Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

 



L’Irlande et le Brexit

 

 

23 septembre 2019

L’Irlande est une sérieuse pierre d’achoppement dans les pourparlers entre le Royaume-Uni et l’Union européenne avec la question du retour d’une éventuelle frontière entre l’Irlande du Nord, encore britannique et la République d’Irlande indépendante et membre de l’Union européenne.

Avec la crainte que les affrontements meurtriers qui firent plus de 3500 morts en trente ans de conflit entre communautés reprennent en Irlande du Nord, apaisée depuis les accords du Vendredi-Saint de 1998, entre les unionistes protestants et les républicains catholiques.

On retrouve ce clivage communautaire vingt ans plus tard avec le Brexit qui remet en cause le fragile équilibre de paix : les unionistes loyalistes majoritairement protestants et fidèles à la couronne britannique ont voté pour le Brexit alors que les nationalistes républicains, pour la plupart catholiques ont voté contre.

L’accord de 1998 prévoyait la suppression de la frontière militarisée entre nord et sud et la libre circulation entre le Nord et le reste de l'île a fortement contribué à la paix entre les deux camps. Or, la sortie du Royaume-Uni de l’UE et le choix de se retirer du marché unique européen et de l’union douanière implique le rétablissement de contrôles douaniers à la frontière entre les deux Irlande.

Pour ceux qui veillent aux accords de paix si durement acquis ce serait un désastre. Car malgré la paix, nationalistes (catholiques) et unionistes (protestants) vivent encore majoritairement séparés. Y compris physiquement par des centaines de murs, comme à Belfast, qui séparent les communautés et que l’on ouvrent le matin et referment le soir…

Mais au-delà des questions de religion, se sont des raisons sociales, culturelles, qui ont surtout permis ces affrontements. Au déni de justice qu’ont subi les catholiques au temps de la colonisation britannique sur l’île puis après l’indépendance du sud, en Irlande du Nord restée britannique, a répondu un repli communautaire, socioculturel plus que religieux et finalement un affrontement meurtriers durant 30 ans, les « troubles ».

L’équilibre est encore fragile et les apprentis sorciers britanniques avec le Brexit sont en train de remonter les murs qui étaient tombés mais aussi d’en élever d’autres.

 


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.