Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Londonderry, Irlande du Nord


Une jeune journaliste
qui couvrait les violences
tuée par balles

 

 

20 Minutes avec AFP

 

19 avril 2019

Plusieurs véhicules ont été incendiés à Londonderry, en Irlande du Nord, dans la nuit du 18 au 19 avril 2019.
A l’approche de Pâques, la violence a embrasé la ville de Londonderry, en Irlande du Nord. Une jeune journaliste de 29
ans a été tuée dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d’échanges de tirs, une mort traitée « comme un incident
terroriste » par la police nord-irlandaise.
« Je peux malheureusement confirmer qu’après des échanges de tirs cette nuit à Creggan (un quartier du nord de Derry), une femme de 29 ans a été tuée », a annoncé le commissaire en chef adjoint de la police nord-irlandaise,. « Nous traitons cet événement comme un incident terroriste, une enquête pour meurtre a été ouverte. »

Selon les médias britanniques, la journaliste couvrait les violences à Londonderry quand un homme suspecté d’être un dissident républicain, selon la BBC, a ouvert le feu.

 

.

 


Derry ou Londonderry ? Dans cette ville d'Irlande du Nord, à quelques kilomètres de la frontière avec la République d'Irlande, et à 1 h 30 de Belfast, même son nom semble faire débat. Une double appellation qui trouve son origine en 1613. Le préfixe « London » a en effet été ajouté par décision royale, quand les corporations de Londres ont investi la ville de Derry. C'est également cette année-là qu'a démarré la construction des remparts destinés à protéger les colons anglais.

La solidité des murs de Derry - seule ville d'Irlande à posséder une enceinte fortifiée complète - cache des blessures profondes. Théâtre des affrontements entre catholiques nationalistes et protestants unionistes pendant près de quatre siècles, la ville s'est tristement fait une place dans la mémoire collective depuis le 30 janvier 1972, appelé Bloody Sunday.

Ce jour-là, le 30 janvier 1972 lors d'une manifestation en faveur des droits civiques qui rassemble 20 000 personnes, les soldats britanniques ouvrent le feu sur la population catholique, faisant 14 morts, dont des adolescents.

David Cameron alors 1er ministre a reconnu officiellement le 15 juin 2010, la responsabilité de l’armée britannique. D’immenses fresques dont une avec les 14 visages des victimes souriant, réunis dans la mort. Et dans l’espérance de ceux qui veulent la paix à tout prix : « Nous devons aller de l'avant, vers le futur et vers la paix, pour nos enfants. Pour qu'ils n'aient jamais à vivre ce que nous avons vécu. »


 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

avantage  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.