association. Le prêtre copte de Faw Bahry fait remarquer que 3000 chrétiens vivent dans ce village et attendent la promesse d’un permis de construire pour une nouvelle église...

 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.