Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

A la recherche

d’une « Nativité » du Caravage


 

22 juillet 2019

Le 19 juillet, le site du Monde a publié un article surprenant, « réservé aux abonnés » sans doute, mais que je vous livre. Dans l’article intitulé mystérieusement « A la recherche d’une “Nativité” du Caravage », le journaliste raconte qu’en octobre 1969, ce tableau connu sous le titre « La Nativité avec saint François et saint Laurent » daté de 1609 disparaît de l’oratoire San Lorenzo à Palerme.

Etonnant, car la Nativité, un tableau de près de 3 mètres sur 2 mètres est accroché au-dessus d’un autel de marbre, culmine à 6 mètres de hauteur. Ensuite parce qu’on suppose que les voleurs devaient être plus de deux, contrairement à ce qu’on a affirmé d’abord, pour réussir cette opération, à 6 m de hauteur.
Et probablement pas des petites mains de la Mafia peu au fait de la valeur d’un tableau du Caravage mais d’habiles spécialistes qui ont découpé la toile sans qu’un milligramme de peinture ne reste sur le cadre comme le remarque un expert d’art.

Enfin ce vol du Caravage a secoué la Sicile et le monde de l’art italien : on a alors dressé la liste des œuvres d’art mal protégées en Italie comme un tableau de van Dijk à l’oratoire del Rosario di San Domenico à Palerme, on a reparlé des dizaines de toiles de maîtres, objets de culte, sculptures, marbres antiques qui disparaissent chaque année des églises mal fermées et des chantiers de fouilles clandestins.

Le journaliste du quotidien sicilien L’Ora spécialisé dans les enquêtes sur la Mafia est assassiné en 1970 (1 an après le vol) alors qu’il enquêtait sur des affaires hautement politiques. Mais comme le remarque Riccardo Lo Verso, un journaliste sicilien chroniqueur juridique pour la mafia, « on ne peut pas dire que la police et la magistrature ont concentré tous leurs efforts sur ce vol. »

Jusqu’à ce que 50 ans plus tard, l’écrivain Leonardo Sciascia lance dans ce même quotidien sicilien, l’Ora, une accusation violente contre l’Etat italien « pas plus capable de protéger ses œuvres que d’éradiquer la pauvreté du Sud : J’ai toujours pensé que l’Italie devrait renoncer totalement et définitivement à la sauvegarde des œuvres d’art, des manuscrits et des livres (...). Encore une fois, nous devons constater amèrement que ce n’est pas un pays civil. » 

Même si l’Italie vient de se doter d’une section policière unique au monde, spécialisée dans les œuvres volées et exportées illégalement, relève l’article du Monde. Quant au tableau de la madone et son bambino, certains pensent qu’il était si difficile de le vendre qu’il n’existe plus... A moins qu’il ne resurgisse à la mort d’un repenti qui avouerait « pour soulager son âme »...

En tout cas le vol du Caravage a permis que toutes les églises abritant des objets de valeurs soient protégées. Un vrai miracle. Quant au tableau il a été reconstitué à partir de clichés et exposé à Palerme en grande pompe. Et chaque année un artiste sicilien est sélectionné pour peindre une Nativité de son choix qui sera exposée dans la sacristie de l’oratoire san Lorenzo à partir du 24 décembre minuit et disparaîtra dans la nuit du vol, entre le 17 et le 18 octobre suivant.

Michelangelo Merisi, dit Le Caravage, à la vie tumultueuse, est mort assassiné en Toscane en 1610, à 39 ans. Lui qui savait si bien jouer de l’ombre et de la lumière a encore réussi à nous plonger dans l’ombre. A quand le retour à la lumière de la Madone de Palerme ?


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.