Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles


Hawaï invoque ses dieux contre le projet de télescope


Hawaï



Peuple autochtone
contre télescope géant 

 

 

23 septembre 2019

C’est à Hawaï que cela se passe et Le Temps, un quotidien de Genève, y consacre un article le 20 septembre pour raconter pourquoi les Kanaka Maoli en fureur sont dans la rue et occupent leur montagne, s’opposant une fois encore, depuis une décennie, à la construction d’un télescope géant sur une montagne sacrée pour eux.

Depuis dix années, des centaines d’autochtones d’Hawaï refusent qu’un télescope de 30 m de diamètre soit érigé sur le volcan Mauna Kea sur l’île principale. Ils bloquent la route et campent sur la montagne pour empêcher que ne débutent les travaux annoncés par le gouverneur de l’île.

La leader spirituelle des Kanaka Maoli est allée à New York il y a quelques mois plaider la cause de son peuple, de « sa » montagne, devant un comité de l’ONU : « C’est une montagne sacrée, nous ne pouvons pas laisser nos traditions et notre culture mourir. Il est important de faire valoir nos droits, de protéger nos ressources », dit-elle simplement.

« Selon la légende, explique Le Temps, le Mauna Kea, la plus haute montagne de l’archipel (4201 mètres), est l’endroit où Wakea, le dieu du ciel, a rencontré Papa Hanau Moku, la déesse de la terre. Et de nombreux Hawaïens de la tribu des Kanaka Maoli y ont été inhumés. »

Voilà pourquoi Pua Case la leader spirituelle et d’autres leaders communautaires se battent contre le projet de télescope depuis 2009, et pourquoi leur ténacité suscite un mouvement de sympathie qui dépasse Hawaï désormais et auquel se sont jointes des célébrités comme l’acteur Leonardo di Caprio.

Le télescope géant, financé par un consortium international d’universités de cinq pays est censé devenir l’un des plus grands du monde et d’autres télescopes plus petits ont déjà été installés sur la montagne sacrée dans les années 60 mais ce projet d’un mastodonte c’est trop ! Et d’ailleurs des astronomes eux-mêmes ont appelé à respecter les traditions des Kanaka Maoli et à cesser arrestations et usage de la force.

L’archipel d’Hawaï est devenu en 1959 le 50Etat américain mais aucun traité n’a jamais validé cette annexion et pour des Hawaïens qui soutiennent la décolonisation, le télescope est une nouvelle forme de colonisation.

« Ce projet, dit l’un d’eux, est un autre exemple flagrant de l’utilisation abusive de nos terres et du piétinement systématique du droit des gens à décider de leur utilisation. »

Devant les instances internationales, il dénonce « l’occupation illégale » d’Hawaï par les Etats-Unis. Sur le volcan Mauna Kea, des militants campent, décidés à sauver leur montagne sacrée et à empêcher les travaux qui devraient commencer ce mois-ci.

« Cette bataille, n’est pas sans rappeler celle des Sioux de Standing Rock contre un projet de pipeline dans le Dakota du Nord », rappelle Le Temps. C’était en 2017. Les Indiens de Standing Rock avaient manifesté jour et nuit contre la construction d’un pipe line, un projet sans concertation avec les Indiens de la réserve concernée et l’administration Obama avait finalement renoncé au projet.
Jusqu’à l’élection de Donald Trump, qui dès son arrivée à la Maison Blanche a rempli sa promesse électorale en accédant à la demande des lobbies du pétrole obligeant les Indiens à quitter les lieux.

La lutte des Indiens qui craignaient que leur eau soit polluée et aussi parce que le pipe line traverse des territoires qui appartenaient à leurs ancêtres et qui contiennent des sites d’une grande importance culturelle et spirituelle. Comme l’écrivait le site socialter :
« les contestataires du pipeline se disent pas "protestataires" mais "protecteurs”. Il s’agit pour eux de défendre leurs terres considérées comme sacrées. Ce qui se joue à Standing Rock est bien la rencontre de deux visions antagonistes du monde. D’une part, les tribus amérindiennes qui considèrent que la terre est donneuse de vie et porte un lien culturel fort avec la communauté, et de l’autre, des entreprises qui cherchent à mettre à profit les ressources naturelles ».

Ici le pétrole, là, à Hawaï, de soi-disant mirifiques retombées pour le tourisme... L’affaire du télescope d’Hawaï a effectivement un goût de déjà vu !

 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.