Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Nouvelles

 


L’évêque Ruth Worsley portant un cygne

 

Angleterre

des cygnes anglicans

 

Claudine Castelnau

8 juin 2019

Un sourire pour finir : celui que l’on ne manque d’avoir en regardant cette photo parue dans l’hebdomadaire anglican Church Times : on y voit entre autres l’évêque anglicane du diocèse de Wells portant un cabas d’où dépasse la tête et le cou d’un cygne blanc.

 

Cygnes du palais épiscopal et de la cathédrale de Wells, Somerset, Angleterre

Une autre photo nous montre deux cygnes en train d’être relâchés sur le bord de l’eau. Ces cygnes vivront dans les douves du palais épiscopal de Wells lieu de résidence de l’évêque anglicane Ruth Worsley en charge de la très belle cathédrale gothique de Wells.

Et ces cygnes sont de l’espèce « cygnes muets » moins bruyante et ont été accueillis officiellement par une bénédiction donnée par l’évêque.

Depuis octobre dernier, les douves du palais épiscopal n’avait plus de cygnes : des deux qui y vivaient puis 2013 l’un, Brynn le mâle était mort et la femelle Wynn était partie emmenant sa couvée dans les environs pour rejoindre probablement d’autres cygnes...

Ces cygnes ont aussi une autre particularité : ils sont capables de sonner une cloche en tirant sur une corde pour que leurs soigneurs les nourrissent ! On raconte que les premiers cygnes à sonner la cloche furent entrainés par l’une des filles d’un évêque de Wells dans les années 1870. Pendant des siècles ce sont les Anglais qui les mangeaient : ils était alors marqués sur le bec pour indiquer à qui ils appartenaient et les marques étaient officiellement enregistrées. Ceux qui ne portaient pas de marque étaient déclarés propriété de la Reine.

Aujourd’hui on ne mange plus de cygne, mais les cygnes en liberté [sans propriétaire officiel] du Royaume appartiennent toujours à la reine mais elle n’exerce son droit de propriété que sur la centaine d’entre eux qui vivent sur la Tamise.

De même le monarque britannique possède tous les esturgeons, baleines, marsouins et dauphins du Royaume-Uni depuis une loi de 1324, qui prévoit que « le monarque possède de fait les baleines et esturgeons pris en mer ou n’importe où dans le royaume. » 

La reine peut ainsi réclamer au nom de la Couronne le moindre de ces poissons ou mammifères pêchés en mer dans un rayon de 5 kilomètres autour des côtes du Royaume-Uni. 



Retour

Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

•••••••••••••••••  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.