Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles


Otsuchi, Japon

téléphone pour l’au-delà

 

 

4 novembre 2019

Dans le nord-est du pays, à Otsuchi, village décimé par le tsunami en 2011, un homme a installé une cabine téléphonique reliée à nulle part... sauf peut-être à l’au-delà. Au fond du jardin, un vieux téléphone noir, dans une cabine blanche, le « téléphone du vent » aide à faire face à son chagrin.
Après la mort de son cousin, Itaru Sasaki décide de construire une cabine téléphonique. Lieu rituel, elle lui permet de faire le deuil de son parent perdu en communicant avec lui. 

L’histoire de ce téléphone commence en 2010, dans la ville d’Otsuchi raconte Le Metropolitan :
« En mars 2011, la ville d’Otsuchi est dévastée par le tsunami. 10 % de la population disparaît et plonge la ville dans un sombre chagrin. Itaru Sasaki décide donc de partager ce qui l’aide à faire face à son chagrin. Toute personne qui pleurait un proche pouvait venir soulager sa tristesse dans la cabine. Le mot s’est alors très vite répandu, des personnes de tout le pays font le déplacement pour faire leur deuil dans la cabine. Depuis, ce sont 25 000 personnes qui ont fait le déplacement. »

Ils viennent donc, décrochent le combiné et parlent aux esprits, ou bien écrivent quelques mots dans un cahier, « Aujourd’hui, je t’appelle de la "cabine du vent". Maman, est-ce que tu prends soin de toi ? ».

Chaque cahier rempli, Sasaki le remplace... Journaliste pour L’Obs, Doan Bui, de culture asiatique, est entrée dans la cabine téléphonique, mais ne sachant quoi dire, elle s’est souvenu de ces mots de Patrick Modiano qu’elle a recopié, sur un cahier : « J’ai décroché le combiné. J’ai composé un numéro machinalement. Le vieux numéro de la maison, quand j’étais enfant, venu du plus loin de ma mémoire. J’ai fermé les yeux. Et je les ai entendus : mes absents. »

 

 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.