Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles




Chassés d’Espagne en 1492
les Juifs peuvent y revenir

 

 

7 octobre 2019

Le 1er septembre dernier, l’Espagne annonçait que la date limite était atteinte pour que les Juifs sépharades vivant en dehors du pays et descendants de ceux chassés au 15e siècle (1492) par les rois catholiques Ferdinand et Isabelle d’Aragon, puissent réclamer à nouveau la nationalité espagnole.

Les autorités espagnoles faisaient alors état de 127 000 demandes, la plupart d’Amérique Latine : la majorité du Mexique (20 000 demandes) puis du Venezuela et de Colombie. Les candidats devaient apporter la preuve qu’ils descendaient bien d’une famille ayant vécu dans l’Espagne médiévale, ce qui a été difficile.

De plus ils devaient faire authentifier leurs origines sépharades par un juriste en Espagne. Le site bbcnews rappelle que ce nom hébreu « sépharade » qui veut dire « Espagne », avait été adopté par les juifs de la péninsule ibérique (Espagne et Portugal) et leurs descendants ont gardé ce nom.

L’Espagne, malgré le fait qu’une double nationalité n’est pas autorisée en général pour un citoyen espagnol a autorisé les juifs sépharades à le faire.

Mais revenir en Espagne après plus de 500 ans n’est pas simple : les candidats doivent passer des tests de connaissance de la culture et de la constitution espagnoles et de langue espagnole ou de judéo-espagnol, une variante du Ladino, une langue dérivée du castillan et de l’hébreu.

Dans le royaume maure d’Al-Andalus, la communauté juive prospérait, la religion juive était tolérée et les penseurs et savants juifs influents. C’était avant la reconquête catholique et la prise de Grenade en 1492.

Les Juifs, quelque 200 000, eurent alors le choix entre se convertir au catholicisme ou partir. Les Juifs sépharades qui fuirent les persécutions de l’Inquisition espagnole s’installèrent alors en Afrique du Nord, dans les Balkans, en Turquie et plus tard en Amérique latine.

Un sépharade qui vit en Colombie, cité par bbc news, rend hommage au roi actuel Felipe d’Espagne qui a reconnu « publiquement le mal fait aux juifs il y a cinq siècles et leur dit qu’ils sont de nouveau bienvenus  à la maison. C’est quelque chose qui guérit ou cherche à réparer la douleur causée par cette injustice de l’histoire ».

En 1496, les juifs sont chassés à leur tour du Portugal et quelques uns s’établissent en France mais beaucoup aux Pays-Bas où l’on a conservé une magnifique synagogue toujours en fonction au cœur de la ville, et en Angleterre. Et comme l’Espagne, le Portugal a proposé en 2015 aux juifs sépharades de récupérer la nationalité portugaise.


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.