Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

 

 

Quel Noël en Syrie ?

 

 

4 novembre 2019

« Quel Noël en Syrie ? » se demande un prêtre anglican d’origine syrienne et directeur d’une fondation qui œuvre entre autres au Kurdistan.

« J’ai peur », a-t-il déclaré en rentrant en Angleterre après une visite au Kurdistan. Il a peur après les déclarations du président turc qui veut installer un million de réfugiés syriens, la plupart sunnites et actuellement en Turquie, sur les terres reprises aux Kurdes.
Le révérend Nassar dit aussi sa crainte que la Turquie ait le projet de s’emparer des terres libérées par la fuite de plus de 180 000 Kurdes mais aussi de s’attaquer aux églises. En deux semaines d’occupation du Kurdistan par les Turcs une église arménienne avait déjà été détruite et les minorités chrétiennes qui vivent dans la région sont persuadées que l’installation de réfugiés sunnites par la Turquie est un message adressé aux Kurdes et aux chrétiens pour qu’ils quittent la région.

Le révérend parle même de « nettoyage ethnique » et prédit « une horrible guerre à venir dans la région : Nous assistons à l’une des plus épouvantable tragédies humaines dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale [la guerre dure depuis huit ans] et il semble qu’il n’y ait pas de solution à l’horizon. » 

Et malgré le retrait des troupes américaines, c’est un jeu politique qui se joue sur le terrain entre les Etats-Unis et la Russie, la Turquie, les pays de l’OTAN divisés plus l’Iran, l’Arabie Saoudite et bien sûr le dictateur syrien Bachar al Hassad.
« Mais nous devrions aussi arrêter de parler de "l’Eglise persécutée" pour parler du peuple de Syrie qui souffre, y compris l’Eglise et rappeler que Dieu est toujours est toujours à l’œuvre, même au milieu de ce bain de sang. Ce n’est pas facile mais c’est possible. »

 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.