Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

 

Deux femmes nigérianes


 

22 juillet 2019

Comme en contre-point de la nouvelle de Jean-Paul Willaime « Accueil d'urgence », la Cimade alerte sur le sort de deux femmes libérées du centre de rétention administrative d’Hendaye le 14 juillet.

Deux femmes nigérianes victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle et que la préfecture de Gironde souhaitait expulser au Nigeria. Elles ont finalement été envoyées de force en Espagne par la police française alors même qu’elles n’ont jamais mis les pieds dans ce pays.

Après le démantèlement d’un squat dans la région de Bordeaux le 11 juillet, elles avaient été reconnues comme victimes de la traite, placées en garde à vue puis enfermées au centre de rétention d’Hendaye, elle avait été libérées par la justice afin qu’elles puissent faire valoir leur droit à la protection prévue par la loi.

Mais en fait, dès leur libération elles, ont hors de toute légalité, étaient conduites en Espagne par la police des frontières alors que l’une est en procédure de réexamen de sa demande d’asile en France, l’autre ne peut pas être expulsée tant que le tribunal administratif n’a pas jugé son recours contre une mesure d’éloignement et alors que le juge avait conclu à l’irrégularité de leur enfermement en centre de rétention.

Un tel renvoi forcé de France est illégal et arbitraire, conclue la Cimade. Ce renvoi forcé place ces femmes dans une situation très dangereuse et porte une grave atteinte à leur droit d’asile et à leur droit à la protection en tant que victimes de la traite et désormais aussi victimes de pratiques illégales de la part des autorités françaises.


Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.