Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Pâques, un souffle de vie

 

Gilles Castelnau

 

19 avril 2019

Devant le temple, une dame guettait dans un petit télescope les faucons-crécerelle qui nichent sur la façade du Louvre alors que dans le temple, le culte déroulait ses prières. Dieu était présent auprès des fidèles comme il l'était auprès des oiseaux.
Car Jésus a dit :

Ne vend-on pas deux moineaux pour un sou ?
Cependant il n'en tombe pas un à terre sans votre Père.  Matthieu 10.29

D’ailleurs la Bible parle de la joie de Dieu devant sa création :

L'Éternel dit à Job :
Où étais-tu quand je fondai la terre,
que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse
et que les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? Job 38.4  

Au muséum d'histoire naturelle on peut voir les traces des plantes magnifiques que Dieu faisait pousser il y a des dizaines de millions d'années et qui servaient de nourriture aux dinosaures.

Le professeur américain Matthew Fox a dit : « Dieu a conçu l'univers comme une grande cithare dont les cordes produisent toute une gamme de sons. Ce n’est pas le péché originel mais la grâce originelle. »

On est loin de la conception d'un Dieu attentif à surveiller la conduite des hommes, à les culpabiliser et exiger des prières de repentance des péchés.

Cet enthousiasme cosmique pour la création est de même nature que le saisissement que l'on éprouve devant l'immensité de l'océan, le rouge des couchers de soleil, la vie des forêts, la diversité et la beauté des animaux et des plantes.

Le voyant de l'Apocalypse a écrit :

« Toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer,
je les entendis qui disaient :
"A celui qui est assis sur le trône, et à l'agneau,
soient la louange, l'honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles !" » (5.11-14)

Il percevait la communion dans la louange de vie de « toutes les créatures » ! et d’ailleurs, aimer la nature et les bêtes ne nous empêche en rien d'aimer notre prochain comme nous-même !

Et s'il est vrai que les tragédies du monde et les malheurs des hommes nous touchent avant tout, il n’en demeure pas moins que Dieu a manifestement le cœur assez grand pour donner la vie à « tout ce qui respire » et aimer tout ce qui vit. Et nous aussi bien sûr.

Cette pensée biblique nous situe avec Dieu, les animaux, la nature et toute la création dans le grand fleuve de la vie qui se meut, naît, se développe, souffre, vit et meurt pour renaître et élargit notre spiritualité qui manque parfois de souffle.

Au 16e siècle Luther avait raison de méditer la question du péché et du salut, mais aujourd’hui nous sommes plutôt préoccupés par la question de la vie du monde et de la nature.
Voyez comme nos contemporains ont le sentiment d'approcher la joie de la nature en pensant aux ours dans les Pyrénées et aux loups des Alpes.

Malgré les réactions - bien compréhensibles - des bergers et la pression économique qui amène les éleveurs à traiter les animaux comme des « produits » dont il faut – atrocement parfois - améliorer le rendement suscite à juste titre un malaise en nous. 

Le pasteur Andrew Linzey, d'Oxford, invite parfois les chiens et les chats à ses célébrations religieuses. D’autres le font déjà à Paris. Même si l'on peut en sourire, ce genre de cultes – sans pardon des péchés naturellement - ni confession de foi provoquent un regard amusé sans doute et heureux, sûrement, de Celui qui est le Dieu de tous.


 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

avantage  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.